Assura champion de la hausse des primes 2016

Assurance maladiePionnier de l'assurance maladie low cost, l'assureur romand doit augmenter ses tarifs pour la première fois depuis quatre ans, et ça va faire mal. Les cantons, inquiets, cherchent la parade.

La caisse maladie, numéro 4 suisse, assure un Vaudois et un Genevois sur quatre. ?

La caisse maladie, numéro 4 suisse, assure un Vaudois et un Genevois sur quatre. ? Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les milliers d’assurés qui se sont réfugiés chez Assura pour payer des primes maladie aussi basses que possible vont faire la grimace. L’assureur romand, champion de l’assurance-maladie low cost, doit à son tour ajuster ses primes à la hausse. C’est une première depuis quatre ans, et ça va faire mal. Selon des sources concordantes, les propositions de primes 2016 qu’Assura a défendues devant l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) incluent des hausses moyennes d’environ 15% – 14% pour Vaud, 15% à Genève, entre 16 et 17% à Neuchâtel. Un bond trois fois supérieur à la hausse des coûts de la santé en 2015, estimée entre 4 et 6% par le pool SantéSuisse. Dans la branche, il est admis que les nouvelles primes répercutent la dernière hausse des coûts alourdie de 1%.

Les primes 2016 de toutes les caisses ont été validées ces derniers jours par l’OFSP. Elles seront dévoilées la semaine prochaine. Avant le jour J, c’est l’omerta. Vice-directeur à l’OFSP, Oliver Peters ne commente pas le cas Assura. La compagnie elle-même ne se prononce sur aucun chiffre, mais elle confirme «une hausse significative» de toutes ses primes. En coulisses, la correction décidée par Assura est évoquée comme «le fait spectaculaire» de la ronde 2016. Partout, son ampleur tire vers le haut la prime moyenne cantonale par assuré.

Les cantons très inquiets

Tenus informés, les cantons ont exprimé leurs vives inquiétudes à la Confédération. La situation d’Assura n’est pas banale car cette caisse est devenue, au fil des années, la moins chère pour l’assurance de base dans 23 cantons. Des milliers de personnes affiliées à cette caisse sont aussi au bénéfice d’une aide cantonale, en raison de leur revenu modeste. La hausse marquée de leur prime mettra en tension les budgets disponibles pour cette tâche d’équilibrage social. «Un effort accru sera sans doute nécessaire pour les assurés modestes, mais comment faire avec ceux qui, aujourd’hui déjà, n’y arrivent pas?» interroge le conseiller d’Etat genevois Mauro Poggia. «Nous avons le projet en débat au parlement de limiter à 10% du revenu la charge des primes acceptable. La hausse marquée des primes le rend plus nécessaire que jamais», renchérit son collègue vaudois, Pierre-Yves Maillard.

L’OFSP a-t-il modéré les plans d’Assu­ra? Sans doute, mais à la marge, pronostique-t-on dans les cantons. Le scénario d’une hausse générale à deux chiffres, soit au moins 10%, reste «le plus probable», assurent plusieurs sources. Avec 910?000 affiliés (un peu moins de 500'000 en Suisse romande), la caisse assure un Vaudois et un Genevois sur quatre.

A force d’aligner les exercices avec des primes stables et basses, Assura avait réussi à en faire sa marque de fabrique. Faut-il parler d’une nouvelle stratégie? Est-ce la fin de son modèle d’assurance-maladie low cost? Les questions se bousculeront ces prochains jours.

Augmentation des remboursements

En 2013, quand le fondateur d’Assura, Jean-Paul Diserens, s’est retiré des affaires, la société disposait d’un double atout dans l’assurance de base: un portefeuille d’excellente qualité en termes de risques et un trésor de guerre: 760 millions de francs de réserve pour un taux de couverture de 135%, très supérieur aux exigences légales. Que s’est-il passé? L’afflux massif d’adhérents ces deux derniers exercices a pu changer la donne. A mesure que les primes augmentaient partout, la caisse Assura serait devenue l’ultime recours pour une nouvelle catégorie d’assurés: des personnes âgées ou fragiles, à revenu modeste, peinant à garder la tête hors de l’eau. Or cette clientèle est connue pour consommer beaucoup de soins. Assura aurait vu ses dépenses de remboursement augmenter beaucoup.

Par ailleurs, l’effort de solidarité d’Assura avec les caisses rivales présentant un profil de risque moins favorable a dû augmenter avec ses propres effectifs qui bondissaient. Un franc de prime sur quatre encaissés par l’assureur est déjà reversé au fonds de compensation des risques (2014). Les nouvelles règles sur les réserves et pour durcir encore, dès 2017, la compensation des risques pourraient aussi avoir pesé sur le calcul des primes 2016. On assisterait donc à une normalisation d’Assura: la caisse low cost serait bridée par un régime d’assurance-maladie qui préconise la concurrence mais impose la solidarité. Toutes les primes sur le marché se rapprochent et le libre choix de l’assuré diminue d’autant. (24 heures)

Créé: 18.09.2015, 17h54

En chiffres

+15% La hausse moyenne des primes 2016 présentées par Assura à l’OFSP.


910'000 affiliés chez Assura pour l’assurance de base, en 2015. Un peu moins de 500?000 le sont en Suisse romande.


222'000 affiliés nouveaux à l’assurance de base d’Assura les deux dernières années, 2014 et 2015. Soit une progression de 32% par rapport à l’effectif 2013.


573 millions de francs versés par Assura en 2014 à l’Institution commune LAMal, soit le fonds de compensation des risques entre caisses.


16% de tous les assurés au bénéfice d’un subside à Genève sont affiliés pour l’assurance-maladie obligatoire chez Assura. Le ratio dans le canton de Vaud est comparable.

Articles en relation

Le Conseil fédéral opposé à une hausse de la franchise maladie

Assurances Augmenter la franchise ou la quote-part maximale dans l'assurance maladie frapperait en premier lieu les personnes défavorisées, selon le gouvernement. Plus...

Le marché juteux des animaux de compagnie

Business Nourritures, jouets, accessoires pour le sport, assurances en cas de maladie: le business des animaux domestiques connaît un véritable essor en Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...