L'EPFZ vient en aide aux réfugiés

SuisseUn algorithme concocté par l'école polytechnique doit aider les requérants à trouver le job le mieux adapté à leur situation.

Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un algorithme doit aider à répartir les réfugiés parmi les cantons de manière à ce qu'ils aient de meilleures chances sur le marché du travail. Le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) testera dès l'automne le système, en collaboration avec l'EPFZ.

Des sociologues de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich et de l'Université de Stanford (USA) avaient présenté l'algorithme en janvier. Peu après, Dominik Hangartner, professeur d'analyse politique à l'EPFZ, a présenté le système à la Confédération.

Trois mois plus tard, le SEM a annoncé que le système sera testé dès septembre sur un millier de requérants d'asile. Le porte-parole Daniel Bach a confirmé à l'ats l'information annoncée par l'émission «10vor10» de la télévision alémanique SRF. Selon lui, il s'agit d'un test hautement intéressant.

Les requérants d'asile et les personnes admises temporairement ont le droit de travailler, mais seulement dans le canton dans lequel ils ont été placés par la Confédération lors de la procédure d'asile. La répartition ne tient pas compte du marché du travail.

D'après les scientifiques, si les requérants étaient placés selon des critères favorables à leur intégration sur le marché du travail, 26% d'entre eux auraient un emploi après trois ans de séjour en Suisse. Actuellement, ce taux atteint 15%.

Divers critères

L'algorithme est capable de trouver pour quel canton un réfugié est le mieux adapté en comparant les données de la personne concernée (par exemple son âge, sexe, provenance, langue), avec les caractéristiques du marché du travail local (secteur agricole, langue, réseaux ethniques). Des collaborateurs du SEM resteraient toutefois au bout du processus de répartition.

Selon les chercheurs, des jeunes hommes irakiens ont par exemple de bonnes chances de trouver un emploi dans les cantons de Vaud et de Zurich. Dans les deux cantons, les femmes sri lankaises ont également de bonnes chances, car il y existent des réseaux relativement importants de Sri Lankais.

La phase-test prévoit de répartir dans les cantons un millier de réfugiés selon les critères actuels et un autre millier selon les calculs de l'algorithme. Le but est de voir si le second groupe trouve plus facilement un travail.

Les résultats seront analysés dans deux à trois ans. La Confédération a évidemment un grand intérêt à intégrer les requérants d'asile dans la vie active. «Nous n'avons rien à perdre», ajoute Daniel Bach. (ats/nxp)

Créé: 10.05.2018, 15h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 août.
(Image: Bénédicte? ) Plus...