Le Supercross a ses fidèles, mais ne doit pas s’endormir

MotocrossLa manifestation genevoise, qui n’échappe pas à la surabondance d’événements, reste toutefois une bonne affaire.

L’Australien Josh Sheehan fait le show. C’était en 2015. Et le public en redemande.

L’Australien Josh Sheehan fait le show. C’était en 2015. Et le public en redemande. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La journée de Stéphanie Almazan Bezon, la directrice du Supercross de Genève, a été longue, tendue. Rapport, notamment, aux conséquences des grèves françaises: «Pour éviter le chaos, des gens sont venus un jour plus tôt, il a fallu les loger. Et les vols de plusieurs pilotes américains ont dû être modifiés. Il y a dix minutes – peu après 18 heures, donc – j’ai eu la confirmation qu’ils étaient finalement tous arrivés», concède la patronne. Ouf...

Les deux soirées de décembre – 13'000 places chaque soir – sont les plus «chaudes» de l’année à Palexpo. Mais il y a un prix pour cela: le budget de la manifestation est estimé à un peu plus de 2 millions: «Et comme tous les événements actuels, le sponsoring est toujours plus compliqué à trouver, même si nous avons des partenaires fidèles. Mais je reste optimiste: depuis trois ans, une enquête de satisfaction lancée à la fin de la manifestation dit que les 75% des gens veulent revenir l’année suivante, preuve de fidélité. Mais attention, il faut soigner l’événement, ne pas commettre de bêtises dans le choix des pilotes, dans le concept général de la manifestation. Nous devons aussi être à l’écoute des critiques», poursuit la directrice.

Se remettre en question

Ainsi, des efforts ont été réalisés pour la restauration, on a imaginé des Happy Meal pour les enfants à des prix abordables: «Parce que lorsqu’on vient en famille, on n’est pas toujours décidé à sortir 50 francs par personne pour la nourriture.» Parallèlement, le village des exposants se développe (entre quarante et cinquante stands): «Là aussi, nous jouons sur la stabilité. Nous ne serons jamais Swissmoto (le salon annuel zurichois de la branche), mais Genève est l’un des seuls supercross où l’on propose un village aussi important, lieu de rencontre entre gens passionnés, avec possibilité d’essayer des choses différentes.»

Le plateau, lui, est d’une très haute tenue: duel attendu entre les deux Justin – Brayton et Barcia –, outsiders américains prêts à tout pour remettre en question la logique théorique, des Français affûtés – le SX Tour, le championnat de France, est d’un niveau très élevé –, le show des spécialistes de freestyle et, aussi bien ce vendredi soir que samedi, un moment d’immense émotion avec le retour à Palexpo de Marc Ristori, douze ans après son accident: le menu est riche. Et les convives? «C’est stable depuis plusieurs années. Il ne faut pas se cacher: il reste toujours des places. Samedi, on s’approche d’une salle pleine; selon les derniers décomptes, nous devrions avoir un vendredi correct», reprend Stéphanie Almazan Bezon. Une bonne affaire, donc? «Oui, à condition de savoir raison garder. Dans une semaine, ce sera le concours hippique international et de nombreuses charges – comme l’installation des gradins, l’un des deux postes les plus importants du budget – sont partagées; les deux événements ont donc besoin de l’autre», conclut la patronne.

À 20 heures, ce vendredi soir, ce sera parti pour la 34e fois...

Créé: 05.12.2019, 21h32

Articles en relation

Marc Ristori revient au Supercross de Genève

Motocross L’ancien champion retrouvera, sur une moto, «son» public. Celui qui vibrait à ses exploits. Celui qui fut pris d’effroi en 2007. Plus...

Rebeaud et Ristori avec les kids du supercross

Motocross De jeunes pilotes ont passé l’après-midi en très bonne compagnie afin de préparer le Supercross de Genève. Plus...

Le Supercross 2019 de Genève a fière allure

Motocyclisme Ses organisateurs ont dévoilé, mardi, le plateau et les nouveautés de la 34e édition, les 6 et 7 décembre prochains. Palexpo va plus que jamais vibrer! Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.