Gare au retour printanier des bestioles nuisibles!

NatureAvec le mercure qui remonte, les chenilles processionnaires, les tiques et autres bêtes se réveillent.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le député Vert François Lefort est plutôt agacé. Le 19 mai, il a déposé au Grand Conseil une question urgente intitulée «Les chenilles processionnaires se réveillent. Le Conseil d’Etat pourrait-il se réveiller aussi?» Explication: à la fin de 2012, le parlement a décidé d’obliger les privés à faire détruire les nids de chenilles processionnaires sur leur propriété, à l’exemple des communes et du Canton. La motion adoptée par le Grand Conseil réclamait un arrêté à ce sujet. Après un an, le Conseil d’Etat a répondu qu’il valait mieux inscrire cela dans un article de loi.

Un vrai fléau

Mais celui-ci se fait toujours attendre, d’où l’impatience de François Lefort: «En France voisine et dans le canton de Vaud, cette obligation existe sous forme d’arrêté, pourquoi pas ici? s’interroge-t-il. Les chenilles processionnaires sont un fléau et un problème de santé publique.» En effet, leurs poils, qui se détachent pour se coller aux habits ou à la fourrure des animaux, sont allergènes et extrêmement urticants pour la peau, les muqueuses et les yeux. Les chiens, qui se lèchent lorsque ça les démange, en ont la langue nécrosée et doivent parfois être euthanasiés.

Mais les chenilles processionnaires ne sont pas les seules bestioles à six, huit pattes ou plus qui sortent de leur léthargie avec le retour des beaux jours. L’autre ennemi des hommes et des animaux domestiques en cette saison, c’est la tique. Cette suceuse de sang peut transmettre des maladies comme la borréliose (maladie de Lyme) ou l’encéphalite à tiques, qui affectent le système nerveux ou le cœur et vont jusqu’à la paralysie si elles ne sont pas traitées à temps. En Suisse, 10 000 cas de borréliose sont recensés chaque année, et entre 100 et 200 cas d’encéphalite. La seule parade contre les tiques consiste à éviter les sous-bois, à porter des vêtements bien fermés et à utiliser des produits répulsifs.

Gare aux piqûres d’insectes en général: elles s’infectent facilement si l’on se gratte trop, ce qui peut nécessiter une hospitalisation dans les cas extrêmes. Par ailleurs, l’allergie aux venins d’insectes entraîne de trois à quatre décès par an en Suisse, selon le Centre d’allergie suisse, surtout suite à des piqûres d’abeille ou de guêpe dans la bouche ou la gorge.

D’autres insectes ravageurs s’attaquent aux plantes, faisant notamment des dégâts dans l’agriculture. Actuellement, le gros souci, c’est la drosophile suzukii, dite «du cerisier». Cette mouche de trois millimètres originaire d’Asie se propage de manière exponentielle en Europe depuis trois ans. Elle pond ses œufs dans les baies, les fruits à noyau et le raisin, les rendant bons à jeter. Présente dans tout le canton de Genève, elle a causé de gros ravages l’an dernier. «J’ai perdu plus de la moitié de ma récolte de mûres», raconte par exemple Jean-Pierre Stalder, cultivateur à Meyrin.

Riposte pas encore trouvée

Dans toute l’Europe, on cherche encore une riposte vraiment efficace. «La drosophile suzukii est un cas particulier car elle a une biologie très agressive, explique Nicolas Delabays, adjoint scientifique à la Direction générale de l’agriculture. Elle fait tout son cycle de vie en une dizaine de jours.» L’usage d’insecticides est peu concluant: «Comme elles sont partout et qu’elles se reproduisent très vite, si vous traitez vos cultures, elles reviennent deux jours après d’un champ ou d’un verger voisin», déplore Jean-Pierre Stalder. De plus, à la longue, les insectes développent une résistance aux insecticides. En attendant mieux, l’Agroscope de Changins recommande donc de faire du piégeage de masse en amont de la saison de fructification et de débarrasser régulièrement les fruits mûrs tombés des arbres. (24 heures)

Créé: 22.05.2015, 18h20

Articles en relation

Une application pour gérer les piqûres de tiques

Prévention Des chercheurs zurichois ont développé une nouvelle application qui aide à prévenir des piqûres de tiques ou encore comment les gérer. Plus...

Les tiques ont introduit une nouvelle maladie en Suisse

Santé En Suisse, une nouvelle maladie, la neoehrlichiose, transmise par les tiques a été détectée chez six personnes. Selon des chercheurs zurichois, deux mois en moyenne s'écoulent entre les premiers symptômes et le diagnostic correct. Plus...

De nouvelles tiques infectées débarquent sur l’arc lémanique

Santé Les premiers cas d’encéphalite à tiques ont été repérés au sud du canton. Berne recommande la vaccination dans les zones à risque Plus...

De grands voyageurs

A l’instar de la drosophile suzukii, la pyrale du buis (qui s’attaque à cet arbrisseau) a voyagé d’Asie jusque dans nos contrées dans des caisses de marchandises importées ou sur des plantes exotiques. D’autres ravageurs ou nuisibles immigrants, comme le capricorne asiatique et le moustique tigre, sont presque aux portes de Genève. Le premier a causé des abattages massifs d’arbres à Fribourg, et le second, porteur du virus chikungunya, sévit déjà au Tessin. La mondialisation et le changement climatique favorisent leur installation sous nos latitudes. Ainsi que l’absence de prédateurs naturels: «Il faut quelques années pour que les oiseaux et les insectes indigènes s’intéressent aux nouveaux venus et régulent leur population», note Pierre-Yves Bovigny, enseignant à la Haute Ecole du paysage, d’ingénierie et d’architecture (Hepia).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...