Le Conseil fédéral rejette l’initiative anti-avortement

Interruption de grossesseLa prise en charge des interruptions de grossesse (IVG) par l’assurance maladie ne doit pas être remise en cause. Le Conseil fédéral a décidé mercredi de recommander le rejet, sans contre-projet, de l’initiative populaire des milieux anti-avortement.

L'initiative avait été déposé parles milieux anti-avortement le 4 juillet dernier à Berne.

L'initiative avait été déposé parles milieux anti-avortement le 4 juillet dernier à Berne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le texte vise à supprimer, sous réserve de rares exceptions, le remboursement des avortements par l’assurance obligatoire des soins. Selon le gouvernement, les économies, estimées à 8 millions de francs par an, ne sauraient justifier les conséquences judiciaires, sociales et sanitaires de la radiation de cette prestation.

Les femmes doivent être libres de toute considération d’ordre économique pour prendre leur décision. L’initiative provoquerait une grande incertitude chez les femmes qui ne sauront plus si leur geste va être remboursé. Selon le Conseil fédéral, les exceptions seront définies en termes juridiques et les assureurs devront déterminer au cas par cas le remboursement ou non.

Avortements illégaux

Cela pourrait pousser certaines femmes à pratiquer une IVG hors du cadre légal, craint le gouvernement. L’assurance maladie assumerait alors les éventuelles conséquences néfastes sur les femmes.

La dépénalisation des IVG a été adoptée en votation populaire le 2 juin 2002 par plus de 72% des votants. La législation supprime les barrières légales et financières tout en fixant des exigences pour que les interventions soient pratiquées dans de bonnes conditions et sur demande écrite des femmes concernées.

L’adoption de l’initiative «Financer l’avortement est une affaire privée - Alléger l’assurance maladie en radiant les coûts de l’interruption de grossesse par l’assurance obligatoire des soins» remettrait en cause la possibilité d’une IVG sûre et accessible, comme le recommande le Parlement européen.

Très faible taux

Or, le taux d’avortement en Suisse est très faible en comparaison internationale. Il est stable depuis 2004 et tend à baisser pour les femmes entre 15 et 19 ans. Selon l’Office fédéral de statistique, le taux était en 2010 de 6,8 pour 1000 femmes.

A l’instar de leurs homologues américains, les milieux anti- avortement suisses s’attaquent au financement public dans l’espoir de réduire le nombre d’IVG. Ils affirment ne pas vouloir être coresponsables d’un acte qu’ils réprouvent par le biais des primes maladie. (ats/nxp)

Créé: 09.05.2012, 11h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 mars 2019.
(Image: Bénédicte) Plus...