Passer au contenu principal

Le stade était tout feu tout femme, même sans flamme olympique…

L’astre Bolt ne les met pas sous l’éteignoir. A l’image d’Elaine Thompson, les championnes ne passent pas inaperçues.

Si la Jamaïcaine Elaine Thompson, nouvelle reine du sprint, a crevé l’écran, la Russe Darya Klishina a sauté dans l’indifférence. Côté suisse, Clélia Rard-Reuse a fini sa carrière en beauté et Ellen Sprunger a lancé ses jeunes coéquipières vers un avenir radieux.
Si la Jamaïcaine Elaine Thompson, nouvelle reine du sprint, a crevé l’écran, la Russe Darya Klishina a sauté dans l’indifférence. Côté suisse, Clélia Rard-Reuse a fini sa carrière en beauté et Ellen Sprunger a lancé ses jeunes coéquipières vers un avenir radieux.
Keystone

Il y a Bolt qui cette nuit a sans doute fait sauter les plombs sur 200 mètres. Un Bolt omniprésent, omnipotent, éblouissant. Mais dans ce stade de 100 000 Bolt, privé de flamme olympique — elle fait tapisserie à Maracanã! — la panne de courant ne menace pas. L’autre soir, le stade était même tout feu tout femme. Illuminé par des éclairs et quelques ombres. Une championne a même brillé par son absence, Kendra Harrison, sacrifiée il y a un mois sur l’autel des sélections américaines. Son tout nouveau record du monde coiffait le classement du 100 m haies, dominé par ses compatriotes Rollins, Nia Ali et Castlin!

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.