«J’ai ressenti physiquement la responsabilité»

InterviewPour sa première conférence de presse, la PLR Karin Keller-Sutter a été d’une étonnante franchise dans ses réponses.

Karin Keller-Sutter, quelques minutes après son élection au Conseil fédéral.

Karin Keller-Sutter, quelques minutes après son élection au Conseil fédéral. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour sa première conférence de presse, la PLR Karin Keller-Sutter a été d’une étonnante franchise dans ses réponses.

Ça vous fait quoi d’être conseillère fédérale? Je sais que ma vie va changer. Je m’y étais préparée ces dernières semaines, mais lorsque j’ai été élue, j’ai ressenti physiquement une grande responsabilité. J’ai beaucoup de respect pour la fonction. Je prends aussi cette élection comme le témoignage de la confiance que l’on me fait. C’est aussi un honneur pour mon canton.

On vous a sentie émue à l’annonce du résultat… Mais je suis quelqu’un d’émotionnel! Une élection n’est jamais gagnée d’avance. Je suis bien placée pour le savoir, avec ce que j’ai vécu il y a huit ans. Et puis, quand j’ai vu mes anciens collègues du gouvernement, mais aussi mon mari, tout le monde était en larmes. Ça m’a beaucoup touchée.

Allez-vous mener une politique féministe? Je n’ai pas été élue pour défendre un seul groupe d’intérêts. Et je préfère parler d’égalité des chances plutôt que de féminisme. L’État doit s’assurer que personne ne soit discriminé par rapport à son sexe, son éducation ou son origine, mais il ne peut pas garantir que tout le monde arrive au même résultat.

Serez-vous aussi libérale que Johann Schneider-Ammann? Tout comme lui, je défends une vision libérale. Mais j’ai un autre parcours que lui. Je viens de Saint-Gall, je suis une femme, et j’appartiens à une autre génération. J’ai toujours bien collaboré avec lui, nous sommes proches sur plusieurs idées, mais pas forcément sur toutes.

Quelle est votre position sur la protection des salaires? Je viens d’une région frontalière, et je suis convaincue que si l’on veut poursuivre la voie bilatérale, il faut protéger les salaires. L’alliance qui doit se dessiner sur le dossier européen doit englober les partenaires sociaux. On ne pourra pas gagner une votation sur la libre circulation sans maintenir les mesures d’accompagnement à leur niveau actuel. (24 heures)

Créé: 05.12.2018, 21h04

Articles en relation

«Je suis toujours restée très calme»

Interview A l’occasion de la première rencontre avec la presse, la PDC Viola Amherd est apparue déterminée et encore pleine d’énergie. Plus...

Comment les femmes ont reconquis le pouvoir

Conseil fédéral Les élections de Karin Keller-Sutter (PLR) et Viola Amherd (PDC) ne tombent pas du ciel. Dans les coulisses, des artisans de la reconquête des femmes racontent. Plus...

Pas à pas, elles ont posé les bases de leur conquête

Politique Le Matin Dimanche Si deux femmes sont élues au Conseil fédéral en décembre, ce sera certainement celles-ci. Karin Keller-Sutter (PLR/SG) et Viola Amherd (PDC/VS) savaient que ce destin pouvait les rattraper. Retour sur leurs parcours particuliers. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.