Il y a 25 ans, les Suisses s'indignaient contre l'«Etat fouineur»

Affaire des fichesTandis que le mur de Berlin tombait en 1989, l'affaire des fiches éclatait en Suisse. Au total près de 700'000 personnes, pour la plupart sympathisants de gauche, ont été fichées par la Police fédérale.

L’affaire des fiches qui a éclaté en 1989 a rendu les Suisses viscéralement méfiants vis-à-vis de l’«Etat fouineur».

L’affaire des fiches qui a éclaté en 1989 a rendu les Suisses viscéralement méfiants vis-à-vis de l’«Etat fouineur». Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Helvètes découvraient avec stupeur qu'ils avaient été épiés par la Police fédérale. Au total près de 700'000 personnes, souvent des sympathisants de gauche, ont été fichées.

Après la démission de la conseillère fédérale Elisabeth Kopp, lescontrôles parlementaires qui ont suivi ont révélé le scandale des fiches. La surveillance de centaines de milliers de citoyens avait alors ébranlé la confiance dans les institutions.

Selon le rapport de la commission d'enquête parlementaire (CEP) publié le 22 novembre 1989, les autorités fédérales et les polices cantonales ont fiché plus d'un dixième de la population suisse. Le but avoué de ce fichage général était de protéger la Suisse contre le communisme, climat de guerre froide oblige.

Opinion publique ébranlée

Ce scandale avait fortement ébranlé l'opinion publique. Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre l'«Etat fouineur» tandis que les milieux artistiques ont boycotté le 700e anniversaire de la Confédération en 1991. Près de 300'000 personnes ont demandé à voir leurs fiches.

Une initiative populaire intitulée «SOS - pour une Suisse sans police fouineuse» a d'ailleurs été déposée en 1991. Le peuple l'a toutefois refusée en 1998 par près de 75% des voix.

Dans le sillage de cette affaire, deux autres commissions d'enquête parlementaire ont été ouvertes: l'une concernait l'armée secrète P26 et la deuxième le service secret de renseignements P27. Durant les années 1990, l'affaire des fiches a mené à une séparation de la justice et de la police fédérale.

Les fiches ont été abandonnées en 1994 au profit du système informatique ISIS. Cette collecte de données est soumise à des règles strictes. Mais un contrôle parlementaire mené en 2010 a révélé que le service de renseignements a continué de surveiller des dizaines de milliers de personnes qui n'auraient pas dû figurer dans la base de données d'ISIS. L'affaire n'est pas encore réglée. (ats/nxp)

Créé: 17.11.2014, 09h51

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.