Passer au contenu principal

Timea Bacsinszky emportée par l’insolence d’une jeune fille pressée

La Vaudoise a laissé filer son rêve de finale. Le jour de son 20e anniversaire, Jelena Ostapenko a donné un bel échantillon de son immense potentiel.

Keystone

Timea Bacsinszky ne disputera pas la finale des Internationaux de France 2017. Deux ans après son échec en demi-finale face à Serena Williams, la Vaudoise s’est heurtée à une adversaire elle aussi surpuissante, qui signe officiellement, à Paris, son entrée parmi les futures grandes joueuses du circuit. Le jour de ses 20 ans, Jelena Ostapenko a non seulement fait preuve d’un incroyable aplomb mais elle a surtout livré un tennis explosif, qui, très bientôt, lorsqu’elle aura appris à mieux canaliser encore cette belle énergie, devrait faire d’elle l’une des terreurs du circuit. Aujourd’hui classée au 47e rang de la hiérarchie mondiale, la Lettone – qui s’est imposée 7-6 (7-4) 3-6 6-3 en 2 h 25’ – ne tardera pas, si l’on en juge par les progrès accomplis en quelques mois, à forcer la porte du top 10.

«J’ai tenté pas mal de choses. Je voulais l’amener dans un match long en lui donnant un maximum de balles différentes. Mais elle a très bien défendu sur tout ce que j’ai proposé.» A l’heure de l’analyse, Timea Bacsinszky brassait pas mal d’idées, consciente d’avoir essuyé une tempête, tout en étant restée très proche d’une possible victoire. La statistique des points gagnés est d’ailleurs éloquente: 106 pour Ostapenko contre… 105. «Un point de différence! Je pleure tout de suite ou j’attends un peu?» Oscillant entre le rire et des larmes bien compréhensibles, la Vaudoise balançait entre la frustration du moment et le bonheur d’avoir tout de même réussi un très beau tournoi.

Puissance et insolence

Bacsinszky a mis toute sa science du jeu dans cette bataille. Mais il arrive toujours un moment où les plus jolies idées finissent par se heurter à la puissance adverse.

S’appuyant sur de larges épaules et sur l’insouciance, l’insolence même, de son jeune âge, Ostapenko s’est affichée sans états d’âme. Elle a juste frappé très fort et cherché de grandes diagonales qui ont fait beaucoup courir son adversaire. Malgré le déchet relativement important qui caractérise encore son jeu, la Lettone a fini par créer des brèches impossibles à colmater. On connaît le courage de Timea. Elle a eu l’immense mérite – malgré une contracture à la cuisse droite, dès le milieu du premier set – de s’accrocher et d’entretenir l’espoir.

Un joli chèque

C’était la première confrontation entre ces deux joueuses. L’an dernier, en Chine, elles avaient partagé une expérience en double. «Elle s’est développée physiquement. Elle lit toujours très bien le jeu et sa balle est désormais très longue et beaucoup plus lourde», notait encore Timea. Si les deux fêtaient le même jour leur anniversaire, il n’y avait qu’une place disponible pour la finale, où, samedi, Ostapenko se frottera à la Roumaine Simona Halep.

Timea Bacsinszky (28 ans), elle, se consolera en partie avec le chèque de 530 000 euros promis aux perdants des demi-finales. «C’était mon meilleur Roland-Garros, assurait-elle en guise de bilan. Je suis une meilleure joueuse qu’il y a deux ans. Et je me dis que, quand on travaille de façon très professionnelle, de très belles choses peuvent encore arriver. Je peux encore évoluer, à l’image de ce que font Stan Wawrinka ou Roger Federer. J’ai énormément de plaisir à faire ce métier. Et il y a encore de belles histoires à écrire.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.