La population de loups augmente rapidement

EnvironnementLes loups se reproduisent de façon exponentielle. Chez nous, on dénombre quatre meutes. Et ce n’est pas terminé

Les populations de loups vont encore se développer durant les prochaines années.

Les populations de loups vont encore se développer durant les prochaines années. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les meutes de loups sont de plus en plus séduites par la Suisse. Un rapport du Groupe Loup Suisse (GLS) indique ce week-end que la population a augmenté de près d’un tiers en un an dans les Alpes du Sud-Ouest, en France, en Italie et jusqu’en Suisse. De mai 2017 à avril 2018, pas moins de 98 meutes ont été recensées dans les pays alpins, dont quatre en Suisse. Sur toutes les régions concernées, et donc à cheval sur plusieurs pays, la hausse correspond à 23 meutes supplémentaires, sachant qu’un groupe composé de trois animaux est considéré comme une meute.

D’après l’analyse de GLS, lesdites meutes, qui se concentraient auparavant au sud des Alpes, en France et en Italie, poursuivent leur progression vers le nord. Cinquante-sept vivent dans l’Hexagone, quarante en Italie, une en Slovénie et quatre en Suisse: deux en Valais, une dans les Grisons et une au Tessin. Le garde-chasse grison a indiqué mi-octobre qu’une seconde meute s’était peut-être formée près de Flims.

Une hausse de 30%

Dans notre pays, au cours de la dernière année, on dénombre entre 30 et 40 loups, alors qu’ils sont estimés entre 800 et 1000 dans toutes les régions alpines. Dans les Alpes en général et tous pays confondus, les informations révélées samedi par le Groupe Loup Suisse (GLS) montrent que la hausse est de 30%. Cette croissance serait nettement supérieure à la moyenne à long terme dans les régions alpines (10 à 15%), mais se situerait dans la fourchette de la croissance biologiquement connue des populations de loups (entre 30 et 40%). D’autres populations, dans les plaines d’Europe centrale (Allemagne et Pologne occidentale) augmentent à ce rythme.

Il apparaît que le taux de croissance du Canis lupus, son petit nom latin, se trouve actuellement en phase exponentielle. Selon GLS, le nombre de loups devrait logiquement augmenter davantage dans les années à venir qu’auparavant. Les scientifiques, à l’instar de Raphaël Arlettaz, professeur de biologie de la conservation à l’Université de Berne, avaient prédit le phénomène: «Rien ne pèche dans cette synthèse. L’analyse est correcte. Nous nous trouvons effectivement dans une phase exponentielle d’accroissement démographique. Et cela va durer quelques années.»

Les loups vont-ils proliférer partout? «Non, la croissance va aller en se tassant progressivement et la population de loups s’ajustera à ce que l’on appelle la «capacité de charge»; les effectifs des proies, les cerfs et les chevreuils principalement, vont naturellement réguler la population de loups. Le processus démographique en cours est classique: on parle de croissance logistique.» En clair? «Ce que je prédisais lorsque j’avais 30 ans est en train de se dérouler sous nos yeux. Certains services cantonaux lancent déjà des cris de panique. Nous, scientifiques, avions prédit tout ce qui se passe aujourd’hui. Si nos dirigeants nous avaient écoutés il y a 20 ans…»

«La fin d’une anomalie»

Le biologiste valaisan met en lumière le fonctionnement logique de la nature. «Malgré toute la haine que certains vouent aux loups, ils font leur chemin. Nous sommes en train d’assister à la fin d’une anomalie: l’absence de loups chez nous durant un petit siècle. La nature se rééquilibre.»

Il évoque la dynamique écologique suivant le retrait progressif des glaces qui a débuté il y a 18 000 ans. «La végétation est apparue en premier, avec elle les herbivores (cervidés, chamois, etc.). Et les carnivores ont suivi. Cela a toujours été comme ça. C’est bêtement la réalité de notre belle planète bleue. Les politiques ont un autre agenda que les scientifiques, mais pour nous, tout cela coule de sens. Il faut quitter l’instantané et l’anecdote et analyser ce qui se passe vraiment. Les dirigeants politiques peinent encore à comprendre que les scientifiques – qu’ils financent via les impôts! – ont des conseils intelligents à prodiguer en matière de gestion. Il faut que l’évidence scientifique influence les décisions politiques, en lieu et place de simples intuitions ou émotions.»

Rappelons que le loup a été complètement exterminé en Europe occidentale au XXe siècle. Les premiers individus ne sont revenus en Suisse qu’en 1995. La Confédération a soumis à la Convention de Berne protégeant le loup une demande de déclassement de l’espèce. L’objectif? Que ce mammifère canidé ne soit plus «strictement protégé» mais seulement «protégé». Une décision devrait tomber ce mois de novembre. Si la proposition était approuvée, le loup resterait protégé, mais l’État aurait une plus grande marge de manœuvre face aux attaques contre les animaux de rente.

Créé: 04.11.2018, 22h07

Articles en relation

Un loup aux portes du canton de Vaud

Vouvry (VS) Une grosse dizaine de moutons a été tuée durant l’été sur un alpage. Plus...

Des prédateurs tuent dix moutons au Mont-Pèlerin et à Croy

Faune Les attaques ont eu lieu entre le 7 et le 19 juillet. Loup, lynx ou chien? Les carcasses ont été évacuées avant que des analyses puissent être faites. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...