900 réfugiés enregistrés en Italie seront accueillis

SuisseLa conseillère fédérale Simonetta Sommaruga s'est rendue dans la capitale italienne, vendredi, pour évoquer la relocalisation des réfugiés.

La conseillère fédérale était à Rome, vendredi, pour évoquer la question de la politique migratoire suisse.

La conseillère fédérale était à Rome, vendredi, pour évoquer la question de la politique migratoire suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse veut continuer à collaborer avec l'Italie dans le cadre de la politique migratoire. La relocalisation des réfugiés doit être accélérée, a dit vendredi la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga à Rome.

La Suisse accueillera 900 réfugiés enregistrés en Italie d'ici fin septembre 2017, a dit la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP), après une rencontre avec le ministre italien de l'Intérieur Angelino Alfano. Jusqu'à présent, la Confédération a déjà accueilli 133 requérants d'asile en provenance de ce pays dans le cadre du programme européen de relocalisation.

En tout, ce sont 1500 réfugiés, dont 600 de Grèce, que la Suisse a l'intention d'accueillir d'ici fin septembre 2017. «Nous en avons également discuté avec les cantons. Mieux le système de Dublin fonctionnera, mieux ce sera aussi pour la Suisse».

Contribution concrète

La Suisse ne soutient pas seulement les efforts de sa voisine en ce qui concerne l'enregistrement des réfugiés dans les centres d'accueil. «Nous voulons aussi apporter une contribution concrète dans le cadre du programme de relocalisation», a affirmé Mme Sommaruga lors d'un point presse.

La conseillère fédérale a souligné les performances de l'Italie dans l'enregistrement des migrants dans le sud du pays. Le pourcentage de réfugiés enregistrés est passé de 17 à 95 par rapport à l'année passée. «La manière dont l'Italie traite la problématique migratoire est particulièrement importante pour la Suisse, car cela a un impact immédiat sur nous», a souligné la cheffe du DFJP.

Plus d'experts

Après sa rencontre avec M. Alfano, Simonetta Sommaruga s'est rendue dans la ville portuaire de Tarente pour y visiter un centre d'enregistrement. «Nous voulons nous faire une idée de la situation sur place», a-t-elle précisé.

La gestion de la problématique migratoire est un défi pour l'Italie, a affirmé la conseillère fédérale. D'autant plus que l'on attend un nouveau record d'arrivées jusqu'à la fin de l'année 2016.

Le nombre d'experts du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) que la Suisse envoie dans les centres d'enregistrement depuis l'entrée en vigueur de l'accord avec le Bureau européen d'appui en matière d'asile (ESAO) devrait être doublé. Ils seront 14 dans le futur. «Nous voulons ainsi indiquer que nous venons en aide à l'Italie non seulement avec des mots mais également avec des faits», a expliqué Mme Sommaruga.

Patrouilles mixtes possibles

La Suisse secondera également sa voisine dans le contrôle des frontières. La coopération entre les deux pays devrait devenir un modèle en matière de migration, selon la ministre de la justice.

Les deux ministres se sont félicités de la mise en oeuvre du nouvel accord bilatéral de coopération policière et douanière signé en octobre 2013. Les protocoles d'application ont été paraphés mardi passé. «L'accord peut maintenant entrer en vigueur», s'est réjouie la conseillère fédérale. Des patrouilles mixtes à la frontière sont désormais possibles. (ats/nxp)

Créé: 25.11.2016, 19h34

Galerie photo

Crise migratoire: le drame des migrants en Méditerranée (Avril 2015-juin 2017

Crise migratoire: le drame des migrants en Méditerranée (Avril 2015-juin 2017 Les migrants et les réfugiés traversent la Méditerranée pour atteindre l'Italie ou la Grèce.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.