Un ticket gagnant a changé le destin de Joël Maillefer

EnduranceL’entraîneur du team Tribu Performance doit son parcours à un billet de tombola acheté dans une station-service, il y a 22 ans.

C’est dans cette station-service de Pully que Joël Maillefer a trouvé sa vocation.

C’est dans cette station-service de Pully que Joël Maillefer a trouvé sa vocation. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le hasard n’existe pas pour celui qui sait interpréter les signes. Joël Maillefer en est la parfaite incarnation. Il y a vingt-deux ans, ce sportif qui pratiquait jusque-là le kung-fu et le semi-contact doit laver sa voiture. Il se rend dans une station-service et constate qu’il n’a pas de pièces dans ses poches. Il va à la caisse pour faire de la monnaie. Quand soudain, il aperçoit des billets de tombola. «Je demande alors ce qu’il y a à gagner, raconte Joël Maillefer. L’employé me répond qu’il y a des lavages en jeu. Je prends trois tickets et sur l’un d’eux, je vois l’inscription «Marathon de New York». J’interroge l’employé qui, perplexe, va demander à son employeur de quoi il s’agit. Il revient en me disant que je venais de remporter un forfait comprenant voyage, hôtel et inscription à la prestigieuse épreuve.»

Avant cela, Joël Maillefer n’avait jamais pratiqué la course à pied. «Comme j’ai trouvé ce coup de pouce du destin plutôt génial, j’ai tout de suite joué le jeu. Je me suis dit: «Vas-y, cours Forrest.» Il s’agissait d’un nouveau défi, survenu par hasard et qui ne serait jamais arrivé, si j’avais eu de la monnaie sur moi!»

Il relève le challenge et se prend au jeu. Il commence à s’entraîner et consulte la littérature propre à la course à pied. Ensuite, il rend visite au «druide» Raymond Corbaz, qui lui donne de précieux conseils sur les chaussures à utiliser et repart avec une foule de tuyaux utiles.

«Ça a changé ma vie»

Arrive la fameuse course. Comme il ne connaît pas trop le milieu, Joël Maillefer part derrière tout le monde. «Je me suis retrouvé parmi les grands-mères et les débutants, ce qui fait que j’ai passé la majeure partie de mon premier marathon à slalomer entre les participants.» Malgré cela, il parvient à courir en 3h20. Quelques années plus tard, il améliorera ce temps de plus de 35 minutes.

«Cette expérience new-yorkaise a tout changé, se rend compte ce père de trois enfants. Ce ticket de tombola a bouleversé ma vie dans une direction dans laquelle je ne m’attendais pas. J’ai été pris dans l’engrenage et désormais, cela fait plus de vingt ans que je suis passionné par le sport de performance. J’y passe tout mon temps libre. C’est bien simple, dans ma vie, il y a mon travail, la famille et le sport. Il n’y a plus de place pour autre chose.»

Après avoir animé la tête des pelotons de courses à pied, triathlons et duathlons, le responsable Analyse et performance aux TL a bifurqué dans le coaching. En 2017, il a même mis en place le team Tribu Performance fort de neuf athlètes dont Sylvain et Valentin Fridelance, Colin Wyss, Loïc Prince ou encore Christophe Oppliger. «Le but est de créer une émulation entre ces sportifs, explique l’ancien coach de Magali Di Marco. Nos sponsors nous permettent de financer les camps et de préparer nos objectifs qui sont aussi élevés qu’une qualification pour les JO ou une participation à l’Ironman d’Hawaii.»

Ainsi, sur les cent courses auxquelles ont pris part ces athlètes de pointe en 2018, il y a eu 30 podiums, deux qualifications pour Hawaii, deux titres de champion de Suisse (triathlon et duathlon) et une place de vice-champion d’Europe.

La «patte» du coach

La clé du succès? «J’aime être proche des sportifs que j’entraîne, détaille l’entraîneur de 49 ans, qui a conservé un physique d’athlète. J’essaie de construire une relation humaine forte qui nous permet de grandir ensemble. Je ressens un plaisir fou à partager des émotions avec ces athlètes. Un exemple: quand Colin Wyss a réussi 31’30” aux 10 km de Lausanne, j’ai éprouvé un sentiment de fierté en le voyant avec la banane et les yeux brillants. Contribuer à son développement est quelque chose de génial. C’est ça qui me fait vibrer.»

Créé: 14.12.2018, 21h48

Articles en relation

Un champion de Suisse qui monte en puissance

Triathlon Sylvain Fridelance a tout misé sur les JO de Tokyo. À bientôt 23 ans, il s’affirme déjà comme un leader. Plus...

La folle semaine de Valentin Fridelance

Course à pied L’athlète de Saint-Barthélemy a pulvérisé le record de l’étape du Tour du Pays de Vaud, à Moudon. Plus...

La fratrie Fridelance cultive le sport, de Saint-Bar à Yokohama

Omnisports A eux quatre, Lydia, Coralie, Sylvain et Valentin cumulent les succès et les podiums en course à pied, en triathlon et en duathlon. Plus...

Sylvain Fridelance: «L'Ecole de recrues à Macolin, c’est trop top!»

Armée A l'instar des pistards Olivier Beer et Cyrille Thièry, le triathlète de Saint-Barthélemy raconte sa vie de militaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.