Aux USA, Kim et Morgane Métraux ont aussi appris à faire la lessive

GolfIl y a quatre ans, les deux sœurs ont quitté la Suisse pour le championnat NCAA. Désormais pros, elles racontent leur aventure.

Kim et Morgane Métraux jouent désormais sur les fairways des tournois professionnels.

Kim et Morgane Métraux jouent désormais sur les fairways des tournois professionnels. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsqu’on caresse un rêve, il existe deux façons de l’aborder. Soit on garde les yeux bien fermés, soit on les ouvre et on remonte les manches. Kim (23 ans) et Morgane (21 ans) Métraux ont choisi la deuxième option. Il y a quatre ans et demi, les deux sœurs ont traversé l’Atlantique pour poursuivre conjointement leurs études et leur carrière de golfeuses. Direction Tallahassee, en Floride.

«Pour nous, il s’agissait de la seule option possible, se souvient Kim. En Suisse, nous aurions dû privilégier l’un ou l’autre. Aux États-Unis, nous avions l’opportunité de pratiquer le golf de haut niveau, tout en suivant des études universitaires.» Les deux Culliéranes ont pu bénéficier de conditions idéales. Aux niveaux du climat, des infrastructures et de l’encadrement. «Là-bas, le sport est la vitrine des universités, raconte Morgane. Et ces dernières n’hésitent pas à mettre les moyens pour gagner. Ainsi, notre encadrement était composé d’une dizaine de membres. Cela allait du coach principal aux médecins, en passant par un diététicien, des tuteurs et l’entraîneur physique.»

En manque de saucisses

Les «Métraux sisters» faisaient partie des 400 athlètes (tous sports confondus) de la Florida State University, où cohabitent quelque 43 000 étudiants. Grâce à leur statut de sportives d’élite, Kim et Morgane Métraux ont reçu une bourse qui leur permettait d’économiser chaque année les 50 000 dollars d’écolage, par personne. «Nous ne payions que notre appartement, précise la cadette. La dernière année, nous avons même reçu un peu plus, car nous avions bien joué.»

«Forcément, on mûrit, poursuit la plus jeune. On apprend à être indépendantes»

Diplômées en gestion d’entreprise et professionnelles depuis mai 2018, les frangines se souviennent de leurs premiers mois, loin de leurs parents. «Au début, nous avions besoin de quelques ajustements, car nous n’avions que 17 et 19 ans, rappelle Kim Métraux. J’ai attendu Morgane une année, pour pouvoir vivre cela avec elle. Ainsi, la moitié de la famille était présente en Floride. C’était moins déstabilisant. Mais il a fallu se mettre à faire les lessives, les courses, la cuisine et apprendre à partager les tâches ménagères. C’est quelque chose dont nous ne nous préoccupions pas auparavant, car notre maman s’en chargeait pour nous.» Il a fallu aussi renoncer à certaines habitudes culinaires. «Comme les saucisses et la fondue, sourit Morgane. Et surtout les bons plats de notre maman, d’origine italienne.»

Si les deux golfeuses ont vécu une aventure extraordinaire, aucun cadeau ne leur a été fait. Le championnat universitaire (NCAA) n’a rien d’une colonie de vacances. «Il vaut mieux être déterminée et organisée, assure Morgane Métraux. L’effort est soutenu. On commence le fitness très tôt le matin. Vers 6 h ou 6 h 30. Après, on enchaîne avec les cours, les entraînements et le tutorat: les journées sont bien remplies.» Hors golf, cette expérience a permis aux deux Vaudoises de gagner en maturité. «Forcément, on mûrit, poursuit la plus jeune. On apprend à être indépendantes. Mes parents m’ont dit que j’ai changé depuis mon départ, en 2014.»

L’aventure continue

L’exil a été bénéfique sur tous les plans. Au niveau sportif, notamment, puisque les deux jeunes femmes sont parvenues à devenir pros. Mais il va falloir assumer ce statut. Financièrement déjà, puisqu’une saison coûte près de 100 000 francs par joueuse. Dans le courant janvier, elles partiront s’entraîner en vue du Symetra Tour, un championnat américain doté de 3 millions de dollars, qui assure aux dix premières un sésame pour le LPGA Tour (70 millions de dollars de dotation). Mais les rangs 11 à 30 peuvent encore se qualifier. «Pour gagner sa vie, il vaut mieux faire partie des premières, observe Morgane. La lauréate remporte entre 80 000 et 90 000 dollars. En revanche, en passant les cuts des tournois LPGA, il est plus facile d’y arriver.»

Le rêve continue plus que jamais pour Kim et Morgane Métraux. (24 heures)

Créé: 10.01.2019, 19h45

Kim Métraux

Née le
21 mai 1995.
Domiciles
Cully et Lake Nona (Floride).
Clubs
Lausanne et Lake Nona.
Profession
Golfeuse depuis mai 2018.
Bachelor en gestion d’entreprise.
Taille
170 cm.
Handicap
+ 4,4 (avant de passer pro).
Meilleur score
- 6.
Langues
Français, anglais, allemand, italien.
Hobbies
Ski, badminton, tennis, piano.
Principaux résultats
Vice-championne du monde amateurs par équipes en 2016. 4e Lavaux Ladies Championship, 4e Belfius Ladies Open en 2018. 60e du classement mondial amateurs en 2018.

Morgane Métraux

Née le
18 mars 1997.
Domiciles
Cully et Lake Nona.
Clubs
Lausanne et Lake Nona.
Profession
Golfeuse depuis mai 2018.
Bachelor en gestion d’entreprise.
Taille
173 cm.
Handicap
+ 4,7 (avant de passer pro).
Meilleur score
-10.
Langues
Français, anglais, allemand, italien.
Hobbies
Ski, badminton, piano, cuisine.
Principaux résultats
Vice-championne du monde amateurs par équipes en 2016. Qualification US Open (2017). 3e European Championship (2017). 47e Symetra Tour (sur une moitié de saison). 24e au classement mondial amateurs (2018).

Articles en relation

Kim et Morgane Métraux, deux sœurs mais une seule ambition

Golf Les Vaudoises espèrent briller à domicile, lors des championnats d’Europe amateurs de Lausanne. Avant de tenter l’aventure professionnelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.