Plus que le vent du boulet

Au cœur des Jeux

Le vent a tout balayé: les portiques de détection, les filets de protection, les barrières de sécurité et même l’inspiration des journalistes.

Le vent a tout balayé: les portiques de détection, les filets de protection, les barrières de sécurité et même l’inspiration des journalistes. Image: AO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’était mercredi le jour des amoureux. À PyeongChang, on a fêté la Saint-Valentin et on s’est fait la bise. Pas un bécot d’asthmatique. Non, une bise à décorner les éoliennes, un aquilon à renverser les jeux de quilles. Le blizzard à Jeongseon et le sirocco à Gangneung. En coréen, on appelle ça le baram ou le pogpung. Pour le coup, un sacré Barnum!

Tous les guides touristiques vous le diront, en hiver, au Pays du Matin calme, Éole se déchaîne. C’est un cas d’école. Mais au CIO, on préfère lire le manuel de Picsou en dix leçons.

Le vent, donc, a tout balayé. Les portiques de détection, les filets de protection, les barrières de sécurité, les slalomeuses et même l’inspiration des journalistes. Alors, pour ne pas virer neurasthénique, on s’est mis à fredonner Brassens. Les amoureux des bancs publics, évidemment. Et le vent, forcément. Mais le vent fripon n’a trouvé aucun jupon à détrousser. Ce n’est pas la saison. Furibond et maraud, il n’a envoyé valser que quelques chapeaux.

En revanche, le CIO aurait pu, en toute urgence, parce que c’est dans l’air du temps, ajouter à son programme quelques disciplines plus adaptées aux conditions météorologiques. Le char à voile, par exemple. Ou le kitesurf. Ou le parapente freestyle. Sur la plage de Gangneung, un tel spectacle aurait fait fureur.

Mais là, tout cela, toutes ces turbulences, ce n’est plus que du vent. Là-haut, comme par un enchantement, un dépanneur providentiel a réussi à stopper la soufflerie infernale et à remettre les Jeux dans le portique de départ. Nom de Feuz! Mercredi soir, il n’y avait plus que le vent du boulet qui soufflait sur les têtes des curleurs suisses. Non, ce n’était pas la fête à Valentin (Tanner) et à ses potes, soufflés par la Grande-Bretagne et balayés par l’Italie!

(24 heures)

Créé: 14.02.2018, 20h57

Pascal Bornand, rubrique Sports

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Un chien accompagne une pasteure dans les EMS, paru le 23 mai 2018
Plus...