Passer au contenu principal

«25 heures de travail par semaine suffisent aux besoins de la société»

Les jeunes socialistes réclament une société où l’on travaille moins en gagnant autant.

Tamara Funiciello est présidente des Jeunes socialistes suisses.
Tamara Funiciello est présidente des Jeunes socialistes suisses.

Les Jeunes socialistes suisses (JSS) ont adopté samedi, à l’occasion de leur assemblée des délégués, un papier de position réclamant notamment la semaine de vingt-cinq heures pour tous les travailleurs. A salaire égal! Explications avec leur présidente, Tamara Funiciello.

Expliquez-nous le principe de la semaine de travail de vingt-cinq heures à salaire égal.

La productivité continue d’augmenter en Suisse depuis les années 1960. Or, les travailleurs n’en ont jamais profité. Cette augmentation a toujours bénéficié aux entrepreneurs, aux patrons. Si l’on veut une société où le but est de travailler pour répondre aux besoins, vingt-cinq heures hebdomadaires suffisent amplement.

S’agirait-il d’une nouvelle mouture de l’idée du revenu de base inconditionnel?

Non, ce n’est pas le même principe. Le revenu de base inconditionnel serait financé par la société. La semaine à vingt-cinq heures, elle, serait payée par les entreprises qui augmentent sans discontinuer leurs profits.

Le bien-être des travailleurs financé par les patrons. Voilà une idée provocatrice.

Oui, mais elle est très cohérente pour notre société. Depuis la révolution industrielle, le temps de travail a diminué de moitié. Cela représenterait simplement l’étape suivante, en accord avec l’évolution de notre société. La question du bien-être du travailleur est importante: le taux de burn-out ne cesse d’augmenter, cela n’a aucun sens. Mais cela ne représente en outre qu’un aspect seulement. Pourquoi travailler quarante-cinq heures ou plus alors que des tas d’autres personnes cherchent désespérément un emploi? Cela permettrait aussi de réduire le chômage.

Pourquoi proposer cette idée maintenant?

Les JSS la soutiennent depuis un moment déjà. Mais aujourd’hui, le Parti socialiste ainsi que le parlement débattent de la manière de modifier le temps de travail. La droite tente d’introduire une plus grande flexibilité. C’est stupide! Nous souhaitons promouvoir une autre logique dans notre économie, qui profite davantage aux travailleurs.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.