Habile vendeur, Donald Trump rassure le business

WEF 2018Le président américain a adouci son discours «America First» et n’a pas proféré de nouvelles menaces. Son public cible était clairement l’économie et ses électeurs.

A Davos, Donald Trump a décidé d’adoucir son slogan souverainiste, histoire de calmer les esprits, notamment en Asie.

A Davos, Donald Trump a décidé d’adoucir son slogan souverainiste, histoire de calmer les esprits, notamment en Asie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Jamais peut-être de l’histoire du Forum de l’économie mondiale l’attente ne fut si forte, les heures précédant l’intervention de Donald Trump si longues. À tel point que sa montée des escaliers, en fin de matinée, trois heures avant son discours, a été vécue comme un soulagement. L’homme le plus puissant de la terre, l’ovni politique de ce début de XXIe siècle a suscité une nouvelle bousculade, à peine est-il apparu après s’être entretenu avec la délégation suisse.

Le voilà enfin. Il est grand, marche lentement et salue comme une rock star. Premier petit incident au bas des marches. Il s’en prend aux reporters du New York Times et leur lance un «thank you» rageur. L’homme est visiblement fâché par une news sortie le matin même et indiquant qu’il a voulu virer le procureur spécial Robert S. Mueller, enquêtant sur les agissements de la Russie pendant la campagne électorale (lire ci-dessous).

À 14 h, la salle du Palais des Congrès du WEF est pleine à craquer. Et, surprise pour l’assistance, la Landwehr de Fribourg débarque sur scène. Donald Trump et Klaus Schwab, grand maître du WEF, se tiennent debout, sans bouger. Un instant, on devine que la musique, quelque peu répétitive, dure trop longtemps pour le président Trump. Le show peut commencer. Car c’est un show auquel on va assister. La bonne nouvelle, c’est que Donald Trump a été très sage, n’a critiqué aucun pays ni lancé de nouvelles menaces. Car il était à Davos pour dire une seule chose, répétée en boucle: «l’Amérique est le pays où il faut investir», qui réduit avec frénésie la bureaucratie. «J’ai fait la promesse que, pour toute nouvelle loi, j’en supprimerais deux.»

Dans la lignée de Reagan

Celui qui parle s’inscrit dans la lignée de Ronald Reagan et vend à l’assistance son sujet fétiche, très prisé par les businessmen, la baisse fiscale accordée aux entreprises. Pour lui, l’effet serait magique: les Bourses battent des records («84 fois depuis mon élection», dira-t-il). Il s’adresse ensuite habilement à ses électeurs en expliquant que ces baisses d’impôts ont permis aux sociétés de verser des bonus de plus de 3000 dollars. Il rendra hommage à Apple et à «ses 350 milliards» qui vont être investis sur sol américain, oubliant de préciser qu’il s’agit en réalité des liquidités et que la société n’a annoncé que 35 milliards d’investissements. Mais, peu importent les zéros, Donald Trump veut marquer les esprits et séduire les investisseurs.

Le cadre est posé. Il lui reste à répondre à une question majeure. Qu’entend-il par «America First»? À l’évidence, ses conseillers ont bien préparé le terrain – il ne quittera pas des yeux le prompteur qui est placé devant lui. Et la réponse est subtile, non agressive et tout à fait acceptable par l’audience. «Je ferai toujours passer l’Amérique d’abord, tout comme les dirigeants des autres pays devraient le faire aussi. Mais l’Amérique d’abord ne signifie pas l’Amérique seule», dira-t-il. Et, en bon diplomate, il précise encore qu’il est favorable à un libre-échange. Il y met ses conditions: «mais il doit être juste, et il doit être réciproque». Pour les observateurs américains, Donald Trump a visiblement décidé d’adoucir son slogan souverainiste, histoire de calmer les esprits, notamment en Asie. Du reste, il ne s’en prendra pas à la Chine, ne citant pas le pays, mais, implicitement, il y fait référence en dénonçant «les subventions et la planification». À ce moment-là, tout le monde comprend qu’il s’abstiendra de toute nouvelle provocation. Aucune des phrases prononcées sur l’Iran ou la Corée du Nord ne fera les gros titres de demain.

En habile chef de campagne, il se montre social, en déclarant qu’il faut investir dans les gens, prendre soin des oubliés de la croissance, sortir les plus pauvres de la dépendance et leur assurer un salaire décent. Et se félicite de son bilan: jamais depuis des décennies le taux de chômage n’a été aussi «bas parmi les ressortissants d’origine africaine ou hispanique», martèlera-t-il à deux reprises. Car c’est l’une des caractéristiques du politicien Trump, tel un spot publicitaire, il répète et répète encore et encore les mêmes faits ou arguments.

Presse prise à partie

Au terme de son discours, le patron du WEF, Klaus Schwab, tente de l’interroger en posant deux questions, l’une sur la baisse fiscale annoncée et une autre, «plus personnelle», sur ce que son passé lui a appris de plus important. À cet instant, Donald Trump n’a plus de support. Il est assis aux côtés de Klaus Schwab. Il raconte alors son dîner de la veille avec quinze capitaines d’industrie, qui sont devenus des «amis» et promis d’investir massivement aux États-Unis. «L’un d’eux m’a même dit qu’il investirait 2 milliards.» Évoquant son expérience, il se révèle fidèle à lui-même, ne parlant que de «succès», de «décisions historiques». En clair, dans le business, il était «bon» et «tout lui a réussi».

Mais le naturel revient vite au grand galop. Sans doute blessé par les révélations de la presse américaine, il déclare: «J’ai toujours eu une très bonne presse quand j’étais homme d’affaires. Ce n’est qu’en devenant un homme politique que j’ai réalisé à quel point la presse peut être méchante et fausse.» Huée contenue dans la salle. Mais ce petit incident l’a sans doute privé d’une standing ovation et lui a valu des applaudissements très sages. Au sortir de la salle, le banquier suisse Patrick Odier commente: «Bon, à part l’attaque contre les journalistes, la bonne nouvelle, c’est qu’il s’est retenu et s’est tenu à un discours prévisible.» Si Trump à Davos reste un événement, son discours, lui, ne marquera pas durablement les esprits. (24 heures)

Créé: 26.01.2018, 22h30

Selon le «New York Times», Trump aurait voulu virer le procureur Robert Mueller

«Fake news, les gars. Fake news.» Donald Trump s’est retranché derrière son démenti habituel vendredi à Davos lorsqu’il a été confronté aux révélations explosives du New York Times. Le président des États-Unis a affirmé n’avoir jamais voulu renvoyer le procureur spécial Robert Mueller en juin 2017, contrairement à ce qu’a publié jeudi soir le quotidien new-yorkais.
Le New York Times cite quatre sources sous le couvert de l’anonymat. Selon elles, Donald Trump a voulu se débarrasser de l’ancien patron du FBI qui mène l’enquête sur les liens potentiels entre le clan Trump et le Kremlin pendant la campagne électorale de 2016. Selon ces sources, le président n’a fait marche arrière qu’après la menace de Donald McGahn de démissionner de son poste d’avocat de la Maison-Blanche.

Robert Mueller s’était vu confier l’enquête sur la Russie par Rod Rosenstein, numéro deux du Département américain de la justice, après le renvoi par Donald Trump de James Comey, patron du FBI, le 9 mai 2017. Pour justifier son intention de se séparer du procureur spécial, le président aurait questionné l’impartialité de Robert Mueller. Il aurait notamment invoqué la décision de ce dernier de résilier son abonnement au club de golf Trump dans la région de Washington à la suite d’un désaccord sur le prix.

Vingt-quatre heures avant les révélations du New York Times, Donald Trump avait affirmé mercredi se «réjouir» de parler à Robert Mueller et vouloir témoigner «sous serment». Ty Cobb, l’un des avocats de la Maison-Blanche, avait rapidement nuancé les propos du président en précisant que celui-ci avait parlé «dans la précipitation» avant de partir pour Davos. L’avocat avait en revanche assuré que Donald Trump restait déterminé «à coopérer totalement».
Les signaux envoyés ces derniers mois par le président des États-Unis semblent contredire ces propos et l’exposent aux soupçons d’avoir voulu faire obstruction à la justice. Dans une interview accordée au New York Times en juillet 2017, Donald Trump avait affirmé qu’il aurait nommé quelqu’un d’autre à la tête du Département de la justice s’il avait su que le procureur général Jeff Sessions, un ancien membre de sa campagne, ne contrôlerait pas l’enquête sur la collusion avec la Russie.

Les révélations sur la tentative de Donald Trump de se débarrasser de Robert Mueller pourraient relancer le débat au Congrès sur la nécessité de légiférer afin de protéger l’ancien patron du FBI d’un renvoi. Alors que les chefs de file du parti républicain s’étaient réfugiés dans le silence vendredi, plusieurs élus conservateurs sont engagés dans une campagne pour protéger l’administration Trump en tentant de décrédibiliser Robert Mueller et le FBI. Ils pourraient décider la semaine prochaine de rendre public un rapport contenant des informations confidentielles prouvant, selon eux, des abus de la part du FBI. Les démocrates hurlent au scandale et affirment que ce rapport, rédigé par un élu proche de la Maison-Blanche, est biaisé. Quant au Département de la justice, il a jugé cette semaine la démarche des élus républicains «extraordinairement irréfléchie». Jean-Cosme Delaloye, New York

Articles en relation

À Davos, Alain Berset attend Trump et se fâche avec l’UE

Interview Le président de la Confédération s’en prend à l’Union européenne, qui a remis la Suisse sur la liste grise des paradis fiscaux. Plus...

Les anti-Trump défilent contre sa venue à Davos

Lausanne Près de 200 cents personnes ont manifesté mardi soir sur la place de l’Europe, à l’appel de SolidaritéS. Plus...

Le «shutdown» levé, Donald Trump est libre de venir à Davos

Etats-Unis Les démocrates ont accepté lundi un accord mettant fin à la fermeture du gouvernement qui bloquait le président à Washington. Plus...

Dans les coulisses de la Trumpmania à Davos

Davos Dès l’instant où le président américain a posé le pied dans la station grisonne, le délire s'est emparé de la foule. Plus...

Trump: «J’ai aidé la Suisse à devenir encore plus riche»

Davos Confidences du président américain devant un petit groupe de journalistes de la presse suisse et américaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.