L’humble Marguerite Bays accède aux sommets

ReligionLa paroisse de Siviriez, dans la Glâne, a fêté la canonisation de cette figure pieuse de la région, dont l’aura ne faiblit pas.

Dans l’église de Siviriez (FR), la messe du Vatican pour la canonisation de Marguerite Bays est retransmise en direct sur un écran.

Dans l’église de Siviriez (FR), la messe du Vatican pour la canonisation de Marguerite Bays est retransmise en direct sur un écran. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De grands yeux noirs qui vous fixent avec douceur. Le portrait de Marguerite Bays s’affiche partout dans l’église de Siviriez (FR), sur les murs, les flyers et les cierges. Dans la petite chapelle consacrée à la nouvelle sainte locale, deux fidèles s’agenouillent devant son autel. L’émotion est forte, ce dimanche matin. Dans un peu moins d’une heure, Marguerite Bays, l’enfant de la région, sera canonisée par le pape François au Vatican.

Marguerite Bays devient ainsi la troisième personne de nationalité suisse à être canonisée, aux côtés de Nicolas de Flüe et Maria Bernarda Bütler. «Qu’une femme laïque puisse devenir une grande sainte, c’est incroyable», murmure-t-on sur le parvis de l’église. Plus de 300 Fribourgeois ont rejoint Rome pour l’occasion. La messe du Vatican est retransmise en direct sur un écran installé dans l’église. Alors que les bancs se peuplent peu à peu, une fidèle enthousiaste, venue du Valais pour l’occasion, prend à partie les fidèles. «La messe commence bientôt, et si nous nous connections avec nos amis de Rome?» propose-t-elle. L’assemblée entonne un «Notre Père», puis comble l’attente par des prières et des chants pendant près d’une heure.

La sainteté dans le quotidien

L’ambiance n’est pas forcément du goût de tous. «Nous sommes là pour faire la fête, nous voici à un enterrement», lâche Charly Egger, un Fribourgeois qui vit dans la foi mais goûte peu les dogmes et les codes de l’Église. «Chacun ses bondieuseries, mais là, c’est triste.» Malgré l’événement exceptionnel, l’atmosphère reste effectivement tranquille, douce, bien loin des mouvements d’une foule en liesse. Un esprit en adéquation avec Marguerite Bays, qui se démarque par son humilité, sa pudeur et sa simplicité, s’accordent à dire ses admirateurs.

Si Charly Egger est déçu, c’est aussi parce qu’il souhaite une célébration à la hauteur d’une figure qui l’a accompagné toute sa vie. «Elle a bercé mon enfance. À 10 ans, j’ai reçu un carré de tissu de sa robe, une relique. J’étais fasciné, raconte Charly Egger. Plus tard, lorsque j’ai eu un grave accident, en 1988, elle m’est venue en aide, tant physiquement que moralement. Aujourd’hui, lorsque je l’invoque, elle continue à me donner des réponses.»

Les enfants d’ici grandissent avec cette figure locale. Les habitants l’invoquent dans leur quotidien, pour accompagner leurs joies et leurs peines. Marguerite, décédée le 27 juin 1879, est fêtée tous les 27 du mois. À un petit kilomètre de l’église, la chambre de Marguerite, une modeste pièce dotée d’un simple lit et d’une petite table, a été conservée intacte. Miette Andrey en ressort en se tenant les mains sur le cœur. «Je suis très émue, confie-t-elle. Elle a tant œuvré pour les enfants», raconte cette grand-mère. Ses deux petites-filles l’accompagnent. Miette Andrey veut leur transmettre l’histoire de Marguerite. «Elle est un exemple. Elle représente la simplicité de la campagne. Et puis, c’est une Fribourgeoise!» conclut-elle en riant.

La sainteté au quotidien

Née en 1815 à La Pierraz, la sainte consacre sa vie à la prière et à aider son prochain, sans pour autant rentrer dans les ordres, tenant à son métier de couturière. Surnommée «Marraine», elle se préoccupe des enfants de la région, en particulier les plus défavorisés. Sa devise, selon son biographe l’abbé Martial Python: «Vivre la sainteté au quotidien».

En 1998, un incident survenu dans le village la confirme dans son statut de bienfaitrice. Alors que Norbert Baudois conduit sur son tracteur, sa petite-fille Virginie glisse de l’habitacle et passe sous les roues. Grâce à l’invocation subite de Marguerite, la petite s’en sort indemne. L’événement est devenu le second miracle de Marguerite, nécessaire à sa canonisation. Ici, personne ne remet en question son intervention. «Un tracteur, ce n’est pas une deux-chevaux, résume Angèle Conus, chargée ce jour-là d’accueillir les visiteurs de la demeure de Marguerite. Norbert est un vrai croyant. Je trouve formidable qu’il ait eu le réflexe d’invoquer Marguerite à ce moment-là.»

Retour à l’église, où la messe est sur le point de commencer. L’ami qui accompagne Charly Egger, paumes tournées vers le ciel, arpente l’allée centrale. «Attends, je sens que ça monte là. Il commence à y avoir une émotion, il se passe quelque chose.» Les chants se taisent. Un murmure traverse l’assistance. À l’écran, une place Saint-Pierre bondée apparaît, puis le pape François, enfin les portraits des élus du jour, dont l’expression sereine de Marguerite. Quelques minutes passent, et le chef suprême de l’Église catholique confirme la nouvelle sainte. À Siviriez, de timides applaudissements retentissent, puis s’éteignent rapidement. À l’image, sans doute, de ce qu’aurait voulu sainte Marguerite.

Créé: 13.10.2019, 21h35

Karin Keller-Sutter rencontre le pape

«Marguerite Bays montre combien la prière simple est puissante, a expliqué le pape François lors de la messe de canonisation de la couturière fribourgeoise. À travers ces choses, le Seigneur fait revivre en elle la splendeur de Pâques», a-t-il ajouté dans son homélie prononcée devant 50'000 fidèles.

Plusieurs centaines de pèlerins suisses se sont rendus au Vatican. Une délégation des autorités cantonales fribourgeoises était aussi présente, tout comme Karin Keller-Sutter. La conseillère fédérale s’est réjouie de la canonisation d’une simple couturière de la Suisse du XIXe siècle.

Avant la cérémonie, la Saint-Galloise a brièvement rencontré le pape et lui a transmis les meilleurs vœux du Conseil fédéral. Elle en a aussi profité pour rendre visite à la Garde pontificale suisse.


La conseillère fédérale a transmis au Saint-Père les vœux du Conseil fédéral. Image: EPA

Au côté de Marguerite Bays, quatre autres nouveaux saints ont été canonisés: le cardinal anglais John Henry Newman (1801-1890), fondateur de l’oratoire de San Filippo Neri en Angleterre, et trois religieuses: la Romaine Giuseppina Vannini (1859-1911), fondatrice des Filles de Saint Camille, l’Indienne Maria Teresa Chiramel Mankidiyan (1876-1926), fondatrice de la congrégation des Sœurs de la Sainte Famille, et la Brésilienne Dulce Lopes Pontes (1914-1992), de la congrégation des Sœurs missionnaires de l’Immaculée Conception.

ATS

Articles en relation

Le fidèle capitaine du pape est Lausannois

Portrait Hallebardier puis premier capitaine de la garde suisse du Vatican, Cyril Duruz fonctionne aux convictions. Plus...

Dans les coulisses de la petite Suisse du Vatican

Reportage Mélange unique de croyants et de militaires dans un cadre de travail pas comme les autres, la garde pontificale respire au cœur de Rome à son propre rythme. Plus...

«L’uniforme le plus connu du monde»

La Suisse et le Vatican Le célèbre uniforme des gardes suisses revêt une longue histoire vieille de plus de cinq siècles. Reportage auprès du tailleur du Vatican. Plus...

La Garde suisse cherche sa relève

Vatican L‘ultime troupe suisse à l’étranger vit un tournant. Longtemps discrète, elle multiplie les initiatives pour assurer son avenir. Immersion. Plus...

Féministe au cœur du Vatican, Lucetta Scaraffia claque la porte

Église L’historienne dirigeait le supplément féminin du journal du Saint-Siège. Pour avoir dénoncé les abus de prêtres sur des sœurs, elle a dû quitter son poste. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.