Interdire les pesticides de synthèse? C'est non

SuisseLe Conseil fédéral s'est prononcé contre l'initiative «pour une Suisse libre de pesticides de synthèse» et ne lui proposera pas de contre-projet.

Le Conseil fédéral ne veut pas limiter la marge de manoeuvre de l'agriculture.

Le Conseil fédéral ne veut pas limiter la marge de manoeuvre de l'agriculture.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Interdire les pesticides de synthèse limiterait trop la marge de manoeuvre de l'agriculture. Les consommateurs pourraient aussi en faire les frais en matière de qualité et d'offre. Le Conseil fédéral s'est prononcé mercredi contre une initiative déposée en mai.

Le gouvernement ne veut pas lui opposer de contre-projet. Il préfère miser sur les mesures prévues dès 2022. Mises en consultation, elles visent à réduire les risques liés à l'utilisation de pesticides. Ce pan de la politique agricole annoncé en juin répond déjà à une autre initiative «Pour une eau potable propre et une alimentation saine».

L'initiative populaire «pour une Suisse libre de pesticides de synthèse» demande d'interdire l'utilisation de ces produits dans la production agricole ainsi que pour l'entretien des sols et des paysages. Elle réclame également l'interdiction d'importer à des fins commerciales des denrées alimentaires qui contiennent des pesticides de synthèse ou qui ont été fabriquées à l'aide de ces produits.

Problèmes

Selon le Conseil fédéral, l'agriculture et l'agroalimentaire se trouveraient confrontés à d'importantes restrictions. La qualité des denrées alimentaires serait remise en question. Sans pesticides de synthèse, comme les produits de nettoyage et de désinfection, il serait plus difficile de garantir l'hygiène tout au long de la chaîne alimentaire.

La production indigène diminuerait à cause de la baisse des récoltes et des pertes durant le stockage. Certaines cultures ne seraient plus ou difficilement possibles en Suisse. L'offre de denrées alimentaires serait moins variée et le tourisme d'achat pourrait augmenter.

Selon le gouvernement, une interdiction d'importer serait en outre en partie contraire à la réglementation de l'Organisation mondiale du commerce et aux accords de libre-échange conclus par la Suisse. (ats/nxp)

Créé: 22.08.2018, 12h58

Articles en relation

Le glyphosate encore autorisé cinq ans

Pesticides Le pesticide controversé sera autorisé cinq ans de plus en Europe. Plus...

Traces de glyphosate dans 40% des denrées

Suisse Une étude de la Confédération démontre que les aliments que nous mangeons contiennent de ce pesticide controversé. Plus...

Interdire le glyphosate serait compliqué, dit le CF

Suisse Le Conseil fédéral estime que le pesticide ne représente pas un danger en Suisse. Le bannir serait problématique, ajoute-t-il. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.