Bienne va-t-elle devenir la capitale du Jura bernois?

Question jurassiennePrivée de Moutier, la minorité romande du canton regarde vers Bienne. La représentation des francophones doit-elle être revue?

Manfred Bühler, unique représentant du Jura bernois sous la Coupole fédérale. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après s’être entre-déchirés sur des questions identitaires, les francophones du canton de Berne vont-ils se diviser sur leur représentation politique? Avec le départ de Moutier, le Jura bernois perd sa plus grande localité – 10% de sa population – et penche un peu plus encore vers l’agglomération biennoise. Reste à déterminer si ce nouvel équilibre aura des conséquences politiques.

«Bienne va gagner en importance, c’est indéniable», réagit Jean-Pierre Graber, ancien conseiller national du Jura bernois. La ville et son agglomération (100'000 habitants, dont un quart de francophones) fonctionnent déjà comme un pôle d’influence pour les habitants de la région. «C’est la capitale économique et culturelle du Jura bernois.» Une future capitale administrative? «Je ne crois pas. Il restera 45'000 habitants dans le Jura bernois. Ils sont fiers et se battront pour conserver les unités administratives décentralisées à Moutier.»

A Bienne, les craintes portent sur l’avenir du bilinguisme. Dans un canton où l’allemand est ultramajoritaire, le départ de 7000 francophones ne laisse personne indifférent. «Le bilinguisme est un défi régulièrement confronté à des obstacles qui justifient la législation sur le statut particulier du Jura bernois et sur la minorité francophone de Bienne, soulignait dimanche le maire Eric Fehr. Ce vivre ensemble est une question de volonté politique.»

Face à ces inquiétudes, le gouvernement s’est empressé de rassurer. «La Constitution est claire: le canton se considère comme un lien entre la Suisse romande et la Suisse alémanique, détaille le conseiller d’Etat Christophe Neuhaus dans un communiqué. Le dynamisme créé par les relations entre des régions francophone, germanophone et bilingue perdurera. Disposer de deux cultures est une source d’enrichissement.»

Gommer une injustice
Pour défendre sa minorité linguistique, le Canton de Berne a en effet mis en place différents instruments: un statut particulier pour le Jura bernois et un Conseil des affaires francophones pour Bienne. Mais surtout la Constitution garantit un fauteuil de conseiller d’Etat au Jura bernois. Un avantage dont les Romands de Bienne sont exclus. Ce dernier point suscite des crispations: on ne peut pas à la fois regarder vers Bienne culturellement et économiquement, et lui tourner le dos dès qu’il s’agit de partager le pouvoir politiquement.

«C’est une injustice qu’il faut gommer», réagit Mohamed Hamdaoui. Ce socialiste biennois vient de déposer une motion en ce sens au Grand Conseil bernois. «Cette garantie avait été adoptée pour veiller au maintien du Jura bernois dans le canton de Berne. Cet objectif est atteint, il est temps de l’élargir au reste des francophones.» Et d’ajouter que le système actuel laisse peu de chances aux Romands de Bienne d’être élus, alors qu’ils pourraient parfaitement défendre les intérêts des francophones. «La Question jurassienne ayant été réglée, ce serait un symbole fort du Canton envers sa minorité linguistique.»

Sa position reste toutefois très minoritaire à Berne. Le gouvernement l’a déjà balayée, et le parlement devrait en faire de même prochainement. «La grande difficulté d’un tel changement, c’est la définition qu’il engendrerait, commente Jean-Pierre Graber. Comment jugez-vous du caractère «romand» d’un élu? Que faites-vous des bilingues?». Et de rappeler l’épisode de la candidature du Fribourgeois Urs Schwaller au Conseil fédéral.

«C’est une garantie constitutionnelle liée à un territoire, pas à une langue», tranche Manfred Bühler (UDC/BE) unique représentant du Jura bernois sous la Coupole. «Il y a peut-être quelques voix exotiques qui sont prêtes à remettre cette garantie en question, mais aucune instance politique n’ira jusque-là.»

A ceux qui craignent un affaiblissement des francophones, Manfred Bühler voit aussi le départ de Moutier comme une opportunité unique. «Avec la fin des guerres entre autonomistes et loyalistes, les francophones de la région pourront enfin s’unir pour défendre leurs intérêts. Nous sommes peut-être affaiblis numériquement, mais nous avons gagné en cohérence.» (24 heures)

Créé: 19.06.2017, 22h12

La presse alémanique mitigée

Alors que les éditos de la presse romande saluent chaleureusement le oui des Prévôtois, les journaux alémaniques sont mitigés. «Adieu Moutier – comme c’est dommage», titre en français l’édito commun du «Bund »et du «Tages-Anzeiger». «D’un point de vue économique, l’arrivée dans le canton du Jura n’apportera rien, voire péjorera la situation. Les infrastructures pourraient en pâtir, estime l’éditorialiste. Il ne s’agit pas d’une décision prise à froid, mais bien un élan de l’âme.» L’auteur compare la décision de Moutier à un «Brexit à la jurassienne» qui «rejoint la grande mode de la «renationalisation» à l’heure d’un monde toujours plus globalisé. «L’actuel nationalisme ethnique des séparatistes relève davantage d’une forme de nostalgie envers une identité culturelle clairement définie.»

La «NZZ» évoque également une décision qui «cimente les différences culturelles et suit le trend du patriotisme qui sévit dans différentes régions». L’éditorialiste prévient toutefois: le résultat serré de 51,7% est fâcheux pour les deux camps. «Reste encore à voir si le tant désiré Jura tiendra ses promesses. Il sera en tout cas attendu des séparatistes qu’ils maintiennent leur offre de paix.»

La «Luzerner Zeitung» s’efforce de regarder vers l’avant: bien que Berne ait perdu dimanche une importante partie de sa communauté francophone, son engagement envers celle-ci ne doit pas faiblir. «Berne forme, avec son bilinguisme et ses nombreuses régions frontalières, une Suisse miniature. Au lieu de bouder, le «Canton-pont» doit démontrer qu’il prend toujours la question du bilinguisme au sérieux.»

Lucie Monnat

Articles en relation

Le choix de Moutier n'enthousiasme pas la presse alémanique

Revue de presse Les commentaires outre-Sarine jugent la décision davantage guidée par le cœur que par un raisonnement pragmatique. Plus...

Moutier fait le pari de rejoindre le Jura

Scrutin Les citoyens de la cité prévôtoise ont décidé dimanche, par 51,72%, de quitter le canton de Berne. Réactions au terme d’une journée historique. Plus...

De père en fils pour écrire une page de l’histoire jurassienne

A 28 ans, Valentin Zuber, fils de l’ancien maire séparatiste Maxime Zuber, s’est engagé comme porte-parole de Moutier ville jurassienne. Plus...

Moutier décide s’il veut quitter le «Gross Kanton»

Question jurassienne Le vote sur l’éventuel rattachement de Moutier au Jura donne lieu à un débat haut en couleur. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...