Passer au contenu principal

Tadesse Abraham n’a pas succombé à la fièvre de l’or

Le Genevois a fêté ses 36 ans en terminant 2e du marathon. L’argent fait aussi le bonheur de Fabienne Schlumpf.

Tadesse Abraham ne boude pas son plaisir. Cette nouvelle médaille consacre son talent et sa persévérance.
Tadesse Abraham ne boude pas son plaisir. Cette nouvelle médaille consacre son talent et sa persévérance.
KEYSTONE

Le petit Elod grandit en voyant son champion de papa gagner des médailles. Il y a deux ans, il était à Amsterdam quand Tadesse Abraham avait remporté le titre européen du semi-marathon. Depuis ce jour, il a «le papa le plus rapide du monde» et il ne pleure pas s’il n’est pas toujours le premier. L’amour filial n’est pas aveugle. À Berlin, Elod a compris qu’une médaille d’argent fait aussi le bonheur. «Je suis très content comme ça», dit-il timidement, tandis qu’il accompagne son héros paternel dans ses déambulations jubilatoires. L’or du marathon a échappé à «Tade» (2e en 2 h 11’24), confisqué par le surprenant belge Koen Naert, mais le Genevois n’en fait pas une histoire. «Pour mes 36 ans, je me suis offert le plus beau des cadeaux», répète-t-il à l’envi.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.