L’union sacrée permet à Ge/Servette de repartir du bon patin du Tessin

Hockey sur glace, demi-finale des play-offMalgré les blessés, les suspendus et les malades, l’Aigle gagne en équipe à Lugano et égalise dans la série. Suite demain aux Vernets.

Eliot Antonietti vient de marquer le but libérateur: c’est un soulagement pour Iglesias, Traber, Fransson, Loeffel et les Grenat!

Eliot Antonietti vient de marquer le but libérateur: c’est un soulagement pour Iglesias, Traber, Fransson, Loeffel et les Grenat! Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Etait-ce vraiment une bonne chose pour Lugano de s’imposer 5-0 jeudi passé aux Vernets? Même si les joueurs répètent forcément que ce n’est pas le cas, que «ce n’est qu’un point», dans la tête, l’inconscient, ce coquin, joue parfois de sales tours. Cela débouche souvent, le match suivant, sur de la suffisance ou provoque le réveil d’un adversaire vexé et animé d’un sentiment de revanche. Le cadeau peut devenir un fardeau, surtout lorsqu’on a facilement gagné ses quarts de finale 4 à 0. L’an passé aussi, en quart de finale, les joueurs d’Outre-Gothard n’avaient pas su confirmer également leur break. Il n’est pas rare que l’histoire se répète, qu’elle attrape le hoquet…

Tombé dans la facilité

Les Tessinois, certainement trop sûrs de leur affaire, ont manqué l’occasion de frapper un gros coup derrière la tête d’une formation genevoise décimée par les blessures, les suspensions et la maladie. Après avoir pris logiquement l’ascendant au premier tiers (18e), Brunner, Bertaggia et les tricoteurs bianconeri ont ensuite cédé dans la facilité. Alors que les fans chantaient, Lugano a tourné à trois lignes, pour, au final, être puni d’avoir trop vite coupé leur moteur. C’était présomptueux.

«On savait pourtant que ce résultat de 5-0 à Genève ne reflétait pas le premier match, qu’il fallait nous méfier, pestait Grégory Hofmann à l’interview. Mais je pense surtout qu’on a payé nos erreurs offensives et que les Servettiens ont su en profiter.» Au final c’est 1 à 2 après prolongation, 1 à 1 dans la série, on efface tout et on repart du bon patin!

On ne pourra, dans tous les cas, jamais reprocher à Ge/Servette de faire preuve d’aboulie ou d’un quelconque comportement couard, pleutre ou timoré. Question de culture, cette formation façonnée par Chris McSorley donnera toujours tout et encore plus, tant qu’il y a de la vie et des envies. Surtout en play-off.

Même la défaite initiale, jeudi aux Vernets, n’avait pas atteint le moral des troupes. Ou si peu. Rod et Slater suspendus? C’était un premier coup dur. Rubin et Simek malades? Une tuile de plus. Et alors? Cette formation grenat possède un cœur de vainqueur. A l’instar d’un Robert Mayer qui a su d’emblée relever la tête après son black-out lors de l’acte I. Il a été parfait. Ou d’un Tom Pyatt qui avait faim de glace depuis le début des play-off (il n’avait plus joué depuis le 27 février à Lausanne): il a ridiculisé Maxim Lapierre sur l’égalisation (39e), sans compter son gros labeur. Ou un Matt D’Agostini omniprésent, aussi brillant que son casque jaune. Il y a aussi eu le devoir du sacrifice (Romain Loeffel a joué en attaque), du courage et du caractère à l’image de son géant, Eliot Antonietti, qui a inscrit ce but si important sur le tard, qui permet aux Aigles de reprendre l’avantage de la glace. Tout un symbole.

«Pas de petites stars!»

«Il n’y a pas de petites stars chez nous, sourit le héros de la soirée, on gagne ensemble.» Cela s’appelle l’union sacrée où tout le monde met la main au feu, en tuant de nombreuses pénalités, en jouant intelligemment, l’un pour l’autre.

Mais il s’en est passé des événements durant ces soixante-huit minutes. Quel match, quelles émotions! S’il y a eu deux poteaux des Genevois (Bezina et Lombardi) et une grosse domination des Aigles au deuxième et au troisième tiers (27 tirs à 13), la rencontre aurait très pu, toutefois, tourner d’un côté comme de l’autre. Surtout au début de la prolongation où ce valeureux visiteur, qui aurait pu nourrir alors de gros regrets, a souffert, en infériorité numérique (pénalité sévère de Kast à 58’46’’) durant quarante-cinq secondes. «Mais Mayer et tous les gars devant lui ont vraiment tout donné défensivement avant qu’on se montre plus lucide sur la fin», se réjouissait un Kevin Romy cosncient malgré tout qu’il ne faut pas s’enflammer. «Mais j’ai eu un peu de chance car j’ai raté mon shoot avant de reprendre le rebond, se marre Eliot Antonietti. Maintenant, c’est tombé sur moi mais cela aurait pu être n’importe qui d’entre nous. Il a fallu gratter pour mettre le puck au fond. On avait tous la rage aujourd’hui, moi le premier…»

De marbre devant Lapierre

Contrairement au match de jeudi, les Genevois n’ont cette fois-ci pas répondu aux provocations. «Maxim Lapierre a essayé à nouveau, il a beaucoup parlé, voulait se battre, mais on avait décidé de l’ignorer. Il avait réussi son coup au premier match, mais là on n’est pas retombé dans le panneau.» La suite c’est mardi. Avec probablement le retour de Fredrik Pettersson à Lugano.

Au fait, Ge/Servette s’était aussi imposé 5-0 il y a deux ans au Hallenstadion avant que Zurich ne remporte la série et le titre. Et si l’histoire se répétait…

Créé: 21.03.2016, 08h46

La grippe est de retour!

C’est la petite Olivia, 8?mois, qui l’a refilée à son papa! Malgré son masque et son casque intégral, Daniel Rubin, qui y avait échappé l'an dernier, a attrapé à son tour la grippe intestinale. Avant d’hésiter à rejoindre ses camarades samedi matin en avion, l’attaquant est finalement resté à Genève. Juraj Simek était déjà à Lugano quand ses maux à l’estomac sont apparus. Il n’a pas été en mesure de s’équiper. Et d’autres dans le vestiaire grenat commencent à être barbouillés. Les Genevois qui avaient été contaminés par ce virus l’an dernier craignent une nouvelle épidémie. Et serrent les fesses!

Le malheur des uns a fait toutefois le bonheur de Tim Traber qui n’avait jamais autant (bien) joué avec les Grenat. Idem pour le jeune Thomas Heinimann (il aura 20?ans le 2 avril) qui a su saisir sa chance. «En enchaînant les parties, je prends de plus en plus confiance en moi, ce qui me permet d’élever mon niveau», sourit le jeune attaquant.

«C’est une grosse victoire d’équipe, avec des jeunes qui ont su prendre leurs responsabilités, renchérit Kevin Romy. Les play-off, avec un match tous les deux jours, c’est dur physiquement et mentalement, il est important d’avoir de la profondeur. Il y a un bon mouvement junior à Ge/Servette avec des garçons capables de jouer un rôle en demi-finale de play-off. C’est une belle satisfaction mais attention à ne pas s’enflammer.» En attendant leurs malades et leurs blessés, contre ce drôle de Lugano, l’Aigle s’agrippe!

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.