La sécurité de la Tesla de Doris Leuthard serait garantie

DonnéesDes craintes quant à la protection des données récoltées dans les Tesla font polémique à Bâle. La Confédération se veut rassurante par rapport à la voiture de la ministre

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Parquée dans une cour intérieure, à quelques mètres du bureau de la conseillère fédérale en charge des Transports, une Tesla S85 fait forte impression. Acquise en 2014 comme nouvelle voiture de fonction, la berline électrique fait partie des coups médiatiques de Doris Leuthard.

Mais ça, c’était avant. Vendredi, l’Argovienne a remis les clés de son département comme celles de sa rutilante voiture à sa successeure Simonetta Sommaruga (PS/BE), alors que la Tesla et son informatique embarquée font l’objet d’une grosse polémique outre-Sarine.

Préposé inquiet

Des craintes ont surgi dans le canton de Bâle-Ville. La police cantonale y a acquis récemment sept voitures Tesla. Mais ces véhicules développés et fabriqués en Californie par l’entreprise d’Elon Musk dorment au garage. Et pour cause: le délégué à la protection des données du Canton de Bâle-Ville, Beat Rudin, a des réserves, comme il l’a expliqué au média Watson: «La police doit régler le problème de la protection des données avant d’envoyer ses patrouilles rouler avec ces voitures.»

Le souci? La berline électrique californienne a des composantes embarquées susceptibles de capter des données sensibles: images de caméra, conversations, localisation, trajets parcourus, stations de recharge utilisées, etc. L’entreprise américaine se défend de transmettre et de stocker les données récoltées dans ses voitures à son siège californien.

Pour le reste, l’utilisateur a le choix, comme elle l’en informe dans sa politique de confidentialité. «Si vous ne souhaitez plus que nous collections des données de journal télématiques ni aucune autre sorte de donnée collectée à partir de votre véhicule Tesla, veuillez nous contacter», écrit-elle.

Bâle a-t-il fait le nécessaire? Mystère. C’est pour cela que Beat Rudin souhaite que son Canton fasse des vérifications avant que les patrouilles n’utilisent leur Tesla. Il met en avant le caractère sensible des activités de la police.

Aux yeux de Stéphane Koch, expert en sécurité de l’information et vice-président de High-Tech Bridge SA, cette prudence se justifie. «Ce que fait le préposé bâlois fait sens et on devrait avoir la même réflexion au niveau de la Confédération.»

Car si les données de la police bâloise sont sensibles, que dire de celles d’une conseillère fédérale? «Sans tomber dans la théorie du complot, du moment où des données ont un caractère stratégique – ce qui peut être le cas pour la position d’une ministre –, il faut évaluer ce qui peut en être fait et le risque à courir en cas d’utilisation comme de vol», estime Stéphane Koch.

Ce dernier rappelle aussi que les services secrets américains ont un accès admis et relativement aisé aux informations stockées sur son sol. Tesla le dit à demi-mot dans sa politique de confidentialité: «Tesla est susceptible de transférer et de divulguer des informations, y compris des informations susceptibles ou non de vous identifier personnellement, à des tiers afin de se conformer à une obligation légale […] ou en réponse à une demande légitime des autorités gouvernementales.»

Pas de géolocalisation

Dans ce contexte, est-il bien sage qu’une ministre suisse roule en Tesla? Simonetta Sommaruga n’est pas insensible à la problématique. Ses services indiquent qu’elle ne manquera pas de s’informer sur les spécificités de sa future voiture de fonction. Pour le reste, Armasuisse, l’office qui gère la flotte des véhicules de la Confédération, se veut rassurante. Il n’y a pas de problème de sécurité avec la Tesla ministérielle, la seule du parc automobile fédéral, nous répond-il. «Le véhicule n’enregistre pas les conversations, assure Kaj-Gunnar Sievert, porte-parole d’Armasuisse. Et nous ne permettons pas à Tesla d’identifier sa localisation.»

Autrement dit, la Tesla de Doris Leuthard collecte et enregistre certes des données, mais ces dernières restent sur son véhicule. Sauf dans deux cas de figure, admet Armasuisse: Tesla peut accéder à des données enregistrées sur la voiture de la ministre dans le but de faire un diagnostic ou une réparation. Et le véhicule peut envoyer des données anonymes concernant des trajets afin d’optimiser certaines fonctions, comme le système de navigation ou l’assistance à la conduite. «Mais Tesla ne peut pas relier ces données à un véhicule en particulier», assure Kaj-Gunnar Sievert.

Si des experts restent suspicieux à l’égard de Tesla, c’est aussi en raison d’un épisode bien particulier: lors du passage de l’ouragan Irma en Floride en 2017, des conducteurs ont eu la surprise de voir l’autonomie de leur batterie soudainement améliorée, leur permettant de se mettre à l’abri. Tesla avait en fait localisé ses clients dans la zone de l’ouragan, qui étaient au bénéfice d’un modèle avec une batterie bridée. Par la simple mise à jour d’un logiciel, le constructeur leur a offert une autonomie prolongée. Saluée, cette opération de secours menée à distance a aussi éveillé des craintes sur les possibilités de contrôle par Tesla de ses véhicules. (24 heures)

Créé: 21.12.2018, 22h34

Articles en relation

Elon Musk joue un nouveau coup de poker pour faire grimper l’action de Tesla

Stratégie Le récent tweet d’Elon Musk, qui menace de retirer du marché le titre du fabricant de voitures électriques, l’a propulsé en Bourse Plus...

Les voitures électriques font peur aux pompiers

Circulation routière Les secours doivent s’adapter aux dangers des nouvelles voitures. L’accident d’une Tesla préfigure ce qui les attend. Plus...

La police n’est pas près de rouler en Tesla

Vaud La police cantonale ne peut pas choisir une marque de voiture précise pour faire patrouiller ses agents. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.