A Val d’Isère, Lara Gut prend goût au succès

Ski alpinVice-championne du monde de super-combiné en 2009, la Tessinoise a battu d’un cheveu Lindsey Vonn. Le duel continue ce samedi matin.

Pour un centième de seconde, Lara Gut a laissé Lindsey Vonn derrière elle. Revanche ce matin en descente.

Pour un centième de seconde, Lara Gut a laissé Lindsey Vonn derrière elle. Revanche ce matin en descente. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Insatiable et impressionnante. Depuis le début de l’hiver, Lindsey Vonn avait comptabilisé quatre cents points dans trois disciplines différentes. Mais la fille aux 71 victoires en Coupe du monde n’est pas imbattable. Dans son jardin extraordinaire de Val d’Isère, là où elle se sent «comme à la maison», Lara Gut a montré hier qu’elle profiterait de la moindre faille de l’Américaine pour lui ravir la vedette.

«J’adore être ici, l’air est si frais!» Dans l’aire d’arrivée, son sourire est si éclatant. Vice-championne de super-combiné dans sa station préférée en février 2009, la Tessinoise brille toujours par sa polyvalence. C’est ce qui lui a permis de s’offrir, d’un cheveu, le scalp de la skieuse du Minnesota au terme d’un duel au soleil à couper le souffle.

Un slalom du tonnerre

Après avoir concédé 38 centièmes à la «Tigresse des neiges» le matin dans la descente, la Tessinoise a su sortir de sa manche un slalom du tonnerre pour finalement s’imposer avec la plus petite des marges. «Mes efforts consentis cet été dans cette discipline ont été payants», s’est réjouie la Suissesse, après avoir arrosé de champagne sa grande rivale, juste après l’hymne national. Mais aussi l’Autrichienne Michaela Kirchgasser, troisième sur un podium, qui aurait très bien pu accueillir Denise Feierabend si l’autre Suissesse ne possédait pas des nerfs aussi fragiles. Tout le contraire de la Tessinoise…

«Entre les piquets, elle avait une sûreté, c’était beau à voir, s’ébahit son père, Pauli, qui peut être fier de sa petite merveille. Aujourd’hui, ce n’est pas Lindsey qui a perdu, mais bien Lara qui est allée la chercher, cette victoire.»

Pour un petit centième, c’est quoi un centième? Vingt points de «grappillés» à l’Américaine au général. Mais encore? Un chèque de 38 500 francs (soit 18 250 de plus que l’Américaine) qui met un peu plus de beurre sur le risotto. C’est aussi le deuxième succès suisse de cette saison après celui obtenu, déjà par… Lara Gut, en géant à Aspen. Et le 14e bouquet de la jeune carrière de la «bombe» de Comano.

Cet écart si infime, c’est aussi une nouvelle victoire dans un combiné (ou en super-combiné) qui échappait à notre pays en Coupe du monde depuis 1989 (Brigitte Oertli) excepté le titre mondial de Chantal Bournissen en 1991 à Saalbach.

«Mais si j’ai des belles capacités entre les piquets d’un super-combiné, ce ne serait pas la même chose dans un vrai slalom, reconnaît la reine du jour avant de lâcher un gros soupir. C’est une épreuve qui te prend beaucoup d’énergie et je n’ai qu’une envie: aller dormir.» Reste qu’avec quatre super-combinés dans la saison, elle a les moyens de se rapprocher encore plus de Vonn et du Globe de cristal. «Je préfère prendre course après course, répète la Tessinoise. Car je n’oublie pas qu’il y a deux ans je comptais le double de points sur ma poursuivante après la tournée américaine et au final, cela n’avait pas suffi!»

La suite du mano a mano

En attendant, ce beau mano a mano entre les deux blondes continue ce matin sur la Daille, avec une descente qui promet d’être d’enfer. «Je ne dois pas regarder comment skie Lindsey mais tailler des courbes comme je sais le faire, poursuit Lara Gut. Le seul moyen d’aller vite, c’est de s’occuper de soi-même. Ce matin j’ai commis une petite erreur, à moi de la rectifier et on verra bien. Mais attention, il y a encore d’autres filles qui peuvent être devant…»

Reste qu’hier à Val d’Isère, Lara Gut, victorieuse d’une descente en 2013, a pris goût au succès. Elle était insatiable, impressionnante…


La renaissance de Fabienne Suter

Elle était rentrée de Beaver Creek dans un état désuni, bien décidée à tout laisser tomber. Frustrée après de nouveaux Mondiaux décevants, Fabienne Suter s’est sérieusement posé la question ce printemps. «Je me suis dit dans un premier temps que cela ne servait à rien de continuer, avant qu’on me conseille de ne pas prendre une décision sous le coup de l’émotion que je pourrais regretter plus tard, explique la skieuse de Sattel (30 ans), qui est allée travailler dans un parc d’attractions pour se changer les idées. Après un break de cinq mois sans ski, j’ai retrouvé beaucoup de motivation…» Et elle ne le regrette pas aujourd’hui.

Deuxième de la descente de Lake Louise, derrière Lindsey Vonn, au début de décembre au Canada, Fabienne Suter sait aujourd’hui qu’elle a pris la bonne décision, qu’elle est capable, elle aussi, de chatouiller l’Américaine sur une épreuve de vitesse. Absente hier du super-combiné, la Schwytzoise est prête à rééditer son exploit ce matin sur la piste Oreiller-Killy. «J’ai retrouvé de la confiance avec un nouveau matériel qui me convient de mieux en mieux. Et je dois avouer que le fait d’avoir enlevé le géant de mon programme me permet de garder plus de fraîcheur. J’ai par exemple pu passer quatre jours à la maison après la tournée américaine, ce qui ne m’était plus arrivé depuis longtemps.»

Fabienne Suter vit-elle une renaissance? «Je suis trop vieille pour un nouveau départ, mais disons que c’est différent. Je gère ma saison et mes entraînements d’une autre manière de façon à garder intacte ma motivation, avec la bénédiction de mes entraîneurs.»

A Val d’Isère, «Suti» est prête à jouer les trouble-fête dans le duel que se livrent Lara Gut et Lindsey Vonn. «J’étais assez contente de mon dernier entraînement, même si je dois encore changer quelques détails dans ma position, explique-t-elle. Je dois davantage attaquer pour obtenir un bon résultat.»

Et si Fabienne Suter attendait encore un an et les Mondiaux de Saint-Moritz pour tirer sa révérence? Et, sait-on jamais, avec enfin une médaille… C.MA.

Créé: 18.12.2015, 22h58

Articles en relation

Lara Gut: «Si je gagne un veau, on trouvera une solution!»

Ski alpin A Val d’Isère, la tradition veut que celle qui remporte la descente des dames gagne un bovin. Cela a fait sourire la Tessinoise. Plus...

Au programme

Dames en France

Val d’Isère
Samedi: descente (10h30).

Courchevel
Dimanche: géant (10h30/13h30).

Messieurs en Italie

Val Gardena
Samedi: descente (12h15).

Alta Badia
Dimanche: géant (9h30/12h30).
Lundi: géant parallèle (18h).

Madonna di Campiglio
Mardi: slalom (17h45/20h45).

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...