Passer au contenu principal

Les sportifs vivent avec la haine au quotidien

Insultée en ligne, Timea Bacsinszky a tenu tête à son détracteur. Ce type d’attaque se généralise, dans tous les sports.

Bacsinszky a répondu à un internaute qui souhaitait la fin de sa carrière: «De telles personnes doivent être prêtes à me voir marcher, courir et adorer être sur un court de tennis ces prochaines années.»
Bacsinszky a répondu à un internaute qui souhaitait la fin de sa carrière: «De telles personnes doivent être prêtes à me voir marcher, courir et adorer être sur un court de tennis ces prochaines années.»
Keyston

Sollicitations médiatiques, contrôle antidopage, massage, débriefing avec son coach. Les minutes qui suivent la fin d’un match constituent une routine bien établie pour les joueurs de tennis. Depuis quelques années, un nouveau passage obligé est venu pourtant s’ajouter à ces obligations: faire face au flot de haine déversé par certains «supporters» sur les réseaux sociaux. «Les insultes, les menaces de mort, c’est après chaque match», soulignait récemment l’Américain Bob Bryan, roi du double avec son jumeau Mike, en pointant du doigt des parieurs frustrés.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.