Homophobie: les partis pour des limites claires

SuisseLa nouvelle norme antihomophobie comblera une lacune juridique puisque la loi ne protège actuellement que les individus, pas un groupe.

Le conseiller national Damien Cottier (PLR/NE) soutient la norme antihomophobie soumise au vote le 9 février.

Le conseiller national Damien Cottier (PLR/NE) soutient la norme antihomophobie soumise au vote le 9 février.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est temps de mettre des limites claires aux attaques homophobes. Tous les grands partis, à l'exception de l'UDC, ont plaidé jeudi en faveur de la norme antihomophobie soumise au vote le 9 février.

Selon le PS, le PLR, le PDC, les Verts et les Vert'libéraux, l'extension de la norme antiraciste à la communauté homosexuelle permet de combler une lacune juridique pointée du doigt à plusieurs reprises au niveau international. La loi ne protège pour l'instant que les individus, pas un groupe.

Aujourd'hui, on peut appeler à la haine contre les homosexuels sans peur de conséquences, a souligné le conseiller national Damien Cottier (PLR/NE). Les mêmes déclarations contre des minorités ethniques ou religieuses sont punissables. La communauté homosexuelle doit aussi être protégée contre ces discours haineux.

Liberté d'expression

L'extension de la norme antiraciste n'empêchera pas les débats ni les discussions entre amis. La liberté d'expression est assurée.

Mais elle s'arrête au moment où la dignité humaine est en cause. Ce principe est garanti par la Constitution. Les appels à la haine ne représentent en rien une opinion, a affirmé le conseiller national Mathias Reynard (PS/VS), à l'origine de la réforme.

Agressions

Les propos haineux et les attaques physiques sont fréquents, a rappelé le Valaisan en revenant sur les agressions à Zurich le 31 décembre. La violence à l'encontre des personnes LGBT est nettement supérieure à la moyenne. Et les insultes et le harcèlement font des ravages.

Selon une étude de l'Université de Zurich, 20% des homosexuels ont tenté de se suicider en Suisse. Les médias sociaux et internet augmentent le risque, car les opinions sont publiques et rapidement propagées et commentées. La norme antihomophobie est aussi une prévention de ces actes, a argumenté la conseillère nationale Sibel Arslan (Verts/BS).

Norme introduite en 1994

La norme antiraciste a été introduite en 1994 afin de protéger les personnes contre les discriminations visant l'ethnie, la religion ou l'origine. En 25 ans, les tribunaux se sont montrés réservés dans leurs jugements. La liberté d'expression a un poids important, ont souligné les partisans devant les médias.

Si le peuple dit «oui» le 9 février, cette norme sera étendue aux discriminations visant l'orientation sexuelle. (ats/nxp)

Créé: 16.01.2020, 10h36

Articles en relation

La norme pénale contre l'homophobie vient de loin

Votations 9 février Père de la proposition, Mathias Reynard (PS/VS) a réagi à ce qui s’est passé dans son canton. Mais aussi à l’ONU. Plus...

Les jeunes militants: «la haine n'est pas une opinion»

Votations 9 février Les jeunesses de tous les partis, à l'exception des jeunes UDC, se sont unis pour lutter contre l'homophobie. Le peuple se prononce le 9 février sur une extension de la norme anti-racisme. Plus...

Manifs contre l'homophobie à Lausanne et Zurich

Discriminations Ils étaient 200 manifestants à Lausanne et 800 à Zurich pour dénoncer les appels à la haine et la discrimination contre les homosexuels. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...