Crans-Montana plombe Sion 2026

ValaisUn accord a été trouvé jeudi pour rouvrir le domaine skiable. Les anti-JO parlent d’amateurisme.

Touristes et habitants se sont réunis à l’invitation de l’Office du tourisme pour saluer le résultat des négociations.

Touristes et habitants se sont réunis à l’invitation de l’Office du tourisme pour saluer le résultat des négociations. Image: KEYSTONE/J.-CH. BOTT

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La crise à Crans-Montana a pris fin jeudi après-midi, avec l’annonce de la réouverture des remontées mécaniques dès ce vendredi matin. Elles avaient été fermées subitement mercredi à cause d’un conflit financier entre la Commune et l’exploitant des installations, la société CMA détenue par un millionnaire tchèque.

Un accord a été trouvé avec les autorités au cours de négociations sous l’égide du conseiller d’État Christophe Darbellay (lire ci-contre). Mais les opposants à la candidature de Sion aux Jeux olympiques d’hiver de 2026 estiment que le mal est fait. «La population est sceptique, il y a un manque de confiance total. Cette affaire ne fait qu’augmenter cette inquiétude», estime Barbara Lanthemann.

Des «pleureuses»

Pour la présidente du PS du Valais romand, le dossier, déjà miné par les problèmes de personnel de l’aéroport de la capitale valaisanne, a souffert du conflit, Crans-Montana étant un site-clé des JO. Toutes les épreuves de ski alpin doivent s’y dérouler et la Commune doit bénéficier d’un tiers des 100 millions d’investissement public soumis au vote des Valaisans le 10 juin. «Il y a un grave problème de gouvernance, juge Barbara Lanthemann. Le Conseil d’État est intervenu quand le domaine a été fermé. C’est trop tard. Il montre qu’il n’est pas capable de gérer des situations complexes. Il donne une impression d’amateurisme.»

À l’annonce de l’accord, Christophe Darbellay a eu des mots durs envers les opposants aux JO. Les qualifiant de «pleureuses», il a estimé qu’ils ont su sauter sur l’occasion pour critiquer le dossier, dès mardi, sur les réseaux sociaux notamment. «Je n’ai pas l’habitude de donner beaucoup d’importance à ceux qui font feu de tout bois et qui se réjouissent du malheur des autres», a lancé le magistrat PDC. Le ministre a toutefois reconnu que «cette crise n’a pas fait du bien à la candidature. Mais je reste convaincu que le Valais et la Suisse sont capables d’organiser un événement de cette importance.» Le conseiller d’État espère ainsi que le Canton sortira renforcé de l’affaire. «Nous avons montré que nous pouvions nous mettre en ordre de bataille et que nous sommes en mesure d’affronter les difficultés», se félicite Christophe Darbellay. Ce dernier est très vite intervenu pour proposer une médiation aux acteurs du dossier. Il reconnaît que la perspective de la votation du 10 juin est entrée en ligne de compte. «Avec ou sans JO, nous aurions tout mis en œuvre pour trouver une solution, mais, évidemment, dans ce contexte il était important de nous montrer capables de surmonter la crise», explique l’élu.

Nicolas Féraud, président de la Commune de Crans-Montana, estime que le dégât d’image est «incommensurable» pour la station mais pas pour la candidature. «C’était un épiphénomène, l’affaire est réglée, tient-il à rassurer. Nous travaillons tous ensemble depuis des mois pour les JO, nous n’avons pas arrêté de le faire.» Pour l’élu, les pourparlers de jeudi représentent «un premier pas rassurant, motivant. Charge à nous de continuer dans cette direction pour ne plus vivre ça.»

Car tout n’est pas terminé. La convention signée jeudi est valable pour les trois prochains hivers. Elle prévoit que les parties ont 60 jours pour se mettre de nouveau autour de la table afin de trouver une solution pérenne. (24 heures)

Créé: 06.04.2018, 08h48

«Le résultat est bon, c’est que la stratégie devait être bonne»

«Le résultat est bon, c’est que la stratégie devait être bonne.» Philippe Magistretti, président des Remontées mécaniques de Crans Montana Aminona (CMA), a assumé jeudi le bras de fer qui a duré trois jours. Si les termes de l’accord n’ont pas été précisés, le responsable affirme avoir «obtenu ce qui était raisonnable». Il avait signé une lettre ouverte mardi soir qui annonçait la fermeture des installations pour le lendemain, en pleines vacances de Pâques. La société du milliardaire tchèque Radovan Vitek réclamait une participation de 800 000 francs aux communes pour soutenir les activités non rentables du domaine.
L’annonce de la fermeture des pistes a désespéré les touristes venus profiter des excellentes conditions d’enneigement. «Il s’agissait d’un mal nécessaire pour assurer la pérennité de la société», avance Philippe Magistretti. Un mal nécessaire et calculé. «Pour nous, l’impact financier est très limité. En fin de saison, ce sont des journées qui sont de toute façon à perte», reconnaît le responsable. CMA se permet un geste pour la réouverture. Skier aujourd’hui à Crans-Montana coûte 5 francs et davantage de pistes seront ouvertes qu’habituellement jusqu’au 15 avril.
Les discussions entre les présidents des communes et la société ont duré deux heures, dans un climat qualifié de «calme» par les parties. «Il y aura quelques traces, des plaies à panser. Mais, en dépit de rancœurs parfois anciennes, il y a eu une volonté de chacun de se mettre autour de la table et de faire preuve d’une attitude constructive pour arriver à un accord», s’est réjoui Christophe Darbellay.

Articles en relation

Sion entre officiellement dans la danse olympique

JO 2026 Le processus d’attribution a débuté mardi. Le référendum valaisan sera le premier obstacle à passer. Plus...

Sion 2026, l’art de faire parler les chiffres

Fact-checking Quel est le plus grand événement sportif international entre les JO d'hiver, l'Eurofoot et le Tour de France? Réponse en chiffres. Plus...

A Crans-Montana, on craint d'avoir perdu tout contrôle

Tourisme Coup de tonnerre pour les vacanciers, la fermeture des installations de la station résonne comme une trahison pour les habitants. Plus...

Un conflit financier met fin à l’hiver de Crans-Montana

Tourisme En raison d’un litige avec la Commune de Crans-Montana, les remontées mécaniques de la station sont à l’arrêt dès ce mercredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.