Blancho ne pourra pas acquérir un pistolet

BerneEn octobre 2014, le président du Conseil central islamique suisse avait fait une demande de permis d'achat d'armes. Il vient d'être débouté.

Les autorités estiment que l'on ne peut garantir que le Biennois utilisera son arme à bon escient.

Les autorités estiment que l'on ne peut garantir que le Biennois utilisera son arme à bon escient. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La police cantonale bernoise a refusé à bon droit un permis d'achat d'armes à Nicolas Blancho. Le Tribunal fédéral a rejeté le recours formé par le président du Conseil central islamique suisse. Ce dernier exprime son «étonnement».

En octobre 2014, Nicolas Blancho avait adressé à la police bernoise une demande de permis d'achat d'armes. Le président du Conseil central islamique suisse (CCIS) convoitait un pistolet SIG Sauer P226 en calibre 9 mm et doté d'un magasin de 15 coups. Il invoquait des menaces sérieuses contre sa famille et lui-même.

Le refus de la police avait été confirmé par les différentes instances cantonales saisies par Nicolas Blancho. Elles estimaient que l'on ne pouvait pas garantir que le Biennois utiliserait son arme de manière responsable et respectueuse de la loi.

Résistance violente

Les autorités rappelaient les opinions radicales du président du CCIS et le fait qu'il ne reconnaît pas les droits de l'homme et l'état de droit en Suisse. Elles relevaient aussi qu'il tient pour légitime la résistance violente dans certains cas et qu'il appelle à se défendre contre les «forces interventionnistes occidentales.»

Nicolas Blancho s'était tourné en dernier recours vers le Tribunal fédéral. Dans un arrêt publié mardi, les juges de Mon Repos estiment que le recourant se borne à une critique générale des affirmations de l'instance précédente, sans argumenter véritablement sur ses considérants. Il ne satisfait donc pas à son obligation de motivation.

A propos des menaces invoquées par le président du CCIS, le TF relève qu'il n'explique pas dans quelle mesure le refus d'un permis d'acquisition ferait peser un risque sur sa sécurité personnelle. Sur ce point également, la motivation du recours est jugée défaillante.

Victime de discrimination

Dans un communiqué, le CCIS fait part de son «étonnement et de ses regrets». Rappelant que son président avait formulé sa demande à des fins de tir sportif et de défense, le conseil souligne que Nicolas Blancho ne s'est jamais conduit de manière dangereuse ou violente.

En tant que Suisse musulman, Nicolas Blancho estime être victime de discrimination religieuse de par cette interdiction de pratiquer une ancienne tradition helvétique. Il n'entend pas porter l'arrêt du Tribunal fédéral devant la Cour européenne des droits de l'homme mais se réserve le droit de déposer une nouvelle demande de permis à l'avenir.

Nicolas Blancho et deux autres hommes sont appelés à comparaître les 16 et 17 mai devant le Tribunal pénal fédéral à Bellinzone. Ils répondent de violation contre la loi interdisant les groupes «Al-Qaïda» et «Etat islamique» et les organisations apparentées. (arrêt 2C_54/2018 du 23 avril 2018) (ats/nxp)

Créé: 08.05.2018, 12h04

Articles en relation

Nicolas Blancho reste privé d'arme à feu

Canton de Berne Le président du Conseil central islamique suisse a été débouté par la justice bernoise qui a rejeté sa demande d'autorisation de port d'arme. Plus...

Nicolas Blancho flirte-t-il avec le djihad?

Suisse Le président du Conseil Central Islamique Suisse condamne officiellement le terrorisme et le groupe Etat islamique. Mais un enregistrement jette le trouble. Plus...

Le CCIS est riche, mais pas son président

Suisse Tant le président Nicolas Blancho que son porte-parole Qaasim Illi ont des problèmes financiers. Ils ne parviennent pas à payer leurs primes maladies. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Trump annule sa rencontre avec Kim Jong-un, paru le 25 mai 2018
(Image: Bénédicte) Plus...