Passer au contenu principal

JO de RioNon suspendue, la Russie se dit soulagée

Le CIO a décidé de ne pas suspendre la Russie pour les JO 2016. Celle-ci a affirmé être «reconnaissante».

Le Comité international olympique continue le combat. Il va faire appel devant le Tribunal fédéral à Lausanne de décisions du Tribunal arbitral du sport ayant partiellement blanchi des athlètes russes impliqués dans le scandale de dopage des JO de Sotchi 2014. (Jeudi 3 mai 2018)
Le Comité international olympique continue le combat. Il va faire appel devant le Tribunal fédéral à Lausanne de décisions du Tribunal arbitral du sport ayant partiellement blanchi des athlètes russes impliqués dans le scandale de dopage des JO de Sotchi 2014. (Jeudi 3 mai 2018)
Keystone
Médaillé d'argent aux Mondiaux de Paris, le lutteur russe Alexander Chekhirkin a été contrôlé positif à un glucocorticoïde. (Mercredi 28 février 2018)
Médaillé d'argent aux Mondiaux de Paris, le lutteur russe Alexander Chekhirkin a été contrôlé positif à un glucocorticoïde. (Mercredi 28 février 2018)
AFP
Interpol va coordonner une enquête mondiale pilotée par la France. (Lundi 09 novembre 2015)
Interpol va coordonner une enquête mondiale pilotée par la France. (Lundi 09 novembre 2015)
Wallace Woon, Keystone
1 / 94

La Russie est «reconnaissante» de la décision «objective» du Comité international olympique (CIO) de ne pas suspendre le Comité national olympique russe (ROC), a déclaré dimanche le ministre russe des Sports Vitali Moutko, assurant que la «majorité» des sportifs russes iront à Rio. La décision prise par le CIO est «objective, adoptée dans l'intérêt du monde sportif et pour l'unité de la famille olympique», a estimé le ministre, interrogé par des journalistes russes.

«Nous saluons le fait que le CIO, partagé entre la responsabilité collective et les droits concrets des sportifs, a décidé que chaque sportif dont la réputation est impeccable et sans trace de dopage, a le droit de participer aux JO», a-t-il ajouté, se disant «reconnaissant».

Le CIO a décidé dimanche de ne pas suspendre le Comité national olympique russe, laissant les fédérations internationales statuer au cas par cas sur la participation des sportifs russes, au regard de critères très stricts, avant les Jeux de Rio.

Test de dopage

Les sportifs russes devront entre autres ne jamais avoir été contrôlés positif lors d'un test de dopage et prouver ne pas avoir bénéficié du système de dopage que l'Agence mondiale antidopage (AMA) accuse la Russie d'avoir mis en place.

«C'est un véritable défi pour notre équipe mais je suis absolument convaincu que la majorité de l'équipe nationale russe remplira ces critères», a assuré M. Moutko, les jugeant néanmoins «très sévères».

Le ministre a également assuré que «la Russie a fait et continuera à faire tout son possible» pour un sport sans dopage, et a affirmé que le pays est «prêt à collaborer de bonne foi» avec le CIO et l'AMA.

La majorité des fédérations russes sportives ont également salué la décision du CIO. «C'est une décision qui nous convient, bien que je ne puisse dire qu'elle est juste», a ainsi déclaré le président de la Fédération russe de handball Sergueï Chichkarev, tandis que la président de la Fédération de gymnastique rythmique Irina Viner-Ousmanova a remercié le CIO pour «cette sage décision».

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.