La retraite représente un danger d’alcoolisme

PréventionUn tiers des dépendances à l’alcool ont commencé après la retraite. Les symptômes sont difficiles à identifier.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Parmi les personnes de 65 à 74 ans, 7% ont une consommation problématique d’alcool, révèle Addiction Suisse à l’occasion de la Journée internationale des personnes âgées, qui a lieu le 1er octobre. Parmi les causes évoquées, la retraite: un tiers des personnes âgées souffrant de dépendance à l’alcool ont développé ce problème après avoir passé ce cap. «La retraite coïncide avec un changement fondamental qui amène son lot de questionnements et de déstabilisation, souligne Addiction Suisse. Parfois, celui-ci peut être synonyme de perte de lien social et de sens. A cela peuvent s’ajouter des atteintes à la santé, la perte d’êtres chers.» L’alcool peut alors devenir un refuge pour certaines personnes.

Un piège d’autant plus pernicieux que l’entourage intervient rarement: un verre ou deux pendant le repas est souvent considéré comme «normal», synonyme de bien-être et de plaisir de vivre. «Mais il arrive que la consommation d’alcool dépasse largement la quantité recommandée d’une unité par jour. Leur qualité de vie est amoindrie, sans que l’entourage se rende toujours compte que l’alcool est en jeu», commente Addiction Suisse. Les symptômes de l’alcoolisme sont en outre souvent confondus avec ceux du vieillissement, tels que les chutes, les troubles de l’équilibre, du langage, de la mémoire ou du sommeil ou la dépression.

S’ajoute à cela le fait que l’organisme réagit différemment à l’alcool à partir de 55 ans: le pourcentage d’eau dans le corps diminue avec les années et, par conséquent, l’alcool absorbé est moins dilué. Son effet est plus prononcé. «Sans oublier que plus les années passent, plus on prend de médicaments, ajoute Addiction Suisse. L’alcool peut en renforcer, diminuer ou modifier l’effet.»

Des solutions existent cependant. Addiction Suisse insiste sur le rôle à jouer par l’entourage, notamment pour donner un rythme aux journées. Il existe en outre des cours permettant une transition vers la retraite plus douce. Certaines entreprises proposent des cours de préparation. Addiction Suisse encourage aussi la participation à des groupements d’aînés, organisés par exemple par Pro Senectute ou l’Avivo afin de maintenir le lien social. (24 heures)

Créé: 28.09.2017, 17h08

Articles en relation

«La morale ne suffit pas pour prévenir l'ivresse des jeunes»

Santé Stéphane Caduff, travailleur social dans la prévention de l’alcoolisme, a mené une expérience pilote en milieu scolaire. Il prône le partenariat plutôt qu’un message culpabilisant Plus...

«L’objectif est de fédérer nos forces face à l’alcoolisme»

Addiction Franck Simond, nouveau directeur de la Fondation vaudoise contre l’alcoolisme, vient de l’extérieur. Selon lui, c’est un atout. Plus...

Comment parler de son alcoolisme à ses enfants

Prévention Addiction Suisse lance un outil Web destiné aux familles touchées par une dépendance. La fondation espère briser un tabou. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 août.
(Image: Bénédicte? ) Plus...