Erwin Sperisen sortira de prison lundi

JusticeL’ex-chef de la police du Guatemala quittera Champ-Dollon avec un bracelet électronique. Avant un nouveau procès.

Me Giorgio Campá aux côtés de la mère d'Erwin Sperisen sur les marches du Palais de justice, vendredi. Au second plan, Me Florian Baier.

Me Giorgio Campá aux côtés de la mère d'Erwin Sperisen sur les marches du Palais de justice, vendredi. Au second plan, Me Florian Baier.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après plus de cinq ans d’enfermement à titre préventif, Erwin Sperisen peut quitter Champ-Dollon. Il a fallu deux heures de délibération à la présidente de la Chambre pénale d’appel et de révision vendredi soir pour rendre sa décision. L’ancien chef de la police guatémaltèque retrouvera les siens lundi. En attendant son nouveau procès, le 28 novembre, il devra porter un bracelet électronique et se présenter dans un poste de police trois fois par semaine – le risque de fuite est qualifié de «très important» – et ne pourra quitter son logement qu’entre 9h30 et 11h le matin et 14h30 et 16h30 l’après-midi. Aucune caution n’a été exigée.

Vendredi, tout est allé très vite. En fin de matinée, Mes Giorgio Campá et Florian Baier, les avocats d’Erwin Sperisen convoquent la presse suite à un arrêt rendu par le Tribunal fédéral (TF) mercredi. Les juges de la Haute Cour leur donnent partiellement raison: l’ex-chef de la police du Guatemala doit être libéré.

La décision ne surprend pas dans la mesure où le TF avait déjà donné un avantage au binational helvético-guatémaltèque. Bien que reconnaissant qu’un «commando réunissait des policiers et des personnes externes en vue d’exécuter des homicides planifiés» à Pavón en 2005 et 2006, son arrêt était sévère à l’encontre de la justice genevoise, contrainte à revoir sa copie. Les juges fédéraux relevaient qu’Erwin Sperisen n’a pas pu être confronté à certains témoins. La Cour genevoise a par ailleurs «insuffisamment motivé» certains de ses développements, qualifiés d’«arbitraires» par le TF, qui met en lumière des «témoignages incomplets» et des «contradictions».

Fort de ce jugement, les avocats d’Erwin Sperisen avaient sabré le champagne et exigé la libération immédiate de leur client.

Mais voilà, leur demande était rejetée par la justice genevoise. Vendredi, c’est cette requête de libération que la Cour était contrainte d’appliquer.

La suite? Un nouveau procès en appel – dont le verdict devra tenir compte des conclusions des juges fédéraux – se tiendra le 28 novembre. Il y a fort à parier que deux lectures du jugement du TF s’affronteront. Pour les avocats d’Erwin Sperisen, «un pas important a été fait vers la reconnaissance de son innocence». Faux, plaide Yves Bertossa, procureur en charge de l’affaire: «Le TF reconnaît que les faits parlent en faveur de sa culpabilité dans dix exécutions extrajudiciaires. Au minimum, il y a eu complicité.»

Quatre nouveaux témoins devront être appelés à la barre: deux enquêteurs de la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG) et deux détenus de Pavón. Tous avaient témoigné durant la procédure. Les deux premiers en tant que témoins indirects; quant aux deux prisonniers, ils n’avaient pas été confrontés au prévenu. Ces quatre-là seront-ils présents à Genève? Difficile à dire.

En attendant, Erwin Sperisen rentrera chez lui lundi, à 11 heures.

(24 heures)

Créé: 22.09.2017, 21h44

Articles en relation

Erwin Sperisen reste en prison

Justice Les avocats de l’ex-chef de la police du Guatemala annoncent recourir jusqu'au Tribunal fédéral. Plus...

Affaire Sperisen: la justice genevoise remise à l’ordre

Justice Le Tribunal fédéral rend un arrêt sévère. La condamnation de l’ex-chef de la police du Guatemala est annulée. Plus...

Le Tribunal fédéral refuse la libération d'Erwin Sperisen

Justice Vu la gravité des accusations qui pèsent sur lui, sa détention n'est pas disproportionnée. Et les juges fédéraux ont besoin de temps pour examiner ce dossier complexe. Plus...

Erwin Sperisen veut sortir de prison

Justice Après l’acquittement de son supérieur hiérarchique en Espagne, il réclame sa libération immédiate Plus...

Sperisen: la perpétuité pour la deuxième fois

Escadrons de la mort La Cour d’appel a alourdi le jugement de première instance tout en écartant un témoin clé. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...