Internet serait un atout pour la démocratie directe

SuisseLe groupe de réflexion libéral Avenir Suisse appelle à adapter les processus politiques à la numérisation.

Avenir Suisse voit la sphère numérique comme une «extension» de l'espace public.

Avenir Suisse voit la sphère numérique comme une «extension» de l'espace public. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vote électronique, récolte de signatures, formation de l'opinion: les nouvelles technologies offrent l'opportunité de renforcer la démocratie directe, selon Avenir Suisse. Le groupe de réflexion libéral appelle à adapter les processus politiques à la numérisation.

«La question n'est pas de savoir si le système démocratique doit être numérisé, mais simplement de savoir quand et comment il le sera», souligne mardi le think tank à l'occasion de la sortie d'une publication intitulée «Une démocratie directe numérique». Il constate que la numérisation est «de plus en plus» critiquée et estime qu'une analyse «réfléchie» est nécessaire.

La suspension récente du vote électronique au niveau fédéral illustre les écueils à franchir, pour Avenir Suisse. Il ne faut pas pour autant perdre de vue les avantages du e-voting. Et d'en lister quelques-uns: simplifier le vote pour les Suisses de l'étranger et les personnes handicapées, éviter les bulletins nuls ou donner la possibilité de vérifier son propre vote.

Réformer la récolte de signatures

Le groupe de réflexion pense également que ce n'est qu'une question de temps avant que la récolte de signatures pour des initiatives et des référendums puisse être effectuée en ligne. Il appelle donc là aussi à des réformes. Il faudrait généraliser l'identité numérique et élever les barrières au niveau de la collecte, étant donné qu'internet facilite cette dernière.

Pour les initiatives fédérales, par exemple, qui nécessitent 100 000 paraphes valides pour aboutir, on pourrait notamment introduire un quorum de 6% du corps électoral, ce qui équivaudrait actuellement à plus de 320 000 signatures. Dans un premier temps, les canaux électronique et analogique pourraient cohabiter. Le quorum pour la méthode de récolte traditionnelle serait, lui, fixé à 2%.

Internet, lieu d'échanges d'opinions

Enfin, Avenir Suisse voit la sphère numérique comme une «extension» de l'espace public. Elle doit être comprise par le politique avant tout comme une «opportunité de faciliter les échanges d'opinion». Même si internet permet de diffuser plus facilement de fausses informations ou de «cultiver l'indignation», «les Suisses sont depuis longtemps habitués à porter de nombreuses responsabilités». Des réglementations supplémentaires ne sont pas jugées utiles. (ats/nxp)

Créé: 30.07.2019, 12h15

Articles en relation

Avenir Suisse relativise les investissements chinois

Suisse Selon le groupe de réflexion basé à Berne, le poids de la Chine dans l'économie helvétique est surestimé. Mais tout n'est pas rose pour autant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...