Femmes de l'USS: «Notre temps vaut plus que ça!»

Inégalité Coup d'envoi ce vendredi à Berne du 13e congrès des femmes de l'Union syndicale Suisse (USS). Au menu: égalité salariale et travail non rémunéré.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Trente-sept ans après son inscription dans la Constitution, l'égalité salariale n'est toujours pas une réalité. Des mesures doivent être prises, exigent vendredi les femmes de l'Union syndicale suisse (USS) au premier jour de leur congrès.

Elles demandent que la Confédération dispose des compétences nécessaires pour vérifier que la loi est bien appliquée et effectuer des contrôles dans les entreprises. Deuxièmement, les firmes fautives doivent être sanctionnées. Finalement, il convient d'intégrer les syndicats à la mise en oeuvre de l'égalité salariale, revendiquent vendredi les femmes de l'USS dans un communiqué.

Elles rappellent que les femmes gagnent en moyenne toujours plus de 7% de moins que les hommes, une différence qui ne peut pas s'expliquer par des critères objectifs comme le niveau de formation ou de compétences. Sur une année, cela représente une perte de 7 milliards de francs pour les femmes.

«Notre temps vaut plus que ça!»

Depuis vendredi et jusqu'à samedi, les femmes de l'USS sont réunies à Berne pour leur congrès. Cette 13e édition est placée sous la devise «Notre temps vaut plus que ça!». Outre d'égalité salariale, les quelque 250 participantes parlent aussi du «travail traditionnellement féminin d'assistance et de soins (care)».

Sans ce travail non rémunéré, l'économie et la société ne pourraient pas tourner, rappellent les femmes de l'USS dans le document introductif du congrès. Pourtant, il n'apparaît guère dans les calculs économiques. Or, selon l'Office fédéral de la statistique, sa valeur était estimée en 2013 à 401 milliards de francs. On lui consacrait en outre davantage de temps qu'à une activité rémunérée.

Pour les femmes de l'USS, un catalogue de mesures est nécessaire afin que, comme les hommes, elles aient suffisamment de temps pour concilier activités rémunérées, tâches non rémunérées et vie sociale. Un changement de paradigme est indispensable pour que la société accorde enfin au travail des femmes la valeur qu'il mérite.

Initiative pour l'égalité

Lors du congrès, les femmes de l'USS se prononceront sur plusieurs propositions et notamment sur «l'initiative Subito pour l'égalité salariale homme-femme et l'égalité» que veut lancer Unia.

Elles devraient exiger que les organes compétents de l'USS élaborent un texte d'initiative concrétisant l'égalité salariale et l'interdiction de la discrimination des travailleurs et travailleuses avec des responsabilités familiales. Ce dernier devrait être présenté au printemps à l'assemblée des délégués de l'USS. (ats/nxp)

Créé: 19.01.2018, 15h32

Articles en relation

Les femmes peinent à faire carrière

Suisse A formation égale, les femmes ont généralement une situation professionnelle plus basse que les hommes selon l'OFS. Plus...

Elle veut mater la domination masculine en musique

Portrait La chanteuse lausannoise Ella Soto parcourt la Suisse pour faire connaître Sisterhood, la BO idéale d’un féminisme post-Weinstein à réinventer. Plus...

Un rapport inédit dénonce des inégalités criantes

Monde Les inégalités se sont fortement creusées dans le monde depuis les années 1980, en particulier aux Etats-Unis, selon un rapport piloté par plusieurs économistes de renom. Plus...

Les cadres féminines dans les starting-blocks

Suisse Le nombre de femmes à la tête de grandes entreprises est encore peu élevé en Suisse, alors que les talents ne manquent pas. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.