Initiative pour une meilleure protection de la famille

UDCUn comité composé principalement de représentants de l'UDC a lancé samedi à Zurich une initiative populaire pour une meilleure protection de la famille.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'initiative lancée samedi par l'Union Démocratique du Centre doit permettre de corriger «les erreurs du système de protection de l'enfant et de l'adulte», selon le conseiller national Pirmin Schwander (UDC/SZ).

Il faut renforcer le droit des membres de la famille, soutiennent les initiants, qui veulent en finir avec les décisions «arbitraires et injustifiées» des autorités de protection de l'enfant et de l'adulte (APEA). La récolte des signatures devrait commencer après les vacances d'été.

Nombre d'employés travaillent très bien, a déclaré la conseillère nationale Barbara Keller-Inhelder (UDC/SG) samedi devant les médias à Zurich. Mais certains sont inaptes, selon elle, et leurs mauvaises décisions ont des conséquences graves pour les personnes concernées.

La législation en vigueur autorise des attaques ahurissantes des libertés individuelles protégées par la Constitution et les intéressés ne peuvent se défendre qu'avec peine, estime le comité d'initiative.

Il faut davantage de proximité avec les citoyens pour obtenir des décisions sensées. Ne souhaitant pas revenir à l'ancien système, les initiants demandent que les communes aient une voix déterminante et ne soient pas réduites à payer l'addition pour des mesures prises par les autorités de protection.

De nombreux manquements

Le droit de la protection de l'enfant et de l'adulte en vigueur depuis début 2013 a fait l'objet de «nombreux manquements et de mauvaise gestion», a affirmé le président du comité de l'initiative Paul Schüpbach.

Les autorités de protection de l'enfant et de l'adulte jouissant d'un pouvoir pratiquement illimité, ce ne sont plus seulement les personnes concernées qui sont régentées, mais des familles entières, estime M. Schüpbach.

L'Etat est avide de pouvoir et de contrôle sur les citoyens et leur fortune. Pour Pirmin Schwander, les membres de la famille doivent à l'avenir avoir le droit de représenter leurs enfants ou les parents dans le besoin.

Des modifications sont non seulement nécessaires au niveau du droit fédéral, mais aussi cantonal, ajoute Barbara Keller-Inhelder. Le comité d'initiative veut ainsi soutenir les parlementaires de tous les cantons à déposer des interventions, éventuellement des initiatives populaires cantonales. (ats/nxp)

Créé: 18.06.2016, 16h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...