«L’initiative touche surtout les spéculateurs»

SuisseL'économiste et conseiller national vaudois Samuel Bendahan fait partie du comité de l'initiative «99%» lancée mercredi. Il explique les buts de ce texte.

Samuel Bendahan, nouveau conseiller national qui a remplacé à Berne Cesla Amarelle élue au Conseil d'Etat vaudois.

Samuel Bendahan, nouveau conseiller national qui a remplacé à Berne Cesla Amarelle élue au Conseil d'Etat vaudois. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Jeunesse socialiste a lancé mercredi la campagne pour son initiative 99% à Berne. Dans son viseur, l'élite des plus riches qui ne tirent leur profit que de revenus du capital alors que 99% de la population trime.

Selon elle, le texte «Alléger les impôts sur les salaires, imposer équitablement le capital» devrait permettre de redistribuer 5 à 10 milliards de francs aux petits et moyens revenus. L'initiative veut imposer à 150% les parts du revenu du capital supérieures à un montant défini par la loi. Pour éviter de s'en prendre aux petits épargnants, les initiants proposent de fixer ce seuil à 100'000 francs. Explications avec le conseiller national Samuel Bendahan (PS/VD), économiste à l'EPFL et membre du comité d'initiative.

24 heures: Pourquoi lancer un pareil texte aujourd'hui?

Samuel Bendahan: On discute beaucoup aujourd'hui de révolution numérique, du développement des intelligences artificielles et de la robotisation. Nous sommes en train de vivre une (r)évolution où les robots sont en train de devenir toujours plus productifs. Celui qui a de l'argent aura les moyens de posséder ces moyens de production et deviendra ainsi de plus en plus puissant. On assiste à une concentration des richesses et du pouvoir, une concentration qui s'accélère chaque année de manière phénoménale. Il est donc important de dire maintenant qu'il faut rééquilibrer les choses dans l'économie du numérique. Il faut que les gens qui travaillent, qui offrent leurs compétences et leur énergie soient rémunérés justement. Si on ne fait rien, on va arriver à une société où les seules personnes qui auront une véritable capacité de production, ce sont les gens qui détiennent l’argent, les richesses. Les autres seront un peu à leur merci et ce sera la fin de la démocratie.

Mais cela fait un peu cliché, non? La gauche tape une nouvelle fois sur les riches?

Attention: l’initiative ne touche pas aux riches! Elle s’attaque aux gains en capital, soit l’imposition, non pas de la richesse, mais de l’enrichissement. C’est différent. C'est sur le profit réalisé grâce à l'argent que l’on veut une imposition correcte, alors qu’aujourd’hui elle est inférieure à celle sur le travail. Si vous êtes riche, mais que vous investissez votre argent et que vous payez des salaires à vos employés, il n’y aura aucun impact pour vous! L’entreprise qui paie des salaires et qui investit avec ses revenus ne fait pas de gain en capital et n’est donc pas imposée. Avec notre texte, le gain en capital ne sera imposé plus fortement que chez les gens qui sont riches et qui gagnent de l’argent avec leurs richesses.

Alors qui visez-vous concrètement?

L’initiative touche surtout les spéculateurs, les gens qui achètent des actions et les revendent, sans travailler mais en gagnant beaucoup d’argent. Ce sont des gens qui réussissent à s’enrichir sans contribuer à être productif pour la société.

Donc Monsieur Lambda, qui possède 1 million de francs d'une fortune économisée sou après sou, n’est pas concerné?

Notre initiative n'est pas une augmentation de l’impôt sur la fortune. Ce Monsieur ne sera concerné que si, avec son million judicieusement placé, il parvient à gagner deux millions par exemple. Ce n'est pas sa fortune qui est visée.

Vous ne craignez pas que certaines grandes fortunes ou certaines entreprises quittent la Suisse et aillent voir ailleurs si votre texte passe?

C’est justement cela qui est intéressant avec le mécanisme proposé ici. Car il prévoit de ne taxer que ceux qui prennent de l’argent, qui s’enrichissent, pas ceux qui créent des emplois et investissent. Vous savez, quand on dépense de l’argent, c’est une charge, et cette charge est déductible fiscalement. Cela, le texte n'y touche pas. C’est fondamental par rapport à votre question. Car ceux qui pourraient quitter la Suisse sont ceux qui profitent du système, qui s’enrichissent mais qui ne contribuent pas à la productivité du pays. Ceux qui créent des emplois, des entreprises, n’ont rien à craindre de notre texte.

Vous allez vous mettre à dos la droite du pays et la Suisse vote justement plutôt à droite. Votre initiative n’est-elle donc pas un peu utopiste?

Non sommes clairement dans un débat, avec des modèles différents. La droite défend les gens qui s’enrichissent avec le capital et qui deviennent ainsi de plus en plus riches, elle défend un modèle de société qui veut que quand on a beaucoup d’argent, on est des rois et que quand on en a peu, on n'est rien. Nous défendons un autre modèle. Alors peut-être que nous perdrons, mais ce sera de toute façon un succès, car nous aurons réussi, j’espère, à expliquer aux gens les dangers de la mauvaise répartition du capital. Aujourd’hui, on ne parle pas assez de cela.

(nxp)

Créé: 04.10.2017, 14h59

La situation actuelle

Les initiants ont rappelé qu'aujourd’hui, les revenus du capital sont privilégiés de plusieurs manières. Par exemple, les revenus des gros actionnaires ne sont imposés qu’à hauteur de 60% – alors que les contribuables classiques sont eux taxés sur l’ensemble de leurs revenus. C'est ce 60% d'imposition que le texte de la Jeunesse socialiste veut combattre en proposant de faire passer ce taux à 150%.

Articles en relation

Les plus riches devraient passer à la caisse

Suisse La Jeunesse socialiste veut mettre à contribution les 1% des plus fortunés. Près de 5 à 10 milliards de francs pourraient être redistribués. Plus...

Magdalena Martullo-Blocher assiégée

Canton de Zurich Un groupe des Jeunesses Socialistes (JuSo) a bloqué la maison de la conseillère nationale pour lancer sa nouvelle initiative contre les super-riches. Plus...

Les Jeunes socialistes veulent un impôt plus juste

Suisse Le 1% des Suisses les plus riches devrait être davantage taxé pour décharger les petits et moyens revenus. La Jeunesse socialiste peut lancer son initiative dite des 99%. Plus...

Les Suisses ne sont plus les plus riches du monde

Actifs financiers Selon le «Global Wealth Report» d'Allianz, les Etats-Unis détrônent pour la première fois notre pays en termes d'actifs. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...