La réforme des actions au porteur est bouclée

SuisseMercredi, le Conseil fédéral a pu convaincre le Parlement de passer avec la conversion des actions au porteur en actions nominatives.

La solution finalement retenue suffit tout juste, selon le ministre des finances Ueli Maurer.

La solution finalement retenue suffit tout juste, selon le ministre des finances Ueli Maurer. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'étau se resserre autour des actions au porteur en Suisse. Se ralliant à la proposition de conciliation, les Chambres fédérales ont bouclé mercredi une réforme qui répond à la pression internationale en faveur de la transparence.

Le projet doit permettre à la Suisse de réussir le prochain examen du Forum mondial sur la transparence et l'échange de renseignements à des fins fiscales. La solution finalement retenue suffit tout juste, selon le ministre des finances Ueli Maurer. Le sujet pourrait revenir sur le tapis.

Sanctions prévues

En attendant, le Conseil fédéral a pu convaincre le Parlement de passer avec la conversion des actions au porteur en actions nominatives et des sanctions en cas de non-respect des obligations d'annoncer et de tenir des listes des ayants droit économiques.

Les actions au porteur resteront autorisées pour les sociétés ayant des titres de participation cotés en Bourse ou si elles sont émises sous forme de titres intermédiés. Après avoir traîné les pieds, le National a renoncé à exiger que les actions au porteur existantes échappent à la réforme, ce qui aurait risqué de mettre la Suisse en position délicate.

Garde-fous prévus

Le Parlement a finalement aussi très peu adouci la transition vers le nouveau régime. Il s'en est presque tenu aux garde-fous prévus par le Conseil fédéral: la conversion n'interviendra pas automatiquement à l'entrée en vigueur de la loi, mais au terme d'un délai de 18 mois. Les actions pour lesquelles personne ne se sera annoncé seront annulées cinq ans après l'entrée en vigueur de la loi.

Les actionnaires seront déchus de leurs droits et les actions annulées remplacées par des actions propres à la société. Cette solution, portée par le National, a finalement été retenue. Les sénateurs se sont satisfaits des explications de l'administration quant à sa portée.

Les Chambres avaient auparavant ajouté un mécanisme pour indemniser un actionnaire qui perdrait des actions sans faute de sa part. A certaines conditions, il pourra exiger un dédommagement dans les dix ans à compter de l'annulation de ses titres.

Trois mois

Les sociétés doivent tenir une liste des ayants droit économiques avec leurs coordonnées. Elles auront trois mois pour annoncer des modifications. Le gouvernement aurait voulu limiter ce délai à un mois, mais après que le National eut exigé un an, les Chambres se sont accordées sur un compromis de 3 mois.

Des amendes sont prévues en cas de violation des obligations. Un tribunal pourra prendre les mesures nécessaires si une société a émis des actions au porteur sous une autre forme que des titres intermédiés ou sans avoir de titres en bourse, si la société ne tient pas le registre ou la liste des ayants droit conformément aux prescriptions ou si elle est prise en défaut sur les organes prescrits.

Durant tous les débats aux Chambres, des parlementaires se sont plaints de devoir légiférer sous la pression internationale. Le ministre des finances Ueli Maurer leur a fait remarquer que cela ne servait à rien de reculer en introduisant des exceptions pour devoir céder à la fin.

Les actions au porteur sont sous la pression internationale depuis longtemps pour leur manque de transparence. Un très grand nombre de pays les ont déjà abolies. (ats/nxp)

Créé: 19.06.2019, 13h54

Articles en relation

Le National veut défendre les actions au porteur

Suisse Le Conseil fédéral veut convertir les actions au porteur en actions nominatives afin d'éviter à la Suisse d'atterrir sur une liste noire internationale. Plus...

La Suisse pourrait être sur la liste noire de l'UE

Blanchiment d'argent Critiquée pour ses actions au porteur qui faciliteraient la fraude fiscale, la Suisse est dans le collimateur de la commission européenne. Plus...

Berne veut abolir les actions au porteur

Suisse Le Conseil fédéral propose de convertir les actions au porteur en actions nominatives pour les sociétés sans actions cotées en bourse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...