L'hiver a souri aux stations de ski, même à Crans

TourismeLes stations suisses de ski tirent un bilan très positif de l'hiver, même à Crans Montana, touché par une fermeture de deux jours et l'avalanche du 20 février.

Photo d'illustration.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous vivons une très bonne saison, avec de très bonnes conditions d'enneigement», relève le directeur général de Téléverbier, Laurent Vaucher, interrogé par Keystone-ATS. La station valaisanne, qui fermera fin avril, affiche jusqu'ici une hausse de 7% du nombre de journées skieurs sur un an.

Toujours dans les 4 Vallées, le domaine de Nendaz-Veysonnaz table sur une augmentation de 2,5 à 3% du nombre de journées skieurs pour cette saison. «Nous sommes très satisfaits, d'autant plus que nous enregistrons une croissance continue depuis trois exercices», se réjouit François Fournier, directeur de la société des remontées mécaniques.

La satisfaction est également de mise dans les Préalpes vaudoises, comme à Villars. «Nous avons cartonné cet hiver», remarque le responsable de la station, Sergei Aschwanden. Selon lui, «des conditions météorologiques exceptionnelles» ont largement contribué à la bonne marche des affaires.

Un mois de février record

Certaines stations n'hésitent pas à parler de «record» pour cette saison. C'est le cas pour les remontées mécaniques d'Adelboden-Lenk, qui disent avoir connu «le meilleur mois de février» de leur histoire. L'augmentation du nombre de journées skieurs se situe à environ 7% sur un an pour le domaine de l'Oberland bernois.

Dans les Grisons, la saison affiche également une fréquentation «supérieure à la moyenne», note Martin Hug, président des remontées mécaniques du canton. «Nous sommes très dépendants de la météo, qui a été particulièrement favorable cet hiver», remarque-t-il.

«Court mais intense»

Pour les stations de plus basse altitude, comme au Moléson, l'arrivée tardive de la neige après les Fêtes de fin d'année a pu être compensée. «Malgré un départ en demi-teinte, la saison s'est bien déroulée. Nous enregistrons une hausse du chiffre d'affaires et de premiers passages de 4% par rapport à l'année passée,» relève Antoine Micheloud, responsable des activités touristiques de la station fribourgeoise. Il souligne, lui aussi, les «chiffres records» affichés en février.

Pour les stations du Jura, le constat a été le même. Les Bugnenets-Savagnières, situés sur les cantons de Neuchâtel et de Berne, ont connu un hiver «court mais intense», selon le président du conseil d'administration, Michel Voutat. «La station a réussi à atteindre 80% de la fréquentation totale de l'an dernier, même si la saison était deux fois plus courte (ndlr: 53 jours cet hiver, contre 108 un an plus tôt)», explique-t-il.

Bon impact des promotions

Outre la météo, certaines stations ont profité d'offres tarifaires avantageuses, à l'image du Magic Pass, pour drainer davantage de skieurs. «Le Magic Pass a clairement eu un effet positif pour Villars. Nous avons pu diversifier notre clientèle avec plus de skieurs d'autres cantons», remarque Sergei Aschwanden.

Hors Magic Pass également, des stations ont lancé des promotions qui ont permis d'attirer plus de monde. C'est le cas aux Rasses, dans le Jura vaudois. «Notre offre familiale 'T'es royé' a permis d'écouler 2500 abonnements avant même le début de la saison, soit l'équivalent de 40% de notre budget de l'hiver», explique le responsable marketing des remontées mécaniques, Nicolas Servageon.

Côté bernois, le forfait Top4, valable pour les domaines d'Adelboden-Lenk, Gstaad, Meiringen et de la Jungfrau, a aussi porté ses fruits. Il sera reconduit la saison prochaine. (ats/nxp)

Créé: 31.03.2019, 10h49

Crans-Montana s'en tire bien

Fermée deux jours en avril 2018 pour litige financier, puis endeuillée en février dernier par une avalanche, la station valaisanne affiche néanmoins une fréquentation en hausse. Les remontées mécaniques de Crans-Montana Aminona (CMA) n'ont pas souffert de la fermeture du domaine skiable durant deux jours en avril 2018, sur fond de litige financier avec les communes du Haut-Plateau, ni de l'avalanche qui a déferlé sur l'une de ses pistes balisées, tuant un skieur le 20 février.

Articles en relation

Le projet hôtelier à 200 millions est débloqué

Crans-Montana Un accord de principe a enfin été trouvé entre les autorités de Chermignon et le promoteur Radovan Vitek. Plus...

Avec l'ultrariche Vitek, Crans-Montana va muer

Suisse Après la solution trouvée pour résoudre la querelle lancinante vendredi, le Tchèque Radovan Vitek dit vouloir faire de la station valaisanne «la plus belle» des Alpes. Plus...

L'horizon se dégage pour les remontées de Crans-Montana

Crans-Montana Le milliardaire tchèque Radovan Vitek, la société exploitante et les communes ont trouvé un accord. Mais sans le président de Crans-Montana. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.