La Confédération victime d'une cyberattaque

BerneLe Département fédéral de la défense a été victime d'une cyberattaque en juillet.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Département fédéral de la défense (DDPS) a été victime d'une cyberattaque. Celui des affaires étrangères a aussi été touché. Le Ministère public de la Confédération a été saisi de l'affaire.

Les spécialistes de la Confédération ont découvert et stoppé une cyberattaque contre des serveurs du DDPS en juillet, a annoncé vendredi le Conseil fédéral. Les pirates ont utilisé le logiciel malveillant Turla.

Des mesures de sécurité ont été mises en œuvre immédiatement. Des analyses ont en outre été réalisées au sein de l'administration. L'enquête sur l'incident se poursuit.

A la suite de la cyberattaque, le DDPS a adressé une dénonciation contre inconnu au Ministère public de la Confédération. Le Département fédéral des affaires étrangères en a fait de même après l'attaque qui a perturbé les systèmes d'un de ses fournisseurs de prestations.

Le Conseil fédéral et les présidents des commissions parlementaires compétentes ont été informés, précise le gouvernement. D'autres explications au sujet de ces incidents ne peuvent pas être apportées pour l'instant, ajoute-t-il.

RUAG

L'entreprise d'armement RUAG, en mains de la Confédération, avait fait l'objet d'une cyberattaque en décembre 2015. Plus de 20 Giga octets de données lui ont été volés. Un logiciel malveillant Turla avait déjà été utilisé.

Il s'agit de chevaux de Troie capables d'attaques informatiques très complexes et sophistiquées. Selon les experts, un tel logiciel peut rester inaperçu pendant très longtemps. Pour ne pas être détecté, Turla utilise un code impénétrable.

Une piste russe avait été évoquée sans confirmation pour cette attaque. La commission de gestion du Conseil national se penche sur le dossier.

Faille

Le Conseil fédéral a par ailleurs récemment reconnu qu'une faille de sécurité a frappé l'informatique fédérale de 2014 à 2017. Elle aurait pu permettre un accès non autorisé à un nombre limité d'applications. Il n'existe aucun indice d'infiltration, mais le gouvernement ne peut l'exclure.

L'erreur a été supprimée définitivement le 9 février. Des mesures internes ont en outre été prises afin d'améliorer le contrôle de la qualité des modifications effectuées sur le système d'accès. (ats/nxp)

Créé: 15.09.2017, 14h45

Articles en relation

Navires US: le spectre d'une cyberattaque

Etats-Unis L'US Navy se demande si ses navires, victimes de plusieurs incidents ces derniers temps, ne seraient pas victimes d'une cyberattaque. Plus...

Coût des cyberattaques: 53 milliards par cas

Informatique Une étude publiée par l'assureur Lloyd's of London montre qu'une cyberattaque mondiale engendrerait des pertes économiques gigantesques. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...