Avion de combat: le GSsa lancera le référendum

SuisseGuy Parmelin a à peine annoncé qu'un référendum pourra être lancé contre les futurs jets que le Groupe pour une Suisse sans Armée s'est lancé dans la bataille. Les Verts sont prêts eux aussi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA) n'a pas mis longtemps vendredi pour annoncer qu'il lancera le référendum sur l'achat des avions de combat. Guy Parmelin avait à peine rendu publique la décision du Conseil fédéral que le GSsA sautait dans la brèche, non sans critiquer la méthode.

Soumettre ainsi au référendum un tel arrêté de planification est «démocratiquement douteux», écrit le GSsA. Il ne contient ni les coûts exacts, ni le modèle, ni même le nombre de jets, critique Lewin Lempert, secrétaire du GSsA, cité dans le communiqué du groupe. Avec cette variante, le peuple ne pourra pas se déterminer en connaissance de cause. Une telle méthode donne un chèque en blanc au Conseil fédéral, ajoute le GSsA.

Et ce dernier de rappeler qu'en 2014, le peuple suisse a refusé l'achat de nouveaux avions de combat pour 3,1 milliards de francs. Au total, le coût de ces avions, en incluant les charges liées à leur exploitation, se serait élevé à 10 milliards de francs, ajoute le GSsA. Or, dans la nouvelle mouture présentée par le Conseil fédéral, ce coût explose pour atteindre 24 milliards.

Le PS évoque un simulacre de votation

Le parti socialiste n'a pas tardé non plus à réagir. Le Conseil fédéral propose un simulacre de votation populaire afin de déterminer si la Suisse a absolument besoin de forces aériennes, estime-t-il dans un communiqué. Pour Pierre-Alain Fridez, conseiller national (JU), «cette votation n’apporte aucune clarification sur le fait de remplacer de manière anticipée les actuels F/A-18 ou si leur durée de vie ne pouvait être simplement prolongée.»

Le PS exige du coup que le Conseil fédéral soumette à la population un projet concret, et non une vague question de principe. « Nous ne votons pas sur des questions générales de principe, comme le fait de savoir si les routes sont ou non nécessaires. Sur ce type de questions, nous avions voté sur la création d’un fonds financier pour les routes nationales, sur la provenance des moyens financiers et sur la manière de dépenser l'argent à disposition», rappelle le Jurassien.

Un chèque en blanc, selon les Verts

Les Verts se montrent aussi très critiques. «Le Conseil fédéral veut offrir un chèque en blanc de plusieurs milliards à l’armée pour la défense aérienne», estime la conseillère nationale genevoise Lisa Mazzone. Le Conseil fédéral n’ose ainsi pas se confronter aux citoyens en présentant un projet clair et transparent comprenant le modèle et le nombre d’avions, comme c’était le cas lors de la votation sur le Gripen, reprochent les Verts au Vaudois.

Ils se disent prêts eux aussi à lancer le référendum: «Si cet arrêté devait être accepté par le Parlement, les Verts l’attaqueront par référendum, comme leurs délégué-e-s l’ont déjà décidé. », écrivent-ils. Trois ans après le Non au Gripen, les Verts refusent l’achat de nouveaux avions de combat.« La population a refusé d’acheter un vélo, maintenant on veut lui vendre une limousine.»

L'UDC salue

L'UDC de son côté a salué la décision du Conseil fédéral de prévoir un montant de 8 milliards de francs pour l'achat de nouveaux avions de combat et pour le renouvellement de la défense aérienne basée au sol. «Le contrôle et la défense autonomes de notre espace aérien sont indispensables, faute de quoi la neutralité suisse, qui a si souvent fait la preuve de son utilité dans le passé, serait remise en question», écrit le parti dans un communiqué. L'UDC salue aussi «expressément la possibilité donnée peuple de prendre position sur ces projets par le biais d'un référendum facultatif.»

Il faut donner à l'armée les moyens financiers dont elle a besoin pour s'équiper, poursuit l'UDC. «Il est proprement inacceptable que la Suisse doive aujourd'hui encore engager des avions de combat datant des années septante du siècle passé, les F-5 Tiger, pour défendre son espace aérien et protéger la population. Dans d'autres pays, ces engins sont au musée.»

Bémol du PLR pour la défense sol-air

Le camp des défenseurs de l'armée salue la décision du Conseil fédéral. Il est normal et juste que le peuple ait l'occasion de se prononcer sur le principe, les questions du choix du modèle et du nombre d'exemplaires à acheter doivent cependant relever de la compétence du Conseil fédéral, déclare la Société suisse des officiers (SSO). Selon elle, plus on votera vite, mieux ça vaudra.

Après le rejet des Gripen, proposer un projet qui permette le référendum est nécessaire, estime le PDC. C'est «politiquement légitime», renchérit le PLR. Ce dernier soutient le renouvellement complet de la flotte, et 8 milliards ne sont «de loin pas de trop» pour cela, a précisé à l'ats Karine Barras, porte-parole des libéraux-radicaux.

Le PLR voit cependant un risque dans la méthode choisie. L'arrêté de planification portant sur l'ensemble, un rejet des avions signifierait également un non à l'achat d'un nouveau système de défense sol-air, que le parti juge indispensable.

Le strict minimum

Le porte-parole du PDC renvoie lui à sa position exprimée il y a neuf mois quand le Département fédéral de la défense avait rendu publics ses plans à propos des nouveaux avions de combat. La Suisse doit bénéficier d'une force aérienne opérationnelle et performante: la police du ciel et la sécurité de l'espace aérien doivent être assurées sans faille, était-il écrit. (nxp)

Créé: 09.03.2018, 15h46

Articles en relation

Les Suisses pourront voter sur les avions de combat

Confédération Le Conseil fédéral souhaite ouvrir la voie à une votation sur l'achat de nouveaux jets et d'un nouveau système de défense sol-air. Le peuple pourrait se prononcer en 2020. Plus...

Retrouvez le direct sur Parmelin et les avions de combat

Suisse Le ministre de la Défense veut présenter l'achat des nouveaux jets sous la forme d’un arrêté de planification pouvant être soumis à référendum. Suivez sa conférence de presse en direct. Plus...

Référendum sur les avions de combat en vue?

Suisse Guy Parmelin devrait proposer au Conseil fédéral ce vendredi de soumettre aux Suisses le budget pour acheter de nouveaux jets. Ils pourraient alors se prononcer dans les urnes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 18 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...