Au cœur de Zurich, le plus haut silo de Suisse divise

UrbanismeCulminant à 118 mètres, la tour Swissmill est inaugurée ce week-end. Son esthétique ne fait pas l’unanimité.

Une barre controversée dans le ciel zurichois.

Une barre controversée dans le ciel zurichois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Elle est un nouveau point de repère dans l’horizon zurichois. Un monolithe de béton aux façades grises planté au cœur de la ville. Sur les bords de la Limmat, la tour Swissmill trône à 118 mètres de hauteur. Elle est le troisième édifice le plus haut du pays et, surtout, le plus haut silo à grains d’Europe. Le bâtiment sera inauguré ce week-end, après trois ans de travaux et une genèse qui a soulevé les passions.

Au No 306 du Sihlquai, à dix minutes de la gare, on met les dernières touches à l’ouvrage. Responsable de la production du blé, Emmanuel Torche se réjouit de la mise en service du bâtiment. «Nous allons pouvoir nettement augmenter la quantité de grains stocké!» Bâti il y a plus d’un siècle, le silo montait à l’origine à 40 m, avant d’être prolongé verticalement par une nouvelle série de cellules de stockage.

Une vue à couper le souffle

Au 20e et avant-dernier étage, Emmanuel Torche soulève une trappe métallique dévoilant l’une des cellules: un cube de 65 mètres de profondeur noyé dans l’obscurité. «Pour voir quelque chose, il faut des jumelles», sourit-il. Pour le profane, c’est donc au 21e étage que se joue le vrai spectacle. Au sommet de la tour, Swissmill s’est construit une grande salle de conférence entourée de baies vitrées. La vue panoramique sur Zurich est à couper le souffle.

De l’autre côté des murs de béton, toutefois, certains s’étranglent. «C’est un bunker effroyable. Imaginez-vous quelle image cela donne à la ville!» Beni Weder habite juste en face, sur l’autre rive de la Limmat, dans l’arrondissement de Wipkingen. Président de l’association de quartier, il avait mené la fronde populaire contre l’agrandissement de la tour. En 2010, les autorités zurichoises ont accordé à Swissmill, filiale de Coop, l’autorisation de tripler la taille du bâtiment après la fermeture de son silo bâlois. Le projet a divisé les habitants. Certains dénonçaient la balafre dans le paysage, et l’ombre faite aux baigneurs, tandis que d’autres défendaient le maintien d’une activité industrielle dans un quartier en pleine gentrification. En février 2011, les Zurichois ont adoubé le nouveau silo à 58% des voix. Seuls les quartiers de Wipkingen et de Höngg, avec vis-à-vis sur la tour, ont dit non.

«Non-sens écologique»

Aujourd’hui, les avis divergent toujours, et le silo laisse rarement indifférent. «Au début je la haïssais parce qu’elle nous fait de l’ombre. Mais de loin, je dois avouer que je lui trouve un certain charme», confie la tenancière d’un bar bordant la Limmat, avec vue frontale sur l’imposante construction. «Je la trouve très réussie. Avec ses façades recouvertes de panneaux solaires, on dirait un gratte-ciel américain des années 1970», s’enthousiasme un artiste zurichois.

Le rédacteur en chef de la NZZ am Sonntag s’est, lui, étalé sur une page entière pour dire tout le mal qu’il pensait de ces «118 mètres de laideur». Pour lui, «ce nouveau symbole a le charme d’un monument de guerre soviétique». Quant à Beni Weder, il fustige toujours un «non-sens écologique». «Chaque jour, 75 camions partent de là pour livrer de la farine!» Quelque 200 000 tonnes de céréales y sont moulues chaque année, soit environ 30% des besoins de l’industrie alimentaire suisse. Selon Swissmill, 90% de ses clients se trouvent dans un rayon de 120 kilomètres.

Le silo à grains n’a pas fini de faire parler de lui. Pour embellir la construction, les Vert’libéraux ont déposé un postulat demandant aux autorités zurichoises d’examiner avec Swissmill la possibilité de verdir les façades de la tour ou de les décorer avec des projections lumineuses. (24 heures)

Créé: 02.09.2016, 07h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.