Vonlanthen: «Si je reviens, je veux être à 100% sur le terrain»

FootballVingt-six semaines après sa rupture au tendon d’Achille, le Servettien pourrait effectuer son retour demain face à Old Boys. Mais il hésite…

Johan Vonlanthen porte un regard lucide et pertinent sur le Servette FC d'aujourd'hui.

Johan Vonlanthen porte un regard lucide et pertinent sur le Servette FC d'aujourd'hui. Image: Eric Lafargue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce soir-là, à Lugano, Servette avait perdu plus qu’un match: ses rêves de promotion en Super League et… Johan Vonlanthen. Ce lundi 11 mai, l’ancien international helvétique, le plus jeune buteur d’un Euro (en 2004 contre la France), avait quitté le Cornaredo avec des larmes et une rupture du tendon d’Achille.

Vingt-six semaines plus tard, le No 7 est à nouveau d’attaque. Et si le joueur helvético-colombien de 29 ans effectuait son retour, ce dimanche, contre Old Boys, ne serait-ce quelques minutes? S’il a des fourmis aux pieds, l’ex-attaquant de Young Boys, d’Eindhoven, de Brescia, mais aussi de Breda, Salzbourg, Zurich et Grasshopper est partagé. «Je ne ressens plus aucune douleur au tendon, mais comme j’ai compensé, il m’arrive d’avoir des maux sur d’autres parties du corps, à la hanche, aux adducteurs ou à la cuisse quand j’accélère. Si je reviens, je veux être à 100% sur le terrain!»

Johan Vonlanthen, comment avez-vous vécu cette longue période de convalescence avec, entre-temps, la relégation administrative de Servette?

Je n’aime pas regarder dans le rétro. Je préfère repartir de zéro. C’est dommage ce qui est arrivé au club, mais la vie continue, il faut aller de l’avant. J’ai du plaisir à l’entraînement. Les mauvaises histoires sont derrière.

Certains joueurs comme Pasche, Roux, Bua et Zakaria sont partis. Avez-vous songé à suivre le mouvement?

J’ai aussi perdu beaucoup d’amis dans le staff technique et cela m’a touché. Comme le départ de Kevin Cooper. J’étais en confiance avec lui et je ne suis vraiment pas content qu’il soit parti. Mais voilà, dans un club, c’est le président et le directeur sportif qui décident et nous, les joueurs, on doit continuer notre job.

Avez-vous toujours du plaisir à porter ce maillot grenat?

Cette situation m’a fait du mal parce que Servette reste un grand club. C’est toujours un honneur pour un joueur en Suisse de jouer en grenat. Servette possède une belle histoire, de grands noms sont passés ici. Je me souviens du premier match à la Praille, j’évoluais avec Young Boys, le stade était plein à craquer. Quand je suis arrivé ici, c’était différent, mais aujourd’hui je suis content d’être là et d’aider Servette à retrouver l’élite.

Servette partage la tête de la Promotion League avec Cham, mais peine à prendre les devants. Que manque-t-il aux Grenat pour s’échapper?

Il ne faut pas oublier que le groupe a vécu un grand changement. Par rapport à la saison dernière, il ne reste que deux joueurs sur le terrain. Le club a recommencé une histoire qui n’était pas normale pour des footballeurs. Au niveau mental, la situation n’était vraiment pas évidente. Cela a été compliqué de tirer un trait sur le passé. Dans cette situation, je trouve que l’équipe a malgré tout retrouvé rapidement le chemin de la victoire. Je ne connaissais pas cette Promotion League, mais, dans les tribunes, j’ai constaté que nos adversaires sont agressifs et tactiquement bien placés défensivement. Servette joue bien, se crée des occasions, mais ne marque pas. Comme samedi passé contre Sion, on ne réussit pas le break et on encaisse l’égalisation sur la fin. Nous sommes les plus forts, mais nous devons soigner la finition. Au niveau individuel, certains doivent aussi en faire plus pour l’équipe.

Comment voyez-vous votre retour, avec une grosse envie de rattraper le temps perdu? Je suis très motivé, mais avec l’expérience, à 29 ans, il faut bien réfléchir et regarder en avant. Quand je suis revenu de Colombie en 2013, à Grasshopper puis à Schaffhouse, j’ai souffert d’un manque de compétition. C’est avec Servette que j’ai retrouvé le rythme, que j’ai recommencé à marquer avant cette blessure. Aujourd’hui, j’ai peur de recommencer trop vite. Par conséquent, je ne me mets pas trop de pression pour ces deux derniers matches. Je préfère bien me préparer pour le deuxième tour où je vais continuer à travailler. Et il est hors de question que je prenne des vacances cet hiver!

Quelle impression vous ont faite ces jeunes talents servettiens?

Je crains que trois ou quatre jeunes d’entre eux partent cet hiver plus haut! Si les individualités peuvent faire la différence dans un match, on risque bien d’être affaibli avec ces départs. J’espère que les dirigeants vont réagir et planifier une équipe pour monter. Je le dis honnêtement, je ne veux pas rester encore une saison en Promotion League. Dans l’équipe, personne ne peut revenir en arrière, mais on a besoin d’une formation compétitive pour atteindre notre objectif. On possède de bons joueurs, mais si on perd nos talents il sera difficile de retrouver cette qualité. Reconstruire une équipe prend du temps et je ne pense pas que Servette peut se permettre de le faire ces prochains mois…

Et l’équipe de Suisse, vous y pensez encore?

Je suis très fier d’avoir fait partie de cette équipe et je reste un fan de la Suisse. Mais de revenir, c’est joli de rêver…

Créé: 14.11.2015, 19h20

Articles en relation

Le camouflet est évité, mais il y a du boulot avant l’Euro

Football Menée 3-0 après 55 minutes par la Slovaquie, la Suisse revient à 3-2, pour atténuer ce qui reste une défaite. Plus...

Depuis Vienne, la sélection helvétique de football est solidaire avec Paris

Football Les internationaux suisses ont réagi immédiatement après le match en Slovaquie. Le secrétaire général a parlé au nom de la délégation. Plus...

Dribbles

L’affiche Servette FC a la visite de Old Boys Bâle, 3e de Promotion League, à un point des Grenat, coleaders avec Cham. Coup d’envoi demain à 15?heures.

L’adversaire Les Rhénans s’étaient imposés contre toute attente 2 à 1 le 5 août face aux Genevois. La formation de Samir Tabakovic n’a connu qu’une seule défaite lors des 10 dernières rencontres de championnat (7 victoires, 2?nuls, 1?défaite). Akbulut (7 buts, 1?assist) et Barry (6 buts, 3?assists) sont les meilleurs réalisateurs des Bâlois.

L’effectif Sauthier, Gazzetta, Kursner, Cespedes, Infante et Maouche sont blessés. Guillemenot et Kutesa sont avec l’équipe de Suisse des M19. Rodrigues (équipe de Suisse M20) et Vonlanthen (décision ce matin) sont incertains.

L’action Le club grenat organise sa 2e Magie de Noël. Chaque spectateur aura la possibilité d’accéder gratuitement au stade en échange d’un jouet, d’un jeu, d’un cadeau, neuf et non emballé, qui fera le bonheur d’un petit garçon ou d’une petite fille d’une famille défavorisée. Les cadeaux seront redistribués par des œuvres caritatives de la région genevoise, en collaboration avec l’association Un enfant - Un cadeau. Une table sera installée ce dimanche à partir de 14?heures sur l’esplanade, à côté du bus de One FM. Le club de la Praille et les joueurs comptent sur votre bon cœur grenadine.

Le mot de Thierry Cotting
«Une revanche à prendre et surtout un nouveau match à gagner!»
C.MA.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.