Steve Guerdat signe un triplé historique

HippismeLe Jurassien rafle sa troisième Coupe du monde, record égalé. Et l’argent est pour un autre Suisse, le jeune Martin Fuchs.

Steve Guerdat est entré dans le cercle restreint des triples vainqueurs de la Coupe du monde.

Steve Guerdat est entré dans le cercle restreint des triples vainqueurs de la Coupe du monde. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Encore une fois génial, Steve Guerdat! Et très fort, cet «Alamo», hongre hollandais de 11 ans, vainqueur du Top 10 à Genève, mais qui n’avait encore jamais affronté un championnat sur quatre jours. À Göteborg, le Jurassien s’est offert sa troisième Coupe du monde FEI Longines de saut d’obstacles.

Steve Guerdat, cavalier suisse le plus titré de l’histoire, égale ainsi le fabuleux record codétenu par Meredith Michaels Beerbaum, Hugo Simon, Rodrigo Pessoa et Marcus Ehning. Et, à 36 ans, il a encore tout le temps de compléter sa collection! Dans ce sport-là, on atteint la maturité à 40 ans…

Pour la petite Suisse, c’est la cinquième victoire du genre, après celles de Markus Fuchs, l’oncle de Martin, en 2001, Beat Mändli, 1er en 2007 – mais bien malheureux cette année après sa chute rédhibitoire de jeudi soir –, et Steve Guerdat, qui s’était déjà imposé à Las Vegas en 2015 avec «Albführen’s Paille», à Göteborg déjà en 2016 avec «Corbinian». Dimanche, ce fut avec «Alamo», un bel athlète bai foncé de 11 ans propriété du cavalier mexicain Patricio Pasquel Quintana.

Un rêve d'enfant

«La Coupe du monde m’a toujours fait rêver et l’extraordinaire public de Göteborg aussi. Enfant, je regardais ça à la télé et j’espérais gagner un jour ici. Franchement, j’ai d’abord cru que cette Coupe du monde me tournait le dos, à force de tourner autour, j’avais été deux fois 2e et aussi 3e, mais depuis 2015, c’est le rêve! M’imposer deux fois ici, après Las Vegas, et réussir cette fois avec «Alamo», qui n’avait encore jamais sauté de tels parcours, c’est inouï!» avouera le Suisse, très ému.

Steve Guerdat est un cavalier d’exception, qui s’accorde avec un nombre incalculable de chevaux. Et des montures fort différentes. Un as de patience, de tact et de sentiment, d’obstination aussi. «Corbinian» n’avait jamais gagné de grosse épreuve avant son sacre de 2016, «Alamo» s’était révélé en décembre à Palexpo, mais on ne l’avait plus guère revu depuis. Le Jurassien avait «sacrifié» son barrage (4e) à Paris, voilà quinze jours, pour ménager sa monture. Toujours ce soin des détails et ce respect des chevaux. Malgré la pression, la tension, l’électricité du public (12 000 spectateurs), la difficulté des tracés (31 efforts encore dimanche!), le talent des adversaires, Steve Guerdat et Martin Fuchs l’ont fait, sortant deux des trois doubles sans-faute du jour. Quel exploit!

«Si quelqu’un devait me battre…»

Comme aux Jeux mondiaux de Tryon, l’automne passé, Martin Fuchs est monté sur la seconde marche avec le brillant gris «Clooney» (13 ans), propriété du généreux mécène Luigi Baleri. Et cette fois-ci il n’y avait personne devant eux! «J’aurais évidemment préféré gagner, mais si quelqu’un devait me battre, alors ça devait être Steve, qui est un grand ami et un exemple, une aide précieuse aussi», a dit le Zurichois de 26 ans, qui finit à un petit point du Maître. Coup de chapeau à son père, Thomas Fuchs, coach des deux héros.

Et Martin Fuchs de donner rendez-vous à tout le monde aux championnats d’Europe de Rotterdam, fin août. «On sera encore tous les deux très motivés. Il nous faudra trouver un bon troisième!» Et le Zurichois d’oublier du coup le quatrième, encore admis aux Européens, mais hélas absent aux JO l’an prochain (pas de résultat à biffer, une hérésie avec des chevaux).

Le Suédois Peder Fredricson, sacré champion d’Europe ici il y a deux ans, complète un magnifique podium fait d’hommes de cheval, de beaux ambassadeurs du sport. Daniel Deusser, 4e, passe juste à côté, mais sauve un bilan allemand décevant. Niels Bruynseels, 5e à deux fautes du podium, et Olivier Philippaerts, 7e, ont été bons, mais les Belges manquent encore le podium. La tenante du titre, l’Américaine Beezie Madden, est 6e. Et la première femme. Leader provisoire, l’Espagnol Alvarez Aznar a fait trois barres, pour finir 8e. (24 heures)

Créé: 07.04.2019, 22h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.