L'UDC opposée au Pacte mondial sur les migrants

SuisseLe Pacte consacré à la question migratoire menace l'indépendance de la Suisse, selon l'UDC. Le parti de droite demande au Conseil fédéral de ne pas signer ce texte élaboré sous l'égide de l'ONU.

Vidéo: archives/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'UDC ne veut pas du futur Pacte mondial sur les migrations. Estimant ce texte onusien incompatible avec une gestion indépendante de l'immigration, elle invite le Conseil fédéral à ne signer ce document sous aucun prétexte.

Selon le président de l'UDC Albert Rösti, les Suisses ont déjà assez de problèmes liés à l'immigration. En visant une migration sûre, ordonnée et régulière, le pacte de l'ONU reprend l'idéologie de la gauche pour un monde sans frontière. Or, l'histoire a montré que cela ne peut pas fonctionner.

Le gouvernement doit interrompre immédiatement tous les travaux en vue de la signature. S'il signe tout de même, l'accord doit être obligatoirement présenté au Parlement et soumis au référendum facultatif. C'est la seule manière de sauvegarder l'autodétermination et l'indépendance de la Suisse, a expliqué jeudi le parti à la presse. Pour son président, il est hypocrite de dire que le pacte n'est pas contraignant en termes juridiques. Ce n'est qu'une question de temps pour qu'il fasse partie du droit international et soit de ce fait superposé à la Constitution fédérale.

Au grand dam de l'UDC, la Suisse a joué un rôle clé dans l'élaboration du pacte. Le document a été négocié durant 18 mois sous la houlette des ambassadeurs helvétique Jürg Lauber et mexicain Juan José Gomez Camacho. La Direction de la coopération et du développement réclame déjà des mécanismes applicables par les Etats, a critiqué M. Rösti. L'UDC proposera donc une réduction massive de son budget.

Échéance mi-décembre

L'UDC intervient alors que le pacte doit être formellement entériné lors d'une conférence internationale au Maroc mi-décembre. Après l'aboutissement des pourparlers en juillet, le Département fédéral des affaires étrangères a salué «une étape importante en vue d?établir des normes communes pour renforcer les aspects positifs des migrations et atténuer leurs effets négatifs grâce à des efforts communs».

Le pacte recense une série de principes comme la défense des droits de l'homme, des droits des enfants et la reconnaissance de la souveraineté nationale. Y figure un catalogue de mesures pour aider les pays à faire face aux migrations: améliorer l'information, mieux intégrer les migrants, s'échanger les expertises...

L'UDC s'insurge par exemple contre les cours de langue qui pourraient être organisés déjà dans le pays d'origine du migrant, la facilitation du regroupement familial et la légalisation des sans-papiers. Pas question non plus de faire figurer les thèmes migratoires dans les plans d'étude ou de simplifier le droit du travail pour tenir compte des besoins des migrantes.

Sans les Etats-Unis ni la Hongrie

Presque tous les pays ont soutenu le pacte lors de son approbation par l'assemblée générale de l'ONU en juillet. Seuls les Etats-Unis s'en étaient désolidarisés fin 2017 au motif que des dispositions seraient contraires à la politique d'immigration de Donald Trump.

Mi-juillet, la Hongrie a également annoncé son retrait du pacte, par peur qu'il force à terme les gouvernements à ouvrir leurs frontières aux migrants. L'UDC espère bien que la Suisse s'engouffrera dans cette brèche. (ats/nxp)

Créé: 13.09.2018, 13h56

Articles en relation

Les USA hors du Pacte mondial sur les migrants

ONU Les Etats-Unis de Donald Trump se retirent d'un projet onusien visant à améliorer la gestion des migrants et réfugiés. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...