Timothy Jaunin fait figure «d’ancien» du Supercross de Genève

SupercrossLe motard de 27 ans a pris congé pour participer au millésime 2019.

Timothy Jaunin: «Un rêve qui semblait pour moi inaccessible est devenu, depuis cinq ans, ma réalité de décembre.»

Timothy Jaunin: «Un rêve qui semblait pour moi inaccessible est devenu, depuis cinq ans, ma réalité de décembre.» Image: jey crunch/ldd

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a les professionnels français, formés à l’école du SX Tour – le plus important championnat de supercross au monde, derrière celui des États-Unis –, et il y a Timothy «Tim» Jaunin, le charpentier de Cartigny, fidèle du championnat de Suisse de motocross et du Supercross de Genève. À 27 ans, il a encore des rêves – «pouvoir, une fois, juste une fois, participer à une compétition aux États-Unis» – , mais il a aussi acquis un sens pratique de la réalité.

Ces deux dernières années, il s’est qualifié pour la finale du SX2 (motos de 250 cm3), en passant par le repêchage, qu’il avait d’ailleurs remporté il y a douze mois: «Le SX Tour – le championnat de France, dont Genève est une double étape – est ce qui se fait de mieux en Europe. Que nous manque-t-il, à nous, Suisses? Des heures de moto, d’entraînement. Palexpo, c’est mon seul supercross de l’année. Difficile de soutenir le rythme de pilotes qui sont en pleine bagarre pour leur championnat», concède le Genevois.

Pour le plaisir

Dès lors, pourquoi venir? Le visage de Tim Jaunin devient immédiatement radieux: «Mais pour le plaisir, parce que c’est tout près de la maison. Parce que j’ai découvert le supercross quand j’étais gamin et que si on m’avait dit, à l’époque, que je roulerais un jour devant ce public, je n’y aurais pas cru. Un rêve qui semblait pour moi inaccessible est devenu, depuis cinq ans, ma réalité de décembre.»

Cette réalité? Deux jours de congé. Un charpentier qui troque sa salopette pour un équipement de course, qui se retrouve au cœur de l’arène, sous les projecteurs: «Pour progresser dans cette discipline qui a de moins en moins à voir avec le cross traditionnel, il faudrait participer à plus de compétitions. J’ai tenté de m’inscrire à d’autres SX du championnat de France, mais c’est compliqué administrativement; chez nos voisins, il y a tellement de pratiquants qu’une liste de notoriété a été établie par la Fédération française, les organisateurs étant «obligés» d’engager ceux qui sont le mieux classés. L’année passée, j’ai eu une opportunité, mais à la veille de la course, à 19 heures, on m’a fait savoir qu’il n’y avait finalement pas de place pour moi.»

Mission impossible?

Tout cela sent bon la mission impossible. Mais la passion est intacte, le goût de se perfectionner aussi: «On peut dire qu’une manche de motocross, c’est un peu de l’endurance, alors qu’en supercross, c’est un sprint. L’intensité y est beaucoup plus élevée et il y a de moins en moins de pilotes qui brillent dans les deux disciplines, à part les Nord-Américains, bien sûr, qui disputent deux championnats en une année. Techniquement, la pratique du supercross peut apporter beaucoup au pilote de cross, notamment pour savoir comment jouer avec sa moto; en revanche, le motocross traditionnel ne constitue plus une aide importante pour le spécialiste de SX.»

Dans l’après-midi, les essais libres, puis qualificatifs terminés, Tim Jaunin est resté à Palexpo: «Rentrer à la maison pour passer les cinq heures qui nous séparent du show d’entrée? Je n’aime pas trop. Je préfère rester ici, sentir l’ambiance qui monte, échanger avec des collègues. Et puis, si je passais l’après-midi à la maison, j’aurais trop peur d’être pris dans un embouteillage et de rater le départ!» Passion, quand tu nous tiens...

Créé: 06.12.2019, 21h08

Articles en relation

Le Supercross a ses fidèles, mais ne doit pas s’endormir

Motocross La manifestation genevoise, qui n’échappe pas à la surabondance d’événements, reste toutefois une bonne affaire. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...