La Belgique ne veut pas des crêpes «que j'ai mangé»

OrthographeDes informations de presse en France faisaient état que le gouvernement francophone belge voulait modifier l'accord du participe passé. Démenti à Bruxelles.

Deux anciens professeurs de français en Belgique aimeraient pouvoir écrire «Les crêpes que j'ai mangé» plutôt que «Les crêpes que j'ai mangées».

Deux anciens professeurs de français en Belgique aimeraient pouvoir écrire «Les crêpes que j'ai mangé» plutôt que «Les crêpes que j'ai mangées». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les autorités de la Belgique francophone n'ont été saisies «à ce stade» d'aucun avis de spécialiste recommandant de modifier la règle de l'accord du participe passé. Des médias français avaient fait état plus tôt d'une volonté de simplification en la matière.

«Les ministres concernés et le gouvernement (de la Fédération Wallonie-Bruxelles) n'ont pas été saisis d'une quelconque demande du Conseil de la langue française et ne sont donc pas amenés à se positionner, en tout cas à ce stade», a assuré Eric Etienne, porte-parole de la ministre de l'Education Marie-Martine Schyns.

Le gouvernement de la FWB (anciennement appelée Communauté française de Belgique) était sollicité par l'AFP après des informations de presse en France faisant état d'une volonté de simplification de l'accord du participe passé en Belgique.

«Les crêpes que j'ai mangé»

«Les instances linguistiques de Belgique veulent en finir avec l'accord du participe passé, règle aux multiples exceptions qui fait suer bien des Français», avait ainsi écrit à sa Une mardi le quotidien français Libération, évoquant une «guerre» de l'orthographe déclarée par les Belges.

Plus précisément, il s'agirait d'instaurer l'invariabilité du participe passé employé avec l'auxiliaire avoir. Actuellement, le participé passé s'accorde avec le complément d'objet direct lorsque celui-ci est placé avant l'auxiliaire.

«Libé» évoque le travail de deux anciens professeurs de français en Belgique qui militent pour cette simplification... Et aimeraient pouvoir écrire «Les crêpes que j'ai mangé» (dixit le titre de leur tribune publiée lundi dans ce quotidien), plutôt que «Les crêpes que j'ai mangées» selon l'orthographe correcte actuellement en vigueur.

Une réflexion en cours

En Belgique, «sur la base d'avis ou de recommandations, on pourrait se positionner (sur cette question) mais ce n'est pas le cas en ce moment», a insisté Eric Etienne. «On a des réflexions, c'est une question intellectuellement intéressante, mais c'est absolument prématuré», a-t-il ajouté.

Le porte-parole a expliqué que ni la ministre de l'Education, ni celle de la Culture (dont dépend le Conseil de la langue française et de la politique linguistique) n'avaient été saisies d'un tel souhait de réforme.

En Belgique, l'enseignement et la culture sont des compétences non pas du gouvernement fédéral ni des régions, mais des communautés, qui constituent un autre étage de l'architecture institutionnelle particulièrement complexe. Le pays compte trois langues officielles: français, néerlandais et allemand. (ats/nxp)

Créé: 04.09.2018, 15h05

Articles en relation

Les femmes sont les meilleures en orthographe

France Selon l'étude Voltaire, les femmes font moins de fautes que les hommes et les seniors écrivent mieux que les jeunes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...