Il y a des tricheurs chez les coureurs amateurs

Course à pied Ils utilisent le métro, le vélo ou même la voiture, échangent leur dossard. Qu’est-ce qui pousse les coureurs du dimanche à recourir à la triche?

En 1980, Rosie Ruiz est sortie du public à quelques centaines de mètres de l’arrivée du Marathon de Boston. Elle avait déjà triché à celui de New York.

En 1980, Rosie Ruiz est sortie du public à quelques centaines de mètres de l’arrivée du Marathon de Boston. Elle avait déjà triché à celui de New York. Image: GETTY IMAGES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un défi sur soi-même. Voilà à quoi devrait se résumer la course à pied. Mais pour un nombre marginal de sportifs, l’appât du gain et de la performance est beaucoup plus fort et les pousse à un comportement abusif. La triche devient alors le seul objectif de ces voleurs de chronos.

Les exemples de malveillance foisonnent et démontrent que les grandes courses n’y échappent pas. Comme au Marathon de New York, qui fait courir 45'000 participants. Chaque année, on y déplore une cinquantaine de cas de tricherie. La plupart esquivent le Bronx et prennent directement la direction de l’arrivée. Comme ils ne passent pas sur les tapis de contrôle, les transgresseurs sont automatiquement disqualifiés.

Parmi les cas les plus célèbres, celui de Rosie Ruiz a particulièrement alimenté la chronique. Lors du Marathon de Boston, en 1980, cette jeune femme de 26 ans sort soudain du public à quelques centaines de mètres de l’arrivée et s’empare de la première place de l’épreuve, dans un temps de 2h31. Feignant la rupture physique et psychique au moment de passer la ligne, elle sera rapidement confondue, quand la vraie lauréate, Jacqueline Gareau, expliquera qu’elle a fait la course en tête de bout en bout, sans être dépassée.

Pour participer à l’épreuve du Massachusetts, Rosie Luiz avait obtenu un dossard préférentiel, après avoir réussi un chrono de 2h56 à New York. Mais on découvrira plus tard qu’elle avait aussi triché lors de ce marathon, puisqu’elle avait emprunté le métro sur une bonne partie du tronçon. Depuis, Rosie Luiz a changé de nom et a dû partir vivre en Floride pour fuir les médias et la colère populaire.

Franck Delrocq, 2008. DR

A l’instar de Franck Delrocq, qui a parcouru une partie du Marathon de Rotterdam en… VTT, d’aucuns utilisent leur véhicule privé pour tricher. En 1904 déjà, Fred Lorz, lauréat des 42,195 km des JO de Saint-Louis, avait parcouru une partie de la distance en voiture.

Fred Lorz, 1904. DR

Les 20 km en 6,1 km

Ces cas de tricherie semblent appartenir à un autre temps. Celui où les contrôles n’étaient pas si systématiques. Dès lors, on pourrait se demander si, en 2017, il serait possible de passer entre les mailles du filet. Pour Pascal Zuber, la question ne fait aucun doute. Le directeur technique des 20KM de Lausanne s’est même amusé à faire l’exercice pour ses courses. Il a ainsi vérifié qu’il était possible de rallier les 20 km en 6,1 km, tout en passant le contrôle de Datasport au 10e km à Tivoli. Quant aux 10 km, ils peuvent se résumer à 4,7 km. Cela sans même utiliser les transports publics! Bien sûr, Pascal Zuber ne dira pas quelles routes emprunter, mais on imagine bien les endroits clés par lesquels les participants passent à deux reprises.

Et quand il s’agit de tricher, les techniques les plus simples sont souvent les plus efficaces. «Il suffit de dégrafer le dossard, de marcher parmi le public comme n’importe quelle autre personne et de repasser les barrières sur une autre partie du parcours, en remettant le dossard, déplore le directeur technique des 20KM de Lausanne. Dès l’instant où l’on dissimule le dossard, il devient très compliqué de démasquer les tricheurs. Seuls les tapis intermédiaires peuvent prouver qu’ils ont bien passé partout.» Toutefois, cette solution entraînerait un supplément qui se répercuterait sur le montant des inscriptions. Une réponse qui s’avère inadéquate, en regard du nombre confidentiel de fraudeurs. «On pourrait aussi imaginer que certains utilisent le M2, mais on fait confiance aux gens, poursuit Pascal Zuber. On n’arrivera de toute façon pas à tout vérifier.»

Les puces comme solution

Surveiller 30'000 personnes est une gageure. Néanmoins, les coureurs malhonnêtes doivent se méfier. Les bénévoles dispersés sur tout le parcours ont l’œil. Souvent, ce sont même les autres participants qui dénoncent les indélicats.

Le Lausanne Marathon ne fait pas exception. «Avant de disposer des tapis de chronométrage à La Tour-de-Peilz, nous avions fréquemment des concurrents qui coupaient avant le km 21, raconte Josette Bruchez de RBO Organisations, la société qui gère aussi la Barjot Run et le Tour du Pays de Vaud. Mais la triche devient de moins en moins fréquente. Sur certaines épreuves, les puces des dossards sont reliées à des satellites, ce qui permet de suivre les coureurs sur tout le tracé.»

Sur des courses plus modestes comme le Tour du Pays de Vaud, les premiers se suivent et s’autosurveillent, en quelque sorte. Alors que les derniers sont escortés par des vélos «balais».

Désormais, les cas les plus fréquents sont le fait de maladresse. «Il nous est arrivé de devoir modifier le classement du podium, se souvient Laurent Vouilloz, responsable des cérémonies protocolaires aux 20KM de Lausanne. Une concurrente qui avait un empêchement a donné son dossard à un homme qui a couru si vite qu’il s’est retrouvé sur le podium des dames. Ce n’était pas malintentionné, mais souvent, les participants ne s’imaginent pas quels soucis cette transgression des règles peut occasionner.»

Un dossard pour des jumeaux

Il y a 3 ans, lors du TransRun, un trail de 130 km à La Réunion, des jumeaux ont partagé le même dossard et ont ainsi couru en relais. Comme les temps de la deuxième partie de la course étaient aussi rapides que ceux du début, les organisateurs se sont méfiés et ont pu démasquer l’entourloupe.

«Si je constate une anomalie, je vais systématiquement vérifier les temps de référence sur les autres courses, pour voir s’il y a une erreur, précise Josette Bruchez. Souvent les gens se trompent lors de l’inscription et indiquent un temps de référence de 3 h 30, alors qu’ils courent en 2 h 30. La plupart du temps, il s’agit d’étourderies ou d’erreurs de frappe.»

Le Nordic walking et le walking sont les catégories les plus difficiles à surveiller, car il faudrait disposer d’un juge par marcheur, histoire de vérifier si les participants posent bien en permanence un pied par terre. Du coup, ces catégories particulières sont souvent dépourvues de classements.

Lors d’une visite l’automne dernier des locaux de Datasport, le chronométreur de plus de 300 courses en Suisse, Matthias Fehr, l’ancien directeur, avait mis le doigt sur ce problème. «Nous remarquons assez vite les tricheurs. Nous arrivons à voir que certains d’entre eux parcourent 5 km en 5 minutes. Nous démasquons souvent les fraudeurs à leurs temps partiels. Sur certains secteurs, ces populaires courent plus vite que les vainqueurs.»

Comme les chronométreurs ne sont pas habilités à juger, ils dénoncent généralement ces anomalies. Ce sont ensuite les organisateurs qui décident ou non de punir les contrevenants. En principe, la sanction se résume à une disqualification ou à l’interdiction de s’inscrire à des courses à venir. (24 heures)

Créé: 21.04.2017, 06h45

«L’éthique comme moyen de prévention»

Maître d’enseignement et de recherche en psychologie du sport à l’Institut des sciences du sport à l’Université de Lausanne, Roberta Antonini Philippe se penche sur le problème de la triche dans le sport populaire.

Roberta Antonini Philippe, quel plaisir un coureur populaire a-t-il de tricher dans une épreuve qu’il ne gagnera de toute façon pas?

Souvent tricher n’est pas corrélé avec le résultat final, mais tout simplement avec le plaisir de transgresser. C’est en effet la transgression des règles qui donne une forme de plaisir au contrevenant. On peut donc se pencher sur la notion des valeurs et donc de morale chez cette population. Comment les valeurs se sont-elles construites? Sont-elles assez solides? Il faudrait ainsi s’interroger sur l’enfance et la transmission des valeurs par les parents, les enseignants, etc.

Que peut ressentir un tricheur, lorsqu’il se retrouve seul face à sa conscience, sachant qu’il ne vaut pas le temps qui lui a été attribué?

Les études montrent que des tricheurs (dans leur formation ou d’autres domaines) ne se trouvent pas du tout face à des émotions négatives telles que la culpabilité ou la honte, mais au contraire face au plaisir. Sinon, ils ne tricheraient pas. A moins qu’il s’agisse d’une pathologie. Toutefois, dans la plupart des cas, il s’agit bien d’un plaisir dans la transgression des règles.

Des athlètes qui prennent des substances interdites, le dopage mécanique et la corruption sont autant d’exemples de tricherie qui marquent le monde du sport professionnel. Selon vous, cette relative banalisation de l’interdit dans l’élite peut-elle pousser des populaires à franchir les limites?

Cela va dépendre des valeurs de ces populaires. Si les motivations de la pratique du sport chez M. et Mme Tout-le-monde reposent sur des valeurs bien fondées et construites, ces dérives présentent dans le sport d’élite ne devraient pas les atteindre. D’ailleurs, un des seuls moyens qui fonctionne dans la prévention du dopage est l’éthique. Faut alors croire que des valeurs bien solides sont de bons remèdes contre la triche, même chez les populaires. En outre, des études montrent que la pratique délibérée et choisie par soi-même serait aussi un bon antidote contre la transgression.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...