Fossiles d'une nouvelle espèce mis au jour

Canton des GrisonsUne équipe de paléontologues suisses a découvert des fossiles d'une nouvelle espèce de poisson cœlacanthe.

Les fossiles ont été trouvés sur le site paléontologique de Ducanfurgga, à 2740 mètres d'altitude.

Les fossiles ont été trouvés sur le site paléontologique de Ducanfurgga, à 2740 mètres d'altitude. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des paléontologues ont mis au jour des fossiles d'une nouvelle espèce de poisson cœlacanthe dans les Alpes grisonnes. Il s'agit d'une des découvertes paléontologiques majeures de ces dernières années en Suisse.

Ces fossiles vieux de 240 millions d'années étaient remarquablement conservés, indique vendredi le Muséum de Genève dans un communiqué. Les fouilles ont été réalisées par une équipe de l'Université de Zurich, les analyses par une équipe de l'Université de Bâle et l'étude biologique par un paléontologue du Muséum.

Genre nouveau

Les fossiles ont été trouvés sur le site paléontologique de Ducanfurgga, à 2740 mètres d'altitude. Ces découvertes datent des étés 2014 et 2015, mais il a fallu du temps pour les étudier, relève Lionel Cavin, paléontologue du Muséum. «Au début, on ne savait pas exactement de quoi il s'agissait», relève le spécialiste.

Les analyses, réalisées notamment au moyen de la technique de tomodensitométrie, ont ensuite montré que ces fossiles étaient très particuliers. Les spécialistes ont conclu qu'il s'agissait non seulement d'une espèce nouvelle, mais aussi d'un genre inédit et surprenant, de cœlacanthe. Ils lui ont donné le nom de Foreyia maxkuhni, en hommage à un chercheur et à un mécène.

Une espèce bizarre

Ce cœlacanthe grison se caractérise par une tête spectaculaire en forme de dôme, un corps étonnamment raccourci et une très petite bouche. Ces spécificités morphologiques font penser qu'il s'agit d'une espèce qui vivait non pas en eaux profondes comme les cœlacanthes actuels, mais dans les zones côtières très peu profondes. Une petite mutation génétique pourrait avoir modifié l'anatomie de cette lignée.

Cette nouvelle espèce qualifiée de «bizarre» par les chercheurs ouvre de nouvelles pistes pour examiner les processus de l'évolution, et pose des questions sur l'origine des premiers vertébrés terrestres. Ces résultats ont été publiés vendredi dans la revue Scientific Reports. Les fossiles qui se trouvent actuellement au Muséum de Genève retourneront ensuite dans les Grisons. (ats/nxp)

Créé: 20.10.2017, 16h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.