«C’est un début d’année calamiteux, du jamais vu»

Marchés financiersAvec ce propos, un courtier parisien a résumé l’ambiance prévalant mercredi dans la plupart des Bourses européennes.

Depuis le début de l’année, le Swiss Market Index (SMI) a chuté de 6,7%.

Depuis le début de l’année, le Swiss Market Index (SMI) a chuté de 6,7%. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est un début d’année calamiteux. Probablement du jamais vu, en dehors peut-être du mois de janvier 1988, après le krach de l’année précédente», s’est ému Xavier de Villepin, mercredi à la Bourse de Paris. Ce courtier de la société HPC SA résumait en ces termes l’ambiance prévalant dans la plupart des Bourses européennes et même du monde.

Tout a commencé au cours de la nuit de mardi à mercredi. Lors d’échanges électroniques auprès des principales Bourses asiatiques, les cours du brut sont passés en dessous de 28 dollars le baril (27,55). L’or noir s’est ensuite approché des 26 dollars mercredi soir à New York, son plus bas depuis mai 2003.

Angoisses d’Etats

Au même moment, le Brent de la mer du Nord s’échangeait à 27,29 dollars le baril, également un plus bas depuis novembre 2003. «L’évolution des cours du pétrole constitue un baromètre mesurant le degré d’anxiété des investisseurs», rappelle Franklin Pichard, directeur de Barclays Bourse depuis 1998.

Des investisseurs certes, mais aussi de plusieurs Etats. La dégringolade persistante du brut, puis du gaz, favorise des taux d’inflation toujours insuffisants dans les économies les plus développées (en dessous de 1,8%), voire d’un basculement en déflation. Les gouverneurs de la Banque centrale européenne se réunissent ainsi aujourd’hui pour aborder ce casse-tête.

Dans ce contexte maussade, le DAX allemand a clôturé en baisse de 2,82%. Le Footsie britannique a perdu 3,46% et le CAC 40 français n’a pas brillé davantage: moins 3,45%. Le Swiss Market Index (SMI, l’indice regroupant les vingt plus importantes valeurs du marché helvétique) est parfois descendu à des niveaux inédits (jusqu’à 7935 points) depuis le fameux 15 janvier 2015, juste après l’abandon du cours plancher de l’euro par rapport au franc par la Banque nationale. Il a finalement terminé en chute de 3,13% (6,7% depuis le début de l’année). Quant aux Bourses américaines, elles ont fini par réduire les dégâts peu avant la clôture.

Faiblesses dans le luxe

Après l’effondrement des cours du brut, l’action de Zurich Insurance Group AG a donné le ton sur les bords de la Limmat dès les premiers échanges. Sa valeur a en effet chuté de 8,5%. Avant l’ouverture, la société avait il est vrai dévoilé quelques revers subis au quatrième trimestre, comme des charges liées aux tempêtes «Desmond», «Eva» et «Frank» en Grande-Bretagne et en Irlande: en tout près de 275 millions de francs. Sans oublier les coûts d’un programme d’efficience: plus de 470 millions.

L’assureur zurichois a entraîné dans son sillage certaines valeurs bancaires, dont Credit Suisse (–5%), UBS (–4%) et Julius Baer & Co AG (–4,5%). Alors que le Salon international de la haute horlogerie bat son plein à Genève, des valeurs du luxe ont aussi trahi des signes de faiblesse. L’action de Swatch Group a perdu 3,2% et celle de Richemont 2,6%.

Créé: 21.01.2016, 07h28

Articles en relation

Plombé par l'Iran, le pétrole finit sous les 30 dollars

Bourse de New York Les cours du pétrole ont fini pour la première fois depuis douze ans à moins de 30 dollars le baril à New York. Plus...

Le SMI reste pris dans une spirale baissière

La Bourse suisse a été entraînée dans les bas-fonds après des données macroéconomiques américaines décevantes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.