Steve Guerdat «ne veut plus jamais subir ça»

HippismeBlanchi dans l’affaire de contamination alimentaire de son cheval, le champion olympique est monté au créneau.

Mardi matin, à Zurich, Steve Guerdat a répondu aux médias alémaniques avant de converser en début d’après-midi avec la presse romande. A chaque fois, il a semblé très ému.

Mardi matin, à Zurich, Steve Guerdat a répondu aux médias alémaniques avant de converser en début d’après-midi avec la presse romande. A chaque fois, il a semblé très ému. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un champion olympique touché, presque coulé. C’est un homme blessé, animé d’une colère froide qui assène des vérités cinglantes. «Non, jamais il ne ferait de mal à l’un de ses chevaux. Non, jamais il ne prendrait le moindre risque avec l’un de ses cracks. Qui connaît un tant soit peu Steve Guerdat ne peut pas croire qu’il puisse être coupable de malveillance. Même une maladresse paraît peu probable tant la minutie est une ligne de conduite dont il ne s’écarte jamais.»

Voilà en substance l’avis d’un proche qui connaît le Jurassien depuis ses premiers pas dans le manège familial. Directeur technique et sportif du CHI de Genève, Alban Poudret n’a jamais douté de la probité de son «poulain». Mardi, le Monsieur concours hippique de Genève était présent à une conférence téléphonique réunissant représentants des médias romands, dirigeants du concours de Palexpo et un champion olympique bien décidé à dire ses quatre vérités. Au lendemain de l’annonce de son blanchiment dans l’affaire de contamination alimentaire dont ont été victimes ses deux chevaux stars, Nino et Nasa, la mise au point avait presque valeur de mise aux poings envers ceux qui avaient sauté sur l’occasion pour au mieux se gausser de ce monsieur propre pris la main dans le pot de confiture et au pire traîner le champion dans la sciure.

«On ne devrait pas, et on n’aurait jamais dû, parler de dopage puisque dès le début, il est apparu que les doses retrouvées dans les analyses se sont avérées ridiculement basses, dit le roi de Londres 2012. Pour le contrôle positif à la morphine subit à La Baule, on parle d’un chiffre avec neuf zéros après la virgule! Il aurait fallu mille fois plus pour parler éventuellement de dopage.»

Toujours coupable

Le règlement de la FEI est aussi strict que limpide. Il ne fixe aucun seuil de tolérance. Un produit est détecté ou il ne l’est pas. Ce qui a le mérite de la clarté est aussi source de situations qui seraient presque cocasses si elles n’étaient pas destructrices pour le cavalier et son entourage. «C’est ainsi dans notre sport, tonne Steve Guerdat avec une pointe de colère dans la voix. Vous êtes immédiatement coupable jusqu’à preuve du contraire. La présomption d’innocence n’existe pas. Ce qui est fou c’est que j’ai été victime de quelque chose que je ne maîtrisais pas. On ne peut pas contrôler chaque botte de foin. Pour les médicaments, oui, c’est difficile de dire que l’on ne savait pas. Mais, vous savez, les chevaux n’ont droit à aucun traitement. Si je donne une aspirine à mon cheval, il sera potentiellement positif pendant 48 heures. Cinq cents milligrammes d’aspirine pour un cheval de 600 kilos… Vous imaginez l’effet.»

Au fil de l’entrevue, le Jurassien peine parfois à cacher si ce n’est ses larmes, tout du moins son émotion. «Moi, je suis un champion, un sportif de haut niveau et je me considère comme un privilégié. Je suis donc prêt à subir des attaques et à affronter ce genre de situation. Cela fait partie du revers de la médaille. En revanche, je ne peux pas accepter la souffrance vécue par mes proches. Je ne citerai pas de nom mais… Mais certaines personnes ont écrit des pages presque pleines en toute méconnaissance du sujet. Je ne suis pas metteur en scène, et jamais il ne me viendrait à l’idée de me lancer dans l’analyse ou la critique d’une pièce.»

La rumeur, ce cancer

Steve est un champion, il l’a dit. Il a appris à «ne pas lire certaines choses». Mais il reconnaît que «certaines choses terribles sont remontées» jusqu’à lui. La rumeur est un cancer qui se soigne surtout avec le silence. Alors, il n’a pas parlé. Jusqu’à hier. «C’est pourquoi je veux aller de l’avant, dit-il. J’accepte la perte de mon titre de La Baule même si c’était une belle victoire. J’aurais pu engager un bataillon d’avocats et me lancer dans un marathon judiciaire. Mais je préfère utiliser mon énergie pour que ce qui m’est arrivé serve de leçon et ne se reproduise pas. Le prix payé est beaucoup trop élevé. En termes d’image, mon nom sera toujours associé quelque part au mot dopage.»

Ainsi va le monde… Le coupable fait les gros titres, l’innocent ne se vend pas bien. «Ce qu’il faut changer, ce sont ces règlements, tonne Steve Guerdat. Cela implique une grande remise en question de tous les acteurs du milieu, dirigeants, vétérinaires, cavaliers, propriétaires…» Une distinction entre contamination alimentaire involontaire et dopage doit être faite. Et surtout, il serait sans doute de bon ton que les cavaliers puissent avoir le temps de prouver leur innocence avant d’être désarçonnés par leur propre fédération.

Une tête qui dépasse

Homme de conviction, de paroles fortes, Steve Guerdat est une tête qui dépasse dans un petit monde où les coups bas sont légion. Figure de proue d’un grand horloger genevois (Rolex), concurrent d’un homologue neuchâtelois (Longines), sponsor de la Coupe du monde d’hippisme, le champion olympique a-t-il eu le sentiment d’avoir eu droit à un traitement particulier et revanchard de la part des institutions? «Je ne veux pas y penser. Je souhaite juste que personne ne revive ce que j’ai vécu. C’est dans ce sens-là que nous devons tous aller pour le bien de notre fabuleux sport.»

C’est un homme debout qui prend congé de son auditoire. Direction Los Angeles. Pour faire ce qu’il aime le plus au monde. Monter sur ses beaux chevaux. (24 heures)

Créé: 30.09.2015, 09h40

Cravacher pour la finale du Top 10

Pénalisé Avec sa suspension de deux mois, le retrait de sa victoire au GP de La Baule, Steve Guerdat va reculer dans la hiérarchie. Actuellement 5e mondial, il risque d’être éjecté du Top 10. Pourra-t-il réintégrer ce groupe afin de participer à l’un des événements phare du CHI de Genève? Programmée vendredi soir, cette finale du Top 10 revient à Genève pour la 11e fois en quinze?ans. Sans le champion olympique cette finale n’aurait pas la même saveur.

Stars Outre Steve Guerdat, les organisateurs du CHI (10 au 13 décembre) annoncent le retour de deux autres médaillés d’or olympiques, Eric Lamaze (2008) et Rodrigo Pessoa (2004), et espèrent la venue de Jeroen Dubbeldam (titré en 2000). Scott Brash, qui vient de remporter le Grand Chelem, sera aussi là.

Billetterie Elle est ouverte depuis le 7 septembre et marche fort. Pour booster le jeudi soir, un billet couplé avec le vendredi est proposé à un tarif avantageux.
G.SZ





?

Articles en relation

Guerdat: «Ne pas briser la carrière d'innocents»

Hippisme Le Jurassien n'a pu retenir ses larmes et cacher son émotion devant la presse à Zurich. Plus...

Steve Guerdat blanchi de tout soupçon

Hippisme La Fédération internationale des sports équestres a blanchi le cavalier jurassien et sa collègue Alessandra Bichsel de tout soupçon de dopage. Plus...

Championnats d'Europe: la Suisse sans Steve Guerdat

Hippisme Steve Guerdat ne figure pas dans la sélection des championnats d'Aix-la-Chapelle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.