La Suisse va entrer dans le vif du sujet

Hockey sur glaceL’équipe nationale a remporté ses quatre premiers matches des Mondiaux. Elle doit désormais se préparer à défier la Suède et la Russie.

Nico Hischier et les Suisses ont parfaitement entamé le tournoi. Mais les choses vont se corser.

Nico Hischier et les Suisses ont parfaitement entamé le tournoi. Mais les choses vont se corser. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Et à partir de maintenant, il s’agira d’enclencher la vitesse supérieure. Les prochains obstacles seront d’un tout autre calibre: deux matches face à autant de géants de la compétition, la Suède samedi, la Russie dimanche. Un autre contre la République tchèque mardi avant de connaître enfin l’identité de l’adversaire en quart de finale. L’équipe nationale, qui a décroché un quatrième succès de rang mercredi contre la Norvège (4-1), a réussi un sans-faute jusqu’ici. Mais elle va désormais affronter des nations qui l’attendent au tournant. Quatre matches, douze points, seulement deux buts encaissés. Pourtant, personne n’est dupe dans le camp helvétique. Les Suisses gardent les pieds sur terre. «La suite sera dure, nous en sommes conscients. Défendre sera plus compliqué, se créer des occasions de but aussi, a soufflé Patrick Fischer. Nous devrons élever notre niveau de jeu, mais l’avantage est que nous allons affronter les meilleures équipes sans avoir le couteau sous la gorge.»

Le chemin parcouru, sans véritable obstacle à surmonter, le tout face à des adversaires qu’il faut qualifier de modestes (Norvège, Autriche et Lettonie), voire d’une grande faiblesse (Italie), a avant tout servi de mise en bouche. «Nous avons simplement rempli notre mission, a relativisé Vincent Praplan. Ce n’est là qu’une toute petite partie du boulot qui nous attend. Il n’y a pas de quoi s’enflammer.» Quatre matches pour se dégourdir les jambes, prendre ses marques et affiner les réglages. Un programme qui tombait à pic pour bon nombre d’internationaux. À commencer par Christoph Bertschy: l’attaquant du LHC a pu grandir dans un rôle inhabituel de centre sans se mettre trop de pression. Mais aussi Nico Hischier (7 points personnels), Roman Josi (4 points) et Kevin Fiala (auteur d’un triplé au premier match), qui tous ont pu développer de bonnes sensations en phase offensive. Ces trois-là devront être les locomotives du groupe lorsqu’il sera question d’aller bousculer les Suédois, les Russes et les Tchèques.

Si l’opposition n’a pas été renversante durant cette première semaine de compétition, l’impression globale a été bonne, l’attitude des joueurs excellente. L’équipe de Suisse a dégagé de la confiance. Autant de signaux qui incitent à l’optimisme. «Nous avons, depuis l’an dernier à Copenhague, appris à gérer ce genre de duels. Cela n’a pas toujours été évident par le passé», a souligné le sélectionneur national. Fischer n’a bien sûr pas oublié qu’il y a à peine deux ans, au championnat du monde en France, ses hommes avaient connu bien des misères contre des adversaires d’un calibre identique en début de tournoi.

Les rôles vont s’inverser

De ces quatre premières rencontres à Bratislava, il faut avant tout retenir ceci: l’équipe de Suisse a certes fait preuve d’une grande maturité dans sa façon d’aborder et de gérer ses matches face à plus «petit» qu’elle, mais elle reste toutefois encore très dépendante de la présence ou non dans ses rangs des renforts en provenance de la NHL. Ils sont au nombre de cinq cette année en Slovaquie (Josi, Hischier, Fiala, Andrighetto et Weber), ils étaient deux de plus l’an dernier sur la route de la finale mondiale. Il n’y en avait qu’un (Malgin) par contre la dernière fois qu’elle s’était emmêlé les pinceaux contre des nations moins bien cotées, en 2017 à Paris.

Le rapport de force va maintenant s’inverser, et elle se retrouvera à son tour dans un rôle qu’elle a toujours su apprécier: celui d’outsider. (24 heures)

Créé: 15.05.2019, 21h42

Commentaire

Le top 6 à portée de patin

Il s’agit d’un pas de géant en direction du top 6 planétaire: remporter avec autorité et sans trembler les matches face aux petites nations. La Suisse est actuellement 7e au classement de l’IIHF et peut légitimement aspirer à détrôner prochainement la République tchèque, dont le 6e rang mondial commence à vaciller.

L’équipe de Suisse a franchi un palier important, mais il lui reste à battre sur une base régulière – notamment dans les matches à élimination directe – les nations plus huppées qu’elle dans la hiérarchie du hockey mondial. Cette mission, entamée l’an dernier par le groupe de Patrick Fischer sur la route de la finale au Danemark, se poursuivra dès samedi. Les deux matches du week-end, contre la Suède et la Russie, permettront d’y voir plus clair. L’écart qui sépare le hockey suisse de ces deux puissances reste toutefois conséquent, et le début de tournoi réussi par le groupe de Patrick Fischer ne doit pas masquer cette réalité.

Cyrill Pasche

Suisse - Norvège 4-1 (1-0 1-0 2-1)

Ondrej Nepela Arena

4673 spectateurs

Arbitres:

MM. Iverson (Can), Tufts (EU), Dalton (GB) et Nikulainen (Fin).

Buts:

6e Ambühl (Bertschy, Loeffel) 1-0, 21e Hischier (Fiala) 2-0, 50e Hofmann (Martschini) 3-0, 57e Ambühl (Genazzi, S. Moser) 4-0, 58e Lindstrom (Reichenberg) 4-1.

Suisse:

Genoni; Fora, Frick; Diaz, Josi; Loeffel, Genazzi; Weber; Ambühl, Bertschy, S. Moser; Praplan, Hischier, Fiala; Andrighetto, Haas, Scherwey; Martschini, Kurashev, Hofmann; Rod.

Norvège:

Holm; Holos, Bonsaksen; Lesund, Espeland; Johannesen, Bull; Norstebo, Kaasastul; Pa. Thoresen, Olimb, Olden; Vlakvae Olsen, Haga, Trettenes; Martinsen, Lindstrom, Reichenberg; Roymark, Forsberg, Roest.

Pénalités:

5 x 2’ contre la Suisse,
4 x 2’ + 2 x 10’ (Martinsen, Bonsaksen) contre la Norvège.

Notes:

la Suisse sans Berra, Bertaggia (surnuméraires) ni J. Moser (blessé, tournoi terminé).

Articles en relation

La Suisse continue sur sa lancée

Hockey sur glace L’équipe de Suisse a remporté un troisième match de rang. Elle a battu l’Autriche 4-0 ce mardi soir et affrontera la Norvège ce mercredi après-midi. Plus...

Aux Mondiaux, les Romands ont tous un rôle clé à jouer

Hockey sur glace Les cinq internationaux francophones de la sélection suisse contribuent grandement à la force de l’équipe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.