Passer au contenu principal

Musique contemporaineStanislas Pili invente l’alchimie musicale

Le percussionniste sarde présente lundi à la SMC Lausanne une création multimédia avec manipulation de solides et de liquides.

Stanislas Pili intègre autant les aspects sonores que visuels dans sa création «A guardia di una fede, Opus 2», à découvrir lundi 26 octobre au Conservatoire de Lausanne.
Stanislas Pili intègre autant les aspects sonores que visuels dans sa création «A guardia di una fede, Opus 2», à découvrir lundi 26 octobre au Conservatoire de Lausanne.
DR

«L’idée de faire un spectacle inspiré de l’alchimie m’est venue à la suite d’un rêve où je voyais fondre un gong thaï en acier noir et le liquide produisait un son. J’en ai parlé à un collègue qui m’a suggéré de m’intéresser à Jung et à l’alchimie.» Le processus était lancé. En création ce lundi 26 octobre à la SMC de Lausanne, la nouvelle œuvre de Stanislas Pili, «A guardia di una fede, Opus 2» ne devrait ressembler à rien de ce que l’on attend d’un concert de percussion. Il s’agira davantage d’une plongée dans le laboratoire d’un savant un peu fou, manipulant des solides et des liquides et sculptant la lumière.

«L’idée de faire un spectacle inspiré de l’alchimie m’est venue à la suite d’un rêve où je voyais fondre un thaï gong en acier noir et le liquide produisait un son.»

Stanislas Pili, compositeur et percussionniste

Stanislas Pili n’est pas un percussionniste ordinaire. Le jeune musicien franco-sarde a pourtant longtemps suivi la voie «classique», se perfectionnant dans le métier de percussionniste d’orchestre qu’il a pratiqué en Italie et en Hollande. Mais il a développé en parallèle un goût pour l’expérimentation, le théâtre musical et la création contemporaine, jusqu’à prendre la décision de ne se consacrer qu’à cette discipline. Et c’est l’existence d’un master unique en son genre à la HEM de Berne associant composition musicale et performance multimédia qui le fait venir en Suisse. «Je suis arrivé à Berne il y a trois ans, raconte le musicien, et j’ai été immédiatement séduit pas la scène musicale suisse, plus riche que dans d’autres pays et qui permet de développer ses propres créations.»

Dans le laboratoire sonore de Stanislas Pili.
Dans le laboratoire sonore de Stanislas Pili.
DR

Jouer les images

En réalité, cette nouvelle création est déjà la transformation d’une première version de l’œuvre, d’où la mention d’«Opus 2». «Dans mon travail de recherche, j’avais accumulé tellement de matériaux hétérogènes que j’avais mis de côté les aspects visuels dans l’Opus 1. Ici, j’ai décidé d’enregistrer une bande avec des sons et des musiques de différentes sources, et je joue les images en direct qui seront projetées sur écran.»

Lausanne, HEMU, Grotte 2
Lu 26 oct. (20 h 15), présentation (19 h)
Billets à l’entrée

smclausanne.ch

1 commentaire
    geissberger

    Absolument magique, étonnant et subliminal.